Archives de mots clés: bouturage

1 brique pour 11 l de terre de fibre de coco

Ugro brique fibre de coco deshydraté compressé, substrat, Paris 19e (75)
Toujours en quête d’un substrat léger pour mes bouturages et la culture de mes saintpaulias, mais aussi celle des épiscias et des bégonias qui redoutent tous l’excès d’humidité au niveau de leurs racines, j’ai acheté cette brique de fibres de coco compressées et déshydratées. Un petit pavé de 750 g mais qui, après réhydratation, permet d’obtenir 11 litres de substrat poreux.

Les dimensions de la brique sont : 20 x 10 x 5.5 cm. Pour le jardinier qui porte la charge, 750 grammes seulement pour obtenir un tel volume ensuite, c’est super. Parfait pour le jardinier urbain !

Les fibres de coco possèdent d’excellentes propriétés de rétention d’eau et d’aération qui favorisent une croissance rapide du système racinaire de la plante. Celles proposées par la marque UGRO sont riches en trichodermas, un micro-organisme qui lutte contre la pourriture des racines et stimule la croissance des plantes. Un substrat 2 en 1, de surcroit acide (pH de 6,3) ce qui devrait plaire à mes saintpaulias et bégonias.

Ce ne sera pas le seul composant du substrat que je vais employer. Je vais y ajouter de la perlite et un engrais organique obtenu à partir du guano de chauve-souris. Je n’ai pas trouvé ces produits dans une jardinerie, mais dans un growshop : L’Or Vert (Paris 5e).

Boutures d’impatiences au chaud

Boutures d'impatience de Nouvelle-Guinée Divine à l'intérieur, Paris 19e (75)
Avec la douceur de l’automne, mes plants d’impatience de Nouvelle-Guinée ‘Divine’ ne cessent de fleurir, mais j’ai préféré prélever plusieurs boutures que j’ai mises dans l’eau à l’abri chez moi.

Je n’ai pas rasé complètement mes pieds d’impatience qui fleurissent encore. Je vais tenter de les garder dehors, avec la mise en place de protections si le froid devient trop sévère mais les tiges sont tellement gorgées d’eau que je ne crois guère à leur résistance aux gelées. Mais j’aurai quelques boutures hors gel, en espérant qu’elles reprennent.

Les mystères de la bouture

Bouture de Crassula plantée à l'envers, Rustica, Paris 18e (75)
Quant on fait des boutures de tiges feuillées, il faut faire très attention de ne pas planter les tiges à l’envers, mais quand cela arrive, la nature nous réserve parfois des surprises. C’est le cas avec cette bouture de Crassula, plantée dans le mauvais sens et qui se met à bourgeonner comme si de rien n’était.

Cela ne veut pas dire que la bouture reprend. Il y a assez de réserves nutritives dans les tiges succulentes de cette plante grasse pour lui permettre de faire des nouvelles pousses. Mais il est temps de la déterrer pour la remettre dans le bon sens. Et les racines devraient vite apparaître.

La période est propice au bouturages de toutes sortes. Si vous vous lancez dans cette opération de multiplication, pensez à bien repérer les bases des boutures quand vous les prélevez sur une tige coupée en plusieurs morceaux.

Boutures d’épiscia réussies

Jeunes boutures d'Episcia 'Silver Skies' dans un terrarium
Le petit pied d’Episcia ‘Silver Skies’ commandé aux États-Unis il y a déjà pas mal d’années (fin 2009) a beaucoup poussé et fleuri, au point d’envahir complètement son terrarium. Avant de le replanter, j’ai préféré faire des boutures dans un autre terrarium. Avec la chaleur de l’été et l’humidité élevée dans le bac, les rosettes de feuilles se sont vite enracinées et elles forment déjà leurs premières fleurs.

Jeunes boutures d'Episcia 'Silver Skies' dans un terrarium
Aucune perte dans les rosettes mises à raciner. Je vais pouvoir m’occuper du pied mère trop à l’étroit dans son terrarium. Si la transplantation abimait la plante, j’ai une nombreuse descendance maintenant.

