Archives de mots clés: Français

Le sapin de Noël a la côte en Île-de-France

Sapin de Noël floqué rouge, magasin Gamm Vert d'Ormoy (Essonne)
ManoMano.fr, premier site de e-commerce européen de bricolage et de jardinage, a réalisé une étude sur les choix des Français en matière de sapin. Durée de vie, couleurs, essences, différences entre régions… une infographie pour tout savoir sur les Français et les sapins de Noël.

Cette étude a été réalisée à partir des données de 5 millions de visiteurs uniques mensuels sur la période du mois de septembre 2016 à novembre 2017 ainsi que plus de 500 000 clients répartis sur toute la France.

Infographie spécial Noël, consommation de sapins par région, étude ManoMano.fr
C’est en Ile-de-France que l’on achète le plus de sapin chaque année avec plus de 30% des foyers. Cette région est suivie par la Normandie, le Centre-Val-de-Loire et la Bourgogne-France-Comté (environ 20% d’achats).

Le sapin, qu’il soit naturel ou artificiel est renouvelé chaque année par 25% des Français. En moyenne, ils dépensent 25 euros pour cet élément incontournable du réveillon.

Plus de 85% des consommateurs plébiscitent un arbre 100% naturel.

75% des Français peuvent attendre jusqu’au 18 décembre pour acheter leur sapin naturel. En revanche, ils sont un peu plus prévoyants s’ils optent pour un modèle artificiel et ne dépassent pas le 14 décembre pour se le procurer.

50% des Français ont une légère préférence pour les sapins naturels de taille moyenne entre 1 mètre et 1 mètre 50. Seulement 35% optent pour un modèle naturel supérieur à 1 mètre 50. Pour ce qui est du sapin artificiel, ils sont plus nombreux (45%) à préférer les petites tailles (inférieurs à 1 mètre). C’est dans la moitié supérieure du Nord de la France, que les sapins artificiels sont les plus appréciés. En effet, les régions Hauts-de-France, Grand-Est et Bourgogne-France-Comté arrivent en tête des ventes avec environ 7% de représentativité.

Sapin de Noël floqué blanc, magasin Gamm Vert d'Ormoy (Essonne)Pour la couleur de sapin, il existe de profondes différences entre chaque région. Ainsi, l’Auvergne-Rhône-Alpes préfère le vert, quand la région PACA et la Corse choisissent le rouge. La Bretagne et la Bourgogne-France-Comté aiment particulièrement le rose. Mais la plupart des autres régions plébiscitent le blanc.

Si les fabricants conseillent de conserver un sapin artificiel seulement 3 ans, les Français les gardent beaucoup plus longtemps. Ainsi, seulement 35% ne le gardent pas plus de 5 ans quand 45% peuvent les conserver jusqu’à 10 ans et 20% encore au-delà.

A propos de ManoMano.fr (anciennement monEchelle.fr)
Officiellement lancée en juin 2013 sous l’identité monEchelle.fr, ManoMano.fr est la première place de marché française spécialisée dans le bricolage et le jardinage. Cofondée par Christian Raisson et Philippe de Chanville, ManoMano.fr rassemble la plus grande offre de produits de bricolage en ligne : électricité, plomberie, quincaillerie, huisserie, mobilier intérieur et extérieur, outillage, etc.  Sur un marché de 30mds€ en France, ManoMano.fr ambitionne de devenir la référence online du bricolage et de rassembler le plus grand choix de produits au meilleur prix.

ManoMano.fr c’est également SuperMano.fr, le premier site de jobbing entre bricoleurs et particuliers lancé le 2 novembre 2015 en Ile-de-France avec 1 259 inscrits et 200 bricoleurs franciliens certifiés et confirmés.

