Archives de mots clés: arbuste persistant

Mahonia à feuilles de houx (Mahonia aquifolium)

La saison des mahonias continue en ce tout début du printemps avec la floraison des mahonias à feuilles de houx (Mahonia aquifolium). Une aubaine pour les bourdons et autres insectes pollinisateurs qui visitent nombreux les épis de fleurs jaune vif dressés au-dessus du feuillage vernissé.

Arbuste à feuillage persistant et floraison précoce

Mahonia à feuilles de houx en pleine floraison (Mahonia aquifolium), Jardin du Ranelagh, Paris 16e (75), mars 2011, photo Alain Delavie

Cette espèce de Mahonia forme un petit buisson plutôt arrondi, plus large que haut. Parfaite pour les petits jardins, les terrasses et les grands balcons, elle ne dépasse pas 1 à 1,5 m d’envergure et de hauteur. Les rameaux ont une écorce grise et brune. Les feuilles piquantes ont un aspect vernissé et évoquent les feuilles d’un houx. Le feuillage est persistant, coriace, avec une coloration vert vif à vert foncé, teinté de rouge, de pourpre et de brun pendant l’automne et la mauvaise saison.

Arbuste à feuillage persistant et floraison précoce

Mahonia à feuilles de houx en pleine floraison (Mahonia aquifolium), Jardin du Ranelagh, Paris 16e (75), mars 2011, photo Alain Delavie

(suite…)

Rhododendron très précoce

Que les forsythias, certains cerisiers à fleurs et les corètes soient fleuris avant la fin de l’hiver, cela ne m’étonne pas vraiment, car ces arbustes fleurissent au moindre redoux. Mais découvrir un superbe rhododendron couvert de fleurs dans un jardin parisien, c’est un peu plus surprenant à une semaine de l’arrivée officielle du printemps.

Arbuste de terre de bruyère à floraison printanière précoce

Rhododendron fleuri dans le Jardin James Joyce, Paris 13e, 13 mars 2011, photo Alain Delavie

Arbuste de terre de bruyère à floraison printanière précoce

Rhododendron fleuri dans le Jardin James Joyce, Paris 13e, 13 mars 2011, photo Alain Delavie

D’habitude, ce sont les jardineries qui nous montrent des potées de rhododendrons couverts de fleurs bien avant la période de floraison habituelle. Mais Paris a un microclimat particulier, le froid y est moins intense que dans la lointaine banlieue… Et puis si la plupart des rhododendrons hybrides fleurissent vers la mi ou fin avril ou en mai, parmi les espèces botaniques, Rhododendron sutchuenense, qui ressemble beaucoup à celui photographié, est donné fleurissant fin mars.

Arbuste de terre de bruyère à floraison printanière

Rhododendron fleuri dans le Jardin James Joyce, Paris 13e, 13 mars 2011, photo Alain Delavie

C’est encore un signe, le printemps n’est plus très loin !!!

Arbuste de terre de bruyère à floraison printanière précoce

Rhododendron fleuri dans le Jardin James Joyce, Paris 13e, 13 mars 2011, photo Alain Delavie

Bon à savoir :
Le Jardin James Joyce est accessible par la rue Georges Balanchine, dans le 13e arrondissement de Paris. Ses allées pavées mènent à une grande pelouse centrale de 826m², dont 664m² sont accessibles au public, et à une aire de jeux pour tout-petits.

Ce jardin a une composition originale constituée d’une trame minérale très rigide, accompagnée de tables d’arbustes persistants, et d’une trame végétale très libre, qui s’étend au-delà du jardin, dans l’espace public.

Une aire de jeux de ballons clôturée se trouve à proximité du square.

Le Jardin James Joyce rend hommage depuis 2007 aux 14 enfants victimes de l’incendie de l’immeuble du boulevard Vincent-Auriol, en 2005. Vous pouvez y découvrir des dessins réalisés par les enfants du quartier juste après l’événement.