Avec un pot de basilic, faites-en dix (et plus) !

Pot de basilic, photo © jamesh77 - Fotolia.com

Si vous achetez un pot de basilic à grandes feuilles comme celui en photo ci-dessus, sachez que vous pouvez immédiatement le multiplier pour obtenir plusieurs plants qui produiront tout au long de l’été.

La première chose à faire, c’est de dépoter ce basilic et de séparer tous les brins sortant du substrat, en faisant attention que chaque pousse garde ses racines. Le conteneur qui vous a été vendu contient souvent un grand nombre de plants semés serrés dans le godet et vendus tels quels. Chaque plant rempoté séparément donnera une belle touffe en quelques semaines alors que si vous les laissez serrés les uns contre les autres, ils auront beaucoup de mal à s’étoffer et ils fileront en donnant moins de belles feuilles parfumées.Si par malheur vous cassez une tige en cherchant à séparer les plants, ne la jetez pas. Faites en une bouture en l’installant dans un verre d’eau. Vous la placerez au chaud dans la maison, derrière une fenêtre ensoleillée.

Vous pouvez aussi prélever des boutures sur ces jeunes plants en coupant au-dessus des feuilles les plus basses. D’un plant d’une tige, vous en aurez deux tout de suite. Les boutures reprennent très vite simplement en les installant dans un verre d’eau, au chaud derrière une fenêtre bien ensoleillée. Et le plant taillé redonnera très vite des nouvelles pousses à l’aisselle des feuilles.

Boutures réussies du fusain ‘Wolong Ghost’

Mon pied de fusain ‘Wolong Ghost’ avait un peu trop poussé en longueur et je finissais pas marcher sur l’extrémité des tiges. Au début du printemps, j’ai rabattu légèrement les pousses. Cette espèce n’étant pas répandue, je ne pouvais pas jeter les tiges coupées. Hop, dans un godet avec du terreau et j’ai laissé faire la nature. Boutures réussies !

Fusain (Euonymus fortunei 'Wolong Ghost") sur mon balcon en été

Fusain (Euonymus fortunei 'Wolong Ghost") sur mon balcon en été, 9 juillet 2011, photo Alain Delavie

Boutures de fusain (Euonymus fortunei 'Wolong Ghost") sur mon balcon en été, 9 juillet 2011, photo Alain Delavie

Boutures de fusain (Euonymus fortunei 'Wolong Ghost") sur mon balcon en été, 9 juillet 2011, photo Alain Delavie

Petites boutures pour l’instant, toutes petites, mais bien vivantes. Comme quoi, quand ça veut reprendre, pas besoin d’hormones de bouturage ou de film plastique pour maintenir à l’étouffée.

Boutures de fusain (Euonymus fortunei 'Wolong Ghost") sur mon balcon en été, 9 juillet 2011, photo Alain Delavie

Boutures de fusain (Euonymus fortunei 'Wolong Ghost") sur mon balcon en été, 9 juillet 2011, photo Alain Delavie

Elles ont besoin de s’étoffer et de prendre de la force. L’été ne fait que commencer, elles ont encore le temps de pousser avant l’arrivée des mauvais jours.

Fusain (Euonymus fortunei 'Wolong Ghost") sur mon balcon en été, 9 juillet 2011, photo Alain Delavie

Fusain (Euonymus fortunei 'Wolong Ghost") sur mon balcon en été, 9 juillet 2011, photo Alain Delavie

Le fusain ‘Wolong Ghost’ (Euonymus fortunei ‘Wolong Ghost’) est une excellente plante pour la culture en bac. Cet arbuste à feuillage persistant a un port très retombant ou étalé, avec de curieuses feuilles vert foncé aux nervures blanc argenté. Mon pied pousse bien alors qu’il a fort à faire avec une concurrence importante dans la jardinière. Vraiment une bonne plante.