Archives de mots clés: colonne végétale

Nouvelles plantations sur mon Canopus

Sur les six plantes qui composaient ma colonne végétale Canopus, deux ont périclité, une par pourriture, l’autre au contraire par manque d’eau. Et depuis plusieurs mois je n’arrivais pas à me décider pour deux nouvelles plantes de remplacement. Le week-end dernier, j’ai enfin trouvé et je me suis lancé dans la rénovation de mon mini mur végétal.

Ma colonne végétale (Canopus) avec deux plantes manquantes

Mon Canopus avec deux plantes manquantes, août 2011, photo Alain Delavie

La colonne végétale avec ses deux trous inoccupés, en attente de nouvelles plantations. Les autres plantes sont celles d’origine, qui ont résisté à mes erreurs initiales d’arrosage. D’abord un peu trop d’eau, ensuite vraiment pas assez… J’ai vite appris à contrôler l’arrosage et depuis les végétaux se sont développés sans problème, la petite fougère devenant une belle touffe retombante. Le chlorophytum s’est aussi refait une santé car il a eu soif le pauvre. En fait, dans les deux trous du haut, il faudrait planter des espèces qui montrent facilement qu’elles ont soif, ce qui n’est pas le cas de la phalangère qui meurt de soif quand ses feuilles finissent par pâlir et s’effondrer. Enfin, maintenant, j’assure 😉

Ma colonne végétale (Canopus) avec deux plantes manquantes

Mon Canopus avec deux plantes manquantes, août 2011, photo Alain Delavie

Donc il y avait deux trous sans plante. J’ai trouvé un saintpaulia à fleurs blanches et une touffe de mini spatiphyllum, dans les teintes vert et blanc comme les autres plantes, parfait !
(suite…)

Canopus, après un peu plus d’un mois…

Quelques nouvelles de ma colonne végétale d’intérieur, Canopus, après un bon mois de culture chez moi. Premier bilan très positif, tout pousse, doucement mais sûrement.

Colonne végétale plantée de plantes d'intérieur

Ma colonne végétale Canopus, novembre 2010, photo Alain Delavie

Après cinq semaines d’essai, il faut insister sur le peu d’entretien que réclame ce dispositif ingénieux. J’ai du ajouter deux fois un peu d’eau douce non calcaire dans le fond du bac, c’est tout. La deuxième fois, j’ai arrosé par les orifices d’où sortent les plantes en penchant la colonne parce que je voulais bien mouiller tout le sphagnum, du haut jusqu’en bas. Et pour savoir quand arroser, j’ai changé une des plantes, un pépéromia pas très vigoureux a été remplacé par une bouture non racinée d’impatience (mon impatiens mystère, sans nom). La bouture n’a pas souffert de cette transplantation direct, sans passage par un verre d’eau. Les feuilles ne se sont jamais fanées, au contraire, en quelques semaines la reprise était perceptible et un nouveau bouton de fleur apparaissait.

Colonne végétale de plantes d'intérieur

Impatiens sur ma colonne végétale Canopus, novembre 2010, photo Alain Delavie

L’avantage de cet pousse d’impatience, c’est qu’elle devrait montrer très vite des signes de flétrissement dès qu’elle manquera d’eau, donc dès que le substrat sera trop sec. Ce qui n’est pas le cas des lierres et des ficus pumila, plus longs à montrer des signes de soif. L’impatience est un excellent repère pour arroser quand il faut, juste ce qu’il faut.

Ceci étant, les autres plantes se développent, lentement car la saison est moins favorable (les jours ont beaucoup raccourci) et je ne mets plus d’engrais. Mais les ficus ont fait quelques feuilles, de même que les lierres panachés. Un bon signe.

À suivre…

Canopus, la colonne végétale d’intérieur

Vous en rêviez (et moi aussi) ? Richard Dhennin (Végéforme) l’a créé ! Une colonne comme un vrai petit mur composé de plantes d’intérieur, mais dans un format réduit qui peut s’adapter à tous les intérieurs, même les plus petits. J’ai la chance d’avoir un exemplaire de ce Canopus depuis une semaine, en version rouge (bien sûr).

Culture hors sol de plantes d'intérieur

Canopus, colonne végétale d'intérieur créé par Richard Dhennin (Végéforme), photo Alain Delavie

Qu’est-ce qu’un Canopus ?
Réponse du génial créateur : « Canopus est une colonne à végétaliser de six plantes. Ici nul besoin d’électricité ou d’arrosages méticuleux. Coulures ou projections d’eau ne sont plus de mise. Un bac étanche offre une longue autonomie et un apport régulier en eau pour les végétaux. Le substrat de sphaigne naturellement hydro-rétenteur, permet la remonté de l’eau grâce à la capillarité. Canopus à été conçu pour garantir une utilisation durable tout en restant très simple d’utilisation. »

Culture hors sol des plantes d'intérieur

Canopus, colonne végétale d'intérieur créé par Richard Dhennin (Végéforme), photo Alain Delavie

Hauteur 52 cm, largeur 30 cm, profondeur 20 cm. Pas encombrant, mais très déco !
Poids environ 5 kg.
Matière en polypropylène avec de l’acier galvanisé, substrat naturel de sphaigne.

