Archives de mots clés: cochenille

Lutter contre les cochenilles farineuses sur plante d’intérieur

Cochenille farineuse sur feuille de Phalaenopsis, orchidée, plante d'intérieur, rue de Nantes, Paris 19e (75)Inlassablement, les cochenilles farineuses refont leur apparition, souvent sur les mêmes plantes, notamment mon petit phalaenopsis à feuillage panaché. Je pensais pourtant en être venu à bout car je n’en avais pas vu depuis plusieurs semaines. L’ennemi se cachait bien et je dois continuer la lutte contre ces insectes ravageurs particulièrement tenaces.

En premier lieu, il ne faut surtout pas attendre et laisser ces animaux proliférer. Dès qu’on les repère, il faut agir. Sinon, ils vont se multiplier, envahir très vite la plante et les voisines. Action, réaction !

Souvent, je douche la plante avant de la traiter. J’élimine ainsi la plupart des adultes et tout le miellat collant qui rend les feuilles et les tiges si gluantes. La douche doit être assez énergique et il faut doucher les feuilles dessous et dessus. Il faut aussi nettoyer la soucoupe ou le cache-pot car ces animaux se cachent souvent dessus.

Quand le feuillage de la plante est sec, je pulvérise un anti cochenilles. J’ai choisi l’Anti Cochenilles Neudorff, insecticide Spruzit AF. C’est un produit prêt à l’emploi, utilisable en agriculture (et jardin !) biologique. Et il est très efficace, sans bruler le feuillage de la plante.

Quand vous voyez ça, passez à l’attaque !

Cochenille à carapace sur une tige d'impatiens, Paris (75)
Un petit point noir, une boursouflure conique sur une tige d’impatiens ou de toute autre plante d’intérieur, ce n’est pas anodin. C’est une cochenille à carapace, un redoutable insecte piqueur suceur qui, si vous ne faites rien, donnera très vite une descendance nombreuse particulièrement difficile à éradiquer.

Quand j’ai repéré cet intrus, je n’en ai vu que trois. Avec une lingette que j’avais sous la main, je me suis empressé d’arracher ces parasites trop vite prolifiques. Et je vais maintenant surveiller avec attention pour agir si j’en repère d’autres. Action manuelle pour le moment, car les ennemis sont peu nombreux.

Avec le chauffage dans nos intérieurs, les parasites commencent à proliférer sur nos pauvres plantes d’intérieur malmenées par le manque de lumière et l’air trop sec des pièces chauffées. La vigilance s’impose !