Coeur de muehlenbeckia

Pour continuer mes idées de petits cadeaux pas ruineux pour la Saint-Valentin, je vous propose aujourd’hui un joli coeur de verdure, composé d’un entrelacs de Muehlenbeckia complexa, un petit arbuste persistant au port très souple qui se laisse facilement palisser.

Topiaire en forme de coeur

Coeur de Muehlenbeckia complexa, février 2011, photo Alain Delavie

Cet arbuste originaire de Nouvelle-Zélande a un port naturellement rampant et tapissant, ses fins rameaux s’étendant rapidement en tous sens et se marcottant au fur et à mesure de leur développement. Dans les régions à climat doux, cette plante peut devenir très vite un couvre-sol envahissant du fait de sa vigueur. En pot, elle prend vite un aspect échevelé et désordonné si on ne contrôle pas sa croissance. Mais elle ne résiste pas à des températures inférieures à -12 °C, les gelées provoquant la chute du feuillage, habituellement persistant sous climat doux.

Vendu en potée, le muehlenbeckia n’est pourtant pas une plante d’intérieur, car il supporte difficilement les températures supérieures à 18 °c et la sécheresse ambiante de nos intérieurs. Il est plus à sa place sur un rebord de fenêtre, sur le balcon ou une terrasse, tant que les gelées ne menacent pas. Avec une exposition bien protégée, il est possible de le conserver toute l’année dehors dans Paris intra-muros.

Le port très souple des fins rameaux du Muehlenbeckia complexa et ses petites feuilles persistantes toujours décoratives permettent d’utiliser cet arbuste sarmenteux en topiaire, en fixant et palissant les tiges sur une structure grillagée ou des fils de fer. Un palissage à faire au fur et à mesure que de nouvelles pousses s’allongent.

Un arbuste liane facile à diriger, d’où la présentation en coeur à l’occasion de la Saint-Valentin. Un joli coeur qui vous coûtera moins de 10 euros… Je l’ai trouvé le week-end dernier chez Double Pensée, 35 rue des Archives, 75004 Paris.

Bon à savoir :
Les coeurs sont de saison et vous pouvez aussi trouver des coeurs de chaine-de-coeur (Ceropegia woodii), une plante succulente mieux adaptée à la culture dans un appartement ou une maison, dans une pièce très claire.

Floraison du Sarcococca hookeriana var. digyna ‘Purple Stem’

Décidément je ne me ferai toujours pas au nom épouvantable de ce pauvre petit arbuste pourtant charmant : Sarcococca hookeriana var. digyna ‘Purple Stem’. Et je n’arrive pas à le retenir ! Qu’importe, je peux l’admirer tous les jours sur mon balcon et en ce moment, il me donne une floraison toute aussi ébouriffée que parfumée.

Arbuste persistant à floraison hivernale parfumée

Sarcococca hookeriana var. digyna 'Purple Stem' en pleine floraison sur mon balcon, janvier 2011, photo Alain Delavie

Les toutes petites fleurs crème sont teintées de pourpre à la base, comme les tiges de l’arbuste. Leur parfum est puissant, ce qui surprend pour une aussi petite plante. Cela promet pour les années à venir !

Cet arbuste appartient à la famille des Buxacées (un cousin du buis donc). Adulte il peut atteindre jusqu’à 1,5 m de hauteur pour environ 2 m d’envergure. En pot, il restera certainement plus petit, même s’il a déjà bien poussé depuis que je l’ai installé au printemps dernier. Les fleurs devraient donner des petits fruits charnus, des baies bleu-noir et brillantes. Je connais des merles qui se régaleront l’hiver prochain quand elles seront arrivées à maturité (en attendant, ils mettent un chantier incroyable sur mon balcon, ce n’est plus du grattage mais une véritable opération de retournement du terreau).

Cette espèce est originaire de l’Ouest de la Chine. Elle a été dénommée en l’honneur de Sir Joseph Dalton Hooker, botaniste et, comme son père William Jackson Hooker, Directeur des Jardins Botaniques Royaux de Kew (Angleterre).
Sarcococca hookeriana a été la première espèce introduite en culture en Europe, le genre Sarcococca en comprenant quatorze.

