Archives de mots clés: Adiantum

Nouvelle tentative de culture d’Adiantum caudatum

Adiantum caudatum, fougère exotique, plante d'intérieur, mon terrarium, Paris 19e (75)
Après plusieurs tentatives de culture dans mon appartement, avec à chaque fois la mort de la plante par dessèchement, j’ai finalement racheté un petit pied que j’ai installé dans mon plus grand terrarium avec un nouvel éclairage artificiel plus performant. Et l’emplacement semble plaire à cette belle fougère si fragile.

Adiantum caudatum, fougère exotique, plante d'intérieur, mon terrarium, Paris 19e (75)
Des nouvelles frondes ont très vite poussé au coeur de la fougère, avec une belle couleur rose cuivrée qui tranche sur le vert vif du feuillage. La culture en terrarium permet de garder le substrat toujours frais et l’humidité de l’air est beaucoup plus importante que dans ma salle à manger. Deux conditions qui devraient favoriser la croissance de cet Adiantum à port étalé à retombant.

Il paraît qu’une nouvelle plante peut se former à l’extrémité d’une fronde au contact avec le substrat. Je vais pouvoir vérifier dans mon terrarium. À suivre !

Nouvelle tentative pour cultiver Adiantum caudatum

Adiantum caudatum, fougère d'intérieur, plante d'intérieur

J’adore cette fougère, je l’ai toujours aimée, mais l’ingrate n’a jamais su se plaire chez moi. Ou plutôt je l’ai souvent fait crever de soif. Aussi après avoir aperçu de beaux petits pieds pas chers chez le fleuriste de la rue du Ranelagh (Natur’Elle) devant chez qui je passe et m’arrête tous les dimanches matin en allant et revenant de la Maison de la Radio, je n’ai pas résisté, j’en ai repris deux ! Mais je suis bien décidé à ne pas faillir pour l’arrosage…

Adiantum caudatum, fougère d'intérieur, plante d'intérieur

Ces fougères sont toujours vendues dans des tous petits godets, remplis d’un substrat léger qui se dessèche très vite. Le problème est que lorsque la fougère montre des signes évidents de soif (feuilles qui se racornissent, se fripent et se dessèchent), il est trop tard pour espérer récupérer la pauvre plante assoiffée. Elle ne doit donc jamais manquer d’eau, mais il ne faut pas non plus la noyer. Cette fois-ci j’espère avoir trouvé une solution : j’ai placé le pot dans un cache-pot en verre transparent qui me laisse voir le substrat dans le pot et l’eau qui stagne au fond du contenant. Et je vais suivre le conseil du fleuriste qui laisse toujours un fond d’eau, pas plus. De l’eau douce non calcaire, pas de l’eau du robinet