Archives de mots clés: chenille

Rencontre avec une chenille bien curieuse

Chenille, insecte, papillon, rue d'Aubervilliers, Paris 18e (75)
En allant déjeuner hier midi, j’ai croisé cette chenille égarée sur le bitume d’un trottoir de la rue d’Aubervilliers (Paris 18e) près du boulevard Ney. Une chenille assez grosse, avec plein de poils et des couleurs plutôt vives.

Elle ressemble beaucoup à une chenille de pudibonde. Mais je ne suis pas du tout spécialiste des papillons et encore moins de leurs chenilles.

Buxatrap® , solution de piégeage de la pyrale du buis pour les professionnels des espaces verts

Chenille de la pyrale du buis, Parc de Passy, Paris 16e (75)
Présente dans plus de 85% des départements français, la pyrale du buis est un ravageur redoutable, tant par les dégâts engendrés que par la difficulté à le maitriser. Ces deux dernières années ont été particulièrement marquées par l’invasion de ces chenilles. Pour faire face à ce fléau, Koppert a pris part au projet SaveBuxus, aux côtés de l’ASTREDHOR, Plante&Cité et l’INRA, afin d’apporter une solution concrète pour contrôler la pyrale du buis de manière efficace et innovante. Après deux ans de travail, Koppert présente Buxatrap®.

Le piège à phéromones sans entretien
Originaire d’Asie, Cydalima perspectalis, ou pyrale du buis est arrivée en France en 2008. Cette chenille se nourrit des feuilles des buis et cause des dégâts irrémédiables.

Pour une lutte efficiente, Koppert France propose Buxatrap® : un piège de détection précoce des populations contenant une phéromone sexuelle. Une fois en place, il permet de détecter précocement les vols de pyrale afin de positionner les traitements de façon optimale.
Ce piégeage vise aussi à limiter les accouplements de la pyrale du buis pendant les principales périodes de vol (de mai à septembre), engendrant une réduction des populations. Buxatrap® est un allié discret par sa taille réduite, sa couleur verte et son faible poids (moins de 150g). Il comporte également une cuve transparente qui permet de visualiser facilement les prises régulières. Il se suspend aux arbres environnant les buis ou sur un piquet.

Destinée aux professionnels du paysage et aux collectivités, cette innovation Koppert France et l’INRA permet de répondre aux directives de la loi Labbé votée en 2014, qui interdira dès 2017, l’utilisation des pesticides dans les espaces verts hors cimetières, stades et voies SNCF. (suite…)

Les dégâts des pyrales sur les buis parisiens

Buis ravagé par les chenilles de la pyrale du buis, cimetière du Père Lachaise en automne, Paris 20e (75)
J’avais entendu parler des dégâts importants provoqués sur les buis par ce nouveau parasite, la pyrale du buis (Cydalima perspectalis). Et j’ai vu (et photographié) la première chenille au printemps dernier sur un buis dans le parc de Passy (Paris 16e). Mais en passant dans le cimetière du Père Lachaise (Paris 20e) le week-end dernier, j’ai contemplé le triste spectacle d’un parterre de buis complètement ravagé. Quelle désolation !

Buis ravagé par les chenilles de la pyrale du buis, cimetière du Père Lachaise en automne, Paris 20e (75) (suite…)

Attention à la pyrale du buis !

Chenille de la pyrale du buis, Parc de Passy, Paris 16e (75)

J’avais entendu des propos alarmants concernant l’attaque de plus en plus fréquente et importante des chenilles sur les buis, mais je n’avais jamais vu cet ennemi arrivé récemment en France par l’Est et l’Alsace. Hier matin en sortant de la Maison de la Radio, alors que je m’apprêtais à prendre des photos dans le bas du parc de Passy (Paris 16e), j’ai repéré une belle chenille en train de commettre son forfait sur un jeune pied de buis.

Chenille de la pyrale du buis, Parc de Passy, Paris 16e (75)

La chenille est verte avec une tête noire brillante. Sur mes photos, elle est située juste au-dessus de la ramification, sur la tige de gauche. Et l’on peut voir comment elle a déjà bien dévoré certaines feuilles.

Les attaques de la pyrale du buis concernent le buis (Buxus sempervirens) et plus particulièrement la variété ‘Rotundifolia’ (buis à feuilles rondes) et le buis du Caucase ou buis de Colchide (Buxus colchica). La lutte biologique est effectuée avec des préparations à base de Bacillus thuringiensis var. kurstaki disponibles dans le commerce. Les applications par pulvérisation doivent s’effectuer dès l’apparition des premières chenilles, en mars ou avril selon les conditions météorologiques. Quand il n’y a pas beaucoup de ravageurs, on peut tenter de les éliminer en les ramassant à la main (les chenilles de la pyrale du buis ne sont pas urticantes).
Surveillez vos buis, car les dégâts provoqués par ces chenilles sont parfois très graves. Et la première génération qui se transforme en papillons en juin va donner ensuite une ou deux autres générations qui feront encore plus de ravages.