Je l’ai déjà dit, mais je le répète : ce sont d’excellentes plantes pour la culture en pot dans les petits espaces, balcons, cours ou terrasses peu ensoleillés. Surveillez les arrivages dans les jardineries, car pendant la période de floraison, ces petits arbustes sont plus fréquemment proposés. Comme ils ne sont pas vraiment spectaculaires, il faut avoir l’oeil…

Les bambous sacrés de l’Allée du Professeur Jean Bernard (Paris 10e)

Je vous ai déjà souvent parlé des bambous sacrés (Nandina domestica), mais je ne me lasse pas d’admirer et de photographier ces petits arbustes qui se font remarquer en ce moment avec leurs énormes grappes de baies rouge vif, un rouge qui prend des nuances de plus en plus intenses au fur et à mesure que l’hiver s’avance.

Arbuste à feuillage persistant et fruits décoratifs

Massif de bambous sacrés (Nandina domestica), allée du Professeur Jean Bernard, Paris 10e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

De loin on repère immédiatement les masses de fruits rouge vif qui apportent des touches de couleur vive dans une profusion de feuillages.

Arbuste à feuillage persistant et fruits décoratifs

Massif de bambous sacrés (Nandina domestica), allée du Professeur Jean Bernard, Paris 10e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

Arbuste à feuillage persistant et fruits décoratifs

Massif de bambous sacrés (Nandina domestica), allée du Professeur Jean Bernard, Paris 10e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

L’hiver est déjà bien avancé et pourtant les oiseaux ne touchent pas à ces baies, alors qu’ils ont dévoré celles des pyracanthas et des sarcococcas, un peu moins celles des cotoneasters.

Arbuste à feuillage persistant et fruits décoratifs

Massif de bambous sacrés (Nandina domestica), allée du Professeur Jean Bernard, Paris 10e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

Feuillage élégant et persistant, port gracieux, dimensions réduites et fruits décoratifs, beaucoup d’atouts pour ces arbustes qui se cultivent facilement et supportent bien la pollution urbaine de même que le manque de soleil, fréquent dans les cours et les rues parisiennes.

Sarcococca, parfum d’hiver

Beaucoup plus précoce qu’en 2009 et encore plus qu’en 2010, mon gros pied de Sarcococca est désormais couvert de petites fleurs blanc crème discrètes, mais qui exhalent un parfum suave et capiteux qui se diffuse sur tout le balcon et dans les pièces de l’appartement quand j’ouvre une fenêtre. Un délice !

Arbuste persistant à floraison hivernale parfumée

Rameau fleuri de sarcococca sur mon balcon, janvier 2010, photo Alain Delavie

Les rameaux portent un nombre incroyable de petites fleurs pendantes qui forment des guirlandes parfumées. Le parfum est aussi puissant que celui du jasmin ou du gardénia, ce qui surprend en plein hiver. Cette année, la floraison est particulièrement belle et abondante. Très précoce aussi, plus d’un mois d’avance par rapport à l’an dernier.

Arbuste persistant à floraison hivernale parfumée

Grosse touffe de sarcococca fleuri sur mon balcon, janvier 2010, photo Alain Delavie

Tout est joli dans cet arbuste au feuillage persistant vernissé. En quelques années, le petit plant est devenu lentement une grosse touffe bien compacte, que je taille chaque année après la floraison car à chaque nouvelle pousse, elle s’étale un peu plus, occupant davantage l’espace déjà restreint sur le balcon.

L’autre pied acheté au printemps 2010 est aussi couvert de fleurs et tout aussi parfumé. L’arbuste est jeune et beaucoup plus petit, mais il se fait remarquer de loin par la senteur suave qu’il émane.

Cet arbuste facile à cultiver est un des « must-have » des jardins en hiver et des balcons, car il pousse très bien dans un pot ou une jardinière assez volumineuse. J’en ai vu quelques belles potées sur le quai de la Mégisserie, avis aux amateurs…