Archives de mots clés: Deutzia x elegantissima ‘Rosealind’

Deutzia x elegantissima ‘Rosealind’

Deutzia x elegantissima 'Rosealind', ɉcole du Breuil, Paris 12e (75)

La floraison printanière de cet arbuste est à la fois spectaculaire par la profusion et charmante par la délicatesse des innombrables petites fleurs blanches à roses et souvent parfumées. Difficile de ne pas tomber sous le charme de cette belle variété…

Deutzia x elegantissima 'Rosealind', ɉcole du Breuil, Paris 12e (75)

Cet arbuste a un développement petit à moyen (hauteur d’environ 1,50 m et 1 m d’envergure). Il a une forme dressée, assez compacte et plutôt arrondie. Ses feuilles sont ovales, de couleur vert moyen mat. Les fleurs en forme d’étoiles blanches teintées de rose sont regoupées en cymes d’environ 6 cm de diamètre. Quand les boutons floraux commencent à s’ouvrir et se teinter de rose pâle et que les premières fleurs s’ouvrent, l’arbuste semblent envelopper dans un brouillard rosé. Superbe !

Deutzia x elegantissima 'Rosealind', ɉcole du Breuil, Paris 12e (75)

(suite…)

Le cardinal et le deutzia

Cardinal (Pyrochroa coccinea), coléoptère, sur Deutzia x elegantissima 'Rosealind', ɉcole du Breuil, Paris 12e (75)

En parcourant hier les collections d’arbustes de l’École du Breuil (Paris 12e), j’ai été attiré par la beauté et la grâce exceptionnelles d’un deutzia couvert d’une profusion de petites fleurs roses charmantes (Deutzia x elegantissima ‘Rosealind’). En m’approchant pour le photographier, j’ai aperçu un gros insecte rouge, un cardinal (Pyrochroa coccinea). Photos !

Cardinal (Pyrochroa coccinea), coléoptère, sur Deutzia x elegantissima 'Rosealind', ɉcole du Breuil, Paris 12e (75)

Il ne fallait pas manquer ça ! Autant pour cet insecte flamboyant que pour l’arbuste, dont je vous reparlerai très vite.

Le cardinal (Pyrochroa coccinea) doit son nom commun à ses élytres rouge vif. C’est un coléoptère appartenant à la famille des Pyrochroïdées. Les adultes qui peuvent voler sont visibles en mai et juin. Ils mesurent jusqu’à 2 cm de longueur. La larve de cet insecte évolue sous les écorces des arbres morts ou abattus, voire du bois stocké à l’extérieur. Elle a besoin d’une hygrométrie élevée et la présence d’une fine couche de terreau est appréciée. Elle est carnassière et s’attaque notamment aux larves d’insectes lignivores, xylophages ou corticoles.