Archives de mots clés: Aracaea

Zamioculcas à feuillage panaché, ma dernière acquisition

Zamioculcas zamiifolia à feuillage panaché, Aracées, plante d'intérieur, Paris 19e (75)
J’ai fini par dénicher un pied de Zamioculcas à feuillage panaché. En fait c’est le deuxième que j’achète, mais ce dernier arrivé a vraiment une panachure très marquée, certaines feuilles étant presque entièrement blanc crème.

Cette plante a beaucoup voyagé car elle vient de très loin. Et en plus, la poste l’a baladé pendant des semaines et à force de réclamations, j’ai pu enfin la récupérer. Une chance, la plante n’avait pas souffert, toutes les feuilles et les racines étaient en parfait état. Costaud, le Zamioculcas.

Et pourtant… Arrivé le 20 novembre à Roissy, le colis a été envoyé dans le Pas-de-Calais alors que mon adresse parisienne était clairement indiquée sur le paquet. Et il est resté en instance tant que je n’ai pas protesté pour le récupérer. Il est finalement arrivé dans mon bureau de poste parisien en début de semaine. Et bien sûr, sans aucun passage chez moi. Heureusement que j’avais un numéro de suivi pour suivre les acheminements.

Suite à ma réclamation, j’ai reçu deux courriers du service clients de la Poste. ÉDIFIANTS !!! Le premier m’indiquait que ma réclamation avait été prise en compte et que l’on me ferait une réponse d’ici le 2 janvier 2018 (SIC !). Le second, reçu après avoir récupéré le colis, me conseillait de contacter la personne qui m’avait envoyé le paquet pour qu’elle fasse elle-même une réclamation. Mais par contre, aucune remarque m’expliquant pourquoi le colis était partir dans le Pas-de-Calais au lieu d’être acheminé normalement vers Paris. Lamentable.

J’ai maintenant cinq potées de Zamioculcas. Une classique, la forme la plus connue et vendue. Deux à feuillage vert, mais port plus compact et taille plus réduite. Et deux à feuillage panaché de crème, mes petits derniers. Tout ce petit monde est désormais bien installé et soigné.

 

Alocasia lauterbachiana

Alocasia lauterbachiana, plante exotique, Aracée, Salon du Végétal, Nantes (44), juin 2017, photo Alain DelavieAvec ses grandes feuilles vertes et pourpres très élancées et échancrées, cette plante d’intérieur apporte une touche de verdure, de couleur et d’exotisme dans un intérieur clair.

Arrivé depuis peu dans les points de vente de jardinage, cet alocasia fait d’abord penser à une espèce d’anthurium ou de philodendron, des espèces de la même famille, celle des Aracées. J’en ai trouvé un jeune pied il y a quelques semaines et je l’ai acheté sans savoir son nom ni ses origines. Je le trouvais très déco et original, ce n’est qu’en rentrant chez moi que j’ai cherché plus d’informations.

Alocasia lauterbachiana est originaire de l’Asie du Sud-Est. Comme la plupart des alocasias cultivés, il faut lui donner beaucoup de lumière, un air plutôt humide et il faut l’arroser avec une eau douce non calcaire dès que le substrat sèche en surface. La plante étant vite assez volumineuse, les arrosages en été sont fréquents. À noter que cette plante reste en végétation toute l’année et apprécie des températures assez chaudes (18 à 22 °C). Mais attention, plus il fait chaud, plus il faut lui assurer une ambiance humide en brumisant les grandes feuilles ondulées.

Nouvelle floraison pour Typhonium horsfieldii sur mon balcon

Spathe du Typhonium horsfieldii sur mon balcon en été, Paris 19e (75)
Cette floraison n’a rien de spectaculaire, c’est plutôt une curiosité. Mais j’aime bien cette petite plante de la famille des Aracées, surtout son feuillage découpé avec la disposition si originale des folioles qui composent les feuilles.

Inflorescence (spathe) du Typhonium horsfieldii sur mon balcon en été, Paris 19e (75) (suite…)

Les transparences du Caladium ‘Miss Muffet’

Feuilles de Caladium 'Miss Muffet' vues par tranparence, Aracées, plante d'intérieur, Paris 19e (75)

Les ponctuations rouge cerise de cette variété de caladium sont encore plus spectaculaires lorsque l’on regarde les feuilles par transparence. Comme mon pied de Caladium ‘Miss Muffet’ étend de plus en plus ses grandes feuilles vers la baie vitrée, je profite donc pleinement du spectacle.

Mais il ne faut pas oublier de l’arroser ! Un vrai boit sans soif.