Archives de mots clés: arbre de Noël

Olivier de Noël parisien

Olivier en pot avec des décorations pour les fêtes de fin d'année, Venice bar, Paris 2e (75)
L’olivier est devenu un arbre très parisien depuis quelques années maintenant, la mode de cet arbre méditerranéen ne cessant de s’amplifier. Rien d’étonnant à le découvrir paré de décorations de Noël dans les rues de la capitale, comme ici devant le Venice Bar (Paris 2e).

Olivier en pot avec des décorations pour les fêtes de fin d'année, Venice bar, Paris 2e (75) (suite…)

Houx de Noël

Houx panaché avec illuminations

Décoratif à longueur d’année, le houx panaché n’a besoin que d’une guirlande lumineuse pour devenir un arbre de Noël pimpant et original.

Houx panaché avec illuminations

Et si vous prenez un pied femelle, vous avez une profusion de boules rouges avec les petits fruits !

Houx panaché avec illuminations

Il existe plusieurs espèces et variétés de houx panachés de blanc, notamment Ilex aquifolium ‘Argenteomarginata’, I. aquifolium ‘Ferox Argentea’, I. aquifolium ‘Handsworth New Silver’, I. aquifolium ‘Silver Milkmaid’, etc.

Les sapins voient rouges chez Julien

Les fêtes sont terminées, la nouvelle année est déjà bien commencée, mais les décorations et les illuminations de Noël jouent les prolongations pendant quelques jours encore dans la capitale. Par ci, par la, on rencontre encore quelques sapins. Chez Julien, dans la rue de l’Hôtel de Ville, ils sont d’un rouge flamboyant. Sous un rayon de soleil bienvenu, le rouge devient feu.

Décorations de Noël dans Paris

Sapin floqué rouge vif, devant le restaurant Chez Julien, Paris 4e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

Avec le bleu et l’or de la devanture, l’effet est saisissant…

Décorations de Noël dans Paris

Sapins floqués rouge vif, devant le restaurant Chez Julien, Paris 4e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

Décorations de Noël dans Paris

Sapins floqués rouge vif, devant le restaurant Chez Julien, Paris 4e (75), janvier 2011, photo Alain Delavie

Les derniers feux pour ces beaux sapins dont les jours sont comptés… Bientôt, changement de décor !

Olivier de Noël

Les oliviers sont devenus des arbres courants dans la capitale et la région parisienne. Le plus souvent cultivés en pots, ces arbres méditerranéens ornent de plus ne plus les grands balcons et les terrasses. Alors pour les fêtes de fin d’année, quoi de plus évident qu’un olivier de Noël en lieu et place du traditionnel sapin de Noël ?

Arbre de Noël : un olivier

Petit olivier en pot décoré pour Noël, rue de la Villette, Paris 19e (75), photo Alain Delavie

Un petit olivier de Noël en plein quartier du haut Belleville, rue de la Villette (Paris 19e).

Arbre de Noël : un olivier

Petit olivier en pot décoré pour Noël, rue de la Villette, Paris 19e (75), photo Alain Delavie

Arbre de Noël : un olivier

Petit olivier en pot décoré pour Noël, rue de la Villette, Paris 19e (75), photo Alain Delavie

Un petit arbre de Noël qu’il ne faut surtout pas rentrer dans la maison, il y dépérirait par manque de lumière et excès de chaleur…

Arbre de Noël : un olivier

Petit olivier en pot décoré pour Noël, rue de la Villette, Paris 19e (75), photo Alain Delavie

Et un autre olivier de Noël vu près du marché de l’Olive, dans le 18e arrondissement de Paris.

Arbre de Noël : olivier

Olivier décoré de boules et de noeuds, rue de l'Évangile, Paris 18e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

Arbre de Noël : olivier

Olivier décoré de boules et de noeuds, rue de l'Évangile, Paris 18e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

Arbre de Noël : olivier

Olivier décoré de boules et de noeuds, rue de l'Évangile, Paris 18e (75), décembre 2010, photo Alain Delavie

D’autres idées d’arbre de Noël ?
Dans la maison, vous pouvez tentez le ficus de Noël, l’araucaria de Noël ou carrément le cactus candélabre de Noël (gare aux aiguillons).
Sur le balcon, la terrasse ou dans le jardin, tous les petits conifères se laissent déguiser, mais pourquoi pas un cône ou une boule de buis de Noël ?
Toutes les folies sont permises !

Sapins de Noël, le naturel à la côte

À un peu moins de trois semaines des fêtes de Noël maintenant, les sapins de Noël arrivent en nombre un peu partout dans les points de vente. Rien d’étonnant puisque plus de la moitié des acheteurs font l’acquisition de leur arbre de Noël avant le 15 décembre. Sapins artificiels, sapins naturels coupés, en conteneur, en pot ou en mottes, il n’y a que l’embarras du choix.

D’après l’étude réalisée par TNS SOFRES en décembre 2009, le marché français du sapin de Noël naturel a généré un chiffre d’affaires d’environ 118 millions d’euros (+ 1,3 %), avec 5,2 millions de sapins achetés à un prix moyen de 23 euros.

Pour l’achat de leur sapin naturel :
– 41 % des ménages français ont dépensé plus de 23 euros,
– 30 % d’entre eux entre 15 et 23 euros,
– et enfin 29 % moins de 15 euros.

Le sapin naturel en tête des ventes
Les foyers français ont été 22,4 % à faire l’acquisition d’un sapin :
– 18,5 % d’entre eux ont opté pour un sapin naturel,
– et 3,9 % pour un arbre artificiel.