Culture hors sol des plantes d'intérieur

Canopus, colonne végétale d'intérieur créé par Richard Dhennin (Végéforme), photo Alain Delavie

Couleurs rouge, orange ou ébène (marron foncé).
De 47 à 55 € sur les salons, végétaux inclus. 40 € hors frais de port, végétaux non fournis (prix par VPC).

Comment ça marche ?

Culture hors sol des plantes d'intérieur

Bac du Canopus, colonne végétale d'intérieur créé par Richard Dhennin (Végéforme), photo Alain Delavie

Bac du Canopus, mur végétal d’intérieur créé par Richard Dhennin (Végéforme), photo Alain Delavie

Le bac étanche dans lequel vient s’insérer le mini mur planté. Démonstration en photos de la pose du mur, par le créateur lui-même (himself, yes !).

Culture hors sol des plantes d'intérieur

Canopus, colonne végétale d'intérieur et son inventeur, Richard Dhennin (Végéforme), photo Alain Delavie

Culture hors sol des plantes d'intérieur

Insertion de la colonne végétale dans le bac, Canopus créé par Richard Dhennin, photo Alain Delavie

Il ne reste plus qu’à l’installer dans un endroit clair et lumineux, pas trop ensoleillé quand même (l’exposition étant déterminée par le choix des plantes, si possibles toutes avec les mêmes exigences de lumière). À priori, toutes les espèces courantes peuvent être installées dans ce petit mur. Si vous le composez vous-même, il faut partir de boutures enracinées ou de jeunes plants dont on a ôté toute la terre pour dégager les racines.

Culture hors sol de plantes d'intérieur

Canopus, colonne végétale d'intérieur créé par Richard Dhennin (Végéforme), photo Alain Delavie

Culture hors sol des plantes d'intérieur

Canopus, colonne végétale d'intérieur créé par Richard Dhennin (Végéforme), photo Alain Delavie

Mon petit Canopus a été planté par Richard : nephrolepis, ficus pumila panaché, chlorophytum panaché et lierre panaché. Mélange de vert tendre et de blanc, sur fond rouge. Je n’ai pas encore eu le temps de le faire, mais je vais tenter d’insérer quelques boutures d’impatiens d’intérieur pour obtenir un développement un peu plus en hauteur ou sur les côtés.

Les soins à prévoir :
Très peu en fait, ce procédé étant parfait pour les étourdis(ies) de l’arrosoir ou les pigeons voyageurs qui désertent leur appartement le week-end voire plus longtemps.
Voici les préconisations du créateur :
« Vérifiez régulièrement le volume d’eau présent dans le bac. Ne remplissez pas le bac entièrement !
L’eau doit être totalement absorbée par la colonne avant d’arroser de nouveau. Une fois seulement le bac vide, versez-y un litre d’eau maximum pour une période de deux à trois semaines (la fréquence d’arrosage varie en fonction de l’emplacement et de la saison). Vous pouvez augmenter occasionnellement le volume d’eau lors d’une absence prolongée.

Entretien : il est important que le bac reste propre. Vérifiez la présence d’éléments organiques dans celui-ci (feuilles mortes, bout de substrat …). Dans ce cas, ôtez la colonne du bac en la soulevant, puis nettoyez le bac à l’eau claire. Replacez la colonne, et remplissez de nouveau le bac comme indiqué ci-dessus.
Les végétaux présents dans Canopus sont des plantes d’intérieur. Placées à une température de 15°C à 25°C, elles nécessiteront les même soins et entretiens habituels pour ce type de plantes.

Apport d’engrais : vous pouvez ajouter un engrais liquide à l’eau d’arrosage. Divisez de moitié la dose préconisée par le fabriquant. Privilégiez les engrais complet (NPK).
Certains comportent des compléments en sels minéraux et oligo-éléments, c’est encore mieux ! »

Essayer, c’est l’adopter ! Mon petit Canopus a trouvé sa place près de la porte fenêtre de la salle à manger, où je peux l’observer tout à loisir. Entretien minimum je confirme ! Encore mille mercis au génial inventeur…

Pour acquérir un Canopus :
Richard Dhennin, Végéforme. (Richard expose ce week-end dans le salon Gardenia 2010, à Beauvais dans l’Oise)
Escale Passion.