Plus d’informations : https://www.manomano.fr et https://www.supermano.fr/

Fruits et légumes : les Français suivent de moins en moins la recommandation

Fruits et légumes, photo Fotolia © eyetronicObligatoire depuis dix ans sur toute publicité alimentaire, la recommandation de consommer cinq fruits et légumes par jour a de moins en moins d’impact sur la population. Selon la dernière enquête du CREDOC, seulement 25 % des Français la suivaient en 2016 contre 31 % en 2010.Credoc, logoEntre 2007 et 2010, la proportion d’adultes (18 ans et plus) respectant la recommandation des cinq portions de fruits et légumes par jour a progressé de quatre points, passant de 27 % à 31%. Mais cet effet a été balayé avec la crise économique. En 2013 et en 2016, elle est retombée à 25%. Dans le même temps, la part des petits consommateurs (moins de 3,5 portions par jour) a augmenté de 8 points par rapport à 2010 pour atteindre 54 % en 2016. Chez les enfants (3 à 17 ans), le constat est le même. Seulement 6 % consomment plus de cinq portions de fruits et légumes par jour. La part de très petits consommateurs (moins de deux portions par jour) est passée de 32 % en 2010 à 45 % en 2016.

Seulement un Français sur quatre atteint la recommandation de consommer cinq fruits et légumes par jour

Les catégories sociales peu ou pas diplômées consomment moins de fruits et légumes que les autres. Toutefois, la baisse constatée ces dernières années est plus accentuée dans les catégories les plus diplômées et dans les familles de trois enfants ou plus. Parmi les diplômés de niveau Bac + 3, la part des petits consommateurs de fruits et légumes (moins de 3,5 portions par jour) a augmenté de 19 points en six ans contre  + 9 points parmi les non diplômés. Aujourd’hui, les jeunes générations sont plus diplômées… et consomment de moins en moins de fruits et légumes.

Moins on est diplômé, moins on consomme de fruits et légumes, mais la faible consommation progresse davantage chez les diplômés

Si les inégalités sociales ont ainsi tendance à se réduire, les différences territoriales, elles,  continuent de s’accentuer. Dans la région Nord par exemple, la part des petits consommateurs (moins de 3,5 portions par jour) est passée de 45% à 75 % de 2010 à 2016. Dans le même temps, cette part est restée identique dans le Sud-Est et dans l’Ouest.

L’atteinte du repère de cinq fruits et légumes par jour se fait avant tout en consommant plus de fruits frais

Les fleurs préférées des Français (sondage juillet 2015)

Rose très double, Plantes Plaisirs Passions dans le château de la Roche-Guyon (95)
Le site Internet Lajoiedesfleurs.fr a demandé à Ipsos de sonder les Français pour leurs préférences en matière de fleurs. Le sondage a été réalisé en juillet 2015. Sur le podium, la rose, l’orchidée et la tulipe.

La rose reste chère au cœur de 80% des Français, c’est même pour 33% d’entre eux la favorite inégalée. Cette préférence semble d’ailleurs indétrônable si l’on se réfère aux résultats de la même étude réalisée en septembre 2012.

Mais le Top 3 des fleurs préférées a changé depuis septembre 2012. Le lys et la pivoine ne sont plus les grands favoris des Français. Ils ont été remplacés par l’orchidée (19%) et la tulipe (12%).

Les achats des Français à l’occasion du 1er mai

Bouquet de muguet, photo © Hellen Sergeyeva - Fotolia.com.jpg
D’après le panel de consommateurs TNS cofinancé par FranceAgriMer et Val’hor, en 2014, le montant des dépenses des Français pour l’achat de végétaux d’intérieur à l’occasion du 1er mai s’est élevé à 26,5 millions d’euros soit un recul de 1 % par rapport à l’année 2013. Les achats destinés à être offerts à l’occasion du 1er mai ont pesé pour 23 % des quantités et 12 % des sommes dépensées sur les mois d’avril et de mai 2014.

Avec 38 % de parts de marché valeur, les fleuristes restent le principal lieu d’achat mais perdent cependant 11 points entre 2013 et 2014 au profit de la grande distribution et plus particulièrement sur les pots.

Les achats de muguet
Au sein des achats à l’occasion du 1er mai 2014, le muguet (brins, bouquets, pots …) a représenté 98 % des quantités achetées et 95 % des sommes dépensées. À noter que les achats de muguet (brins + pots) effectués en 2014 retrouvent leur niveau de 2012 (en valeur) après une baisse de 7 % en 2013.
Avec 2,3 millions de pots pour 18,4 millions d’euros, les dépenses pour les achats de muguet en pots progressent en 2014 de plus de 20 % par rapport à 2013, tandis que les achats en brins reculent de 19 %. À noter que ces chiffres ne comprennent pas les dépenses effectuées sur la voie publique auprès des particuliers.
De la même façon que pour l’ensemble des végétaux d’intérieur, les fleuristes restent le principal lieu d’achat du muguet. Cependant, on note des évolutions qui divergent selon le style de présentation du muguet. On constate davantage d’achat chez les personnes de plus 50 ans avec une vraie prépondérance pour les régions méditerranéenne et parisienne. Par rapport à la référence nationale, les catégories « retraité », « ouvrier », et « commerçant, artisan et chef d’entreprise » conservent davantage cette tradition d’achat à l’occasion de cette fête calendaire.

Les végétaux achetés par les Français pour la fête des mères

Bouquet de roses blanches, lilas, romarin, lierre, photo ©kmwphotography / Fotolia.com
À l’occasion de la Fête des mères en 2013, les achats des Français se sont portés essentiellement sur les fleurs coupées. Venaient ensuite les achats de plantes fleuries en pot.
Achats de fleurs coupées :

  • 45 % des quantités achetées
  • 40 % des sommes dépensées.

Ces achats sont répartis entre les fleurs coupées achetées à la pièce (23 % des quantités achetés et 23 % des sommes dépensées) et les bottes de fleurs déjà préparées (22 % des quantités achetées et 17 % des sommes dépensées).
Au sein des fleurs coupées, les roses restent largement les fleurs les plus offertes (70 % des sommes dépensées) pour la fête des mères, suivies des lis (18 %), des pivoines (13 %) et des gerbéras (12 %).

Achats de plantes fleuries en pot :

  • 35 % des quantités achetées
  • 31 % des sommes dépensées.
Parmi les plantes fleuries offertes, ce sont les orchidées qui sont les favorites avec 33 % des sommes dépensées, suivies des hibiscus (10 %).

(suite…)

Le point sur les habitudes d’achat de muguet par les Français

À l’occasion du 1er mai, FranceAgriMer a fait le point sur les habitudes d’achat de muguet par les Français.

Bouquet de muguet, photo © Hellen Sergeyeva - Fotolia.com.jpg
Premières tendances de la récolte 2014
La principale région de production française demeure la région nantaise en Loire-Atlantique (près de 83 % de la production nationale), suivie par la région bordelaise (environ 17 % de la production nationale). Cette offre est complétée par le muguet des bois, essentiellement cueilli en région Bourgogne (Saône-et-Loire).
En raison des températures douces de ce printemps 2014, la cueillette de muguet s’est terminée dans toutes les régions productrices avec plusieurs jours d’avance. Les brins sont sains et de très belle qualité, avec une forte proportion de muguet extra et catégorie I. La quantité est également au rendez-vous et permettra de couvrir l’ensemble de la demande du 1er mai.
Pour le muguet en pot, les cultures sont aussi de belle qualité. L’ensemble de la production est réservée.

Les achats de muguet par les Francais en 2013
Selon les données issues du panel TNS Sofres, cofinancé par FranceAgriMer et l’interprofession horticole Val’hor, les dépenses des Français pour l’achat de muguet ont représenté en 2013 un montant global de 31,8 millions d’euros, dont 23,7 millions d’euros pour offrir à l’occasion du 1er mai (contre 25,5 millions d’euros en 2012, soit une baisse de 7 %).
À l’occasion du 1er mai 2013, les achats de muguet en pots ont représenté 15,2 millions d’euros (contre 16 millions d’euros en 2012) et ceux en brins 8,5 millions d’euros (contre 9,5 millions d’euros en 2012). Ces chiffres ne comprennent pas les dépenses effectuées sur la voie publique auprès des particuliers.

Les lieux d’achat du muguet
En 2013, les fleuristes restent le premier lieu d’achat (54 % en valeur et 32 % en volume pour le muguet en pots ; 41 % en valeur pour le muguet en brins), suivis par la grande distribution (19 % en valeur et 39 % en volume pour le muguet en pots ; 22 % en valeur pour le muguet en brins). À noter, la perte de parts de marchés en 2013 pour les achats de muguet en pots en jardineries et sur le lieu de l’exploitation et pour les achats de muguet en brins sur un marché ou une foire.

(Source : panel TNS Sofres, cofinancé par FranceAgriMer et l’interprofession horticole Val’hor, constitué d’un échantillon représentatif de la population française composé de 7 000 ménages interrogés mensuellement)