Deux variétés se répartissent la majorité des ventes :
– Le Nordmann cumule 62 % de parts de marché et affiche un prix moyen de 27 euros.
– L’Epicéa représente 35 % de parts de marché et s’est vendu à un prix moyen de 16 euros.

Les habitudes d’achats
En décembre 2009,
– ce sont 86 % de sapins coupés qui ont été achetés,
– et 14 % de sapins conditionnés en pot ou en motte.
Les conifères mesurant entre 1 m et 1,5 m ont représenté plus de 50 % des achats, avec 53 % de Nordmann et 47 % d’Epicéa.
Quant aux « grands » sapins (supérieurs à 1,5 m) et aux « petits » sapins (inférieurs à 1 m), ils ont respectivement généré 31 % et 18,8 % des ventes.
Le 1er lieu d’achat des sapins naturels est l’hyper/supermarché avec 32 % des ventes, suivi par les jardineries qui comptabilisent 23 % des ventes.

Des ventes de plus en plus précoces
La période d’achat des sapins naturels démarre de plus en plus tôt. En 2009, 51 % des sapins ont été achetés avant le 15 décembre.
Le Nordmann a atteint son meilleur score durant la première quinzaine de décembre avec 57 % d’arbres achetés.
Quant aux inconditionnels de l’Epicéa, ils ont été 61 % à l’avoir acheté durant la 2ème quinzaine.

Un achat familial
La majorité des acheteurs de sapins naturels appartient à un foyer composé de 3 personnes ou plus avec enfant(s).

Le sapin artificiel en perte de vitesse
Le sapin artificiel perd du terrain au profit du naturel.
L’arbre en plastique représente 17,7 % des ventes de sapins en valeur (- 2,9 points) contre 82,3 % pour le naturel.
Le taux de foyers acheteurs d’un sapin artificiel est passé de 4,6 % en 2008 à 3,9 % en 2009.
(Étude réalisée à partir du panel TNS SOFRES auprès de 6 000 foyers représentatifs de la population française pour FranceAgriMer et Val’hor)

Quel sapin acheter ?
Afin de combler toutes les attentes des particuliers et de correspondre à tous les budgets, les producteurs français de sapins offrent un très large choix aux consommateurs. Espèces, tailles, présentations… il est possible de trouver le sapin idéal parmi l’offre proposée. Bien que deux variétés, l’Epicéa et le Nordmann, prédominent sur le marché, différentes espèces de conifères affichent également des qualités intéressantes.

L’Épicéa
C’est le sapin de Noël authentique qui fait l’unanimité auprès des amoureux de la tradition. La bonne odeur de forêt qu’il dégage participe à recréer l’atmosphère de Noël dans la maison. Sa forme pyramidale et ses fines aiguilles se prêtent idéalement à sa décoration. Sa pousse rapide le rend accessible à un prix attractif.

Sapin de Noël authentique et naturel

Sapin de Noël naturel (Epicea coupé), photo AFSNN

Le Nordmann
Sapin préféré des français, le Nordmann séduit grâce à la tenue et à la douceur de ses aiguilles vert foncé. Son excellente résistance permet une installation plus précoce dans la maison et participe à une décoration soignée jusqu’à Noël. Bien qu’il soit plus cher que l’Epicéa, le Nordmann demeure le sapin le plus vendu en fin d’année.

Le Pungens
Facilement reconnaissable par sa ramure harmonieuse vert bleuté, le Pungens diffuse une agréable odeur de pin. Il présente également une bonne résistance à la chaleur.

L’Omorika
Cette variété est appréciée pour ses longues aiguilles vert foncé et leur face intérieure argentée. Son élégance naturelle est également un atout de décoration indéniable.

Le Nobilis
Ce sapin « noble » se distingue par son feuillage vert bleuté. Son port majestueux, son parfum boisé et la robustesse de ses aiguilles font de lui un compromis idéal entre l’Epicéa et le Nordmann.

Offrir une seconde vie à son sapin
Les particuliers qui souhaitent replanter leur sapin après les fêtes doivent opter pour un arbre cultivé en conteneur, qui conserve les racines intactes. Ainsi, il pourra entamer une seconde vie avec un maximum de chances de reprise. Cependant, certaines précautions doivent être prises lors de son installation dans la maison et lors de sa replantation.

Dans la maison :
* ne pas l’installer dans une pièce chauffée à plus de 17 °C (idéalement dans une véranda ou un jardin d’hiver),
* éviter la proximité de toutes sources de chaleur (radiateur ou cheminée),
* l’arroser régulièrement pour maintenir sa terre humide,
* brumiser ses aiguilles pour éviter leur dessèchement,
* le placer dans une pièce non chauffée quelques jours avant de le replanter.

Le jour de sa replantation, il est important de veiller à :
* éviter un jour où il gèle,
* imbiber la motte du sapin durant 1⁄4 d’heure,
* ajouter un peu de terreau et de terre de bruyère dans le trou préalablement réalisé,
* arroser copieusement à la base du sapin en fin de plantation.
Pour ceux qui n’ont pas la chance de posséder une parcelle de terrain, il leur reste la possibilité de transformer leur sapin en compost ou en bois de chauffage, après l’avoir fait sécher.

Sapin aux étoiles de Noël

En cette journée nationale du poinsettia et à quelques semaines à peine de Noël, je ne résiste pas à vous proposer cette idée de décoration pour un grand sapin.

Sapin décoré de poinsettias abricot, photo Stars of Europe

Sapin décoré de poinsettias abricot, photo Stars of Europe

L’originalité de la décoration vient des petits poinsettias aux bractées d’un joli abricot, suspendus aux branches de l’arbre de Noël. Comme il existe des minis poinsettias, vous pouvez décorer des sapins beaucoup plus petits que celui montré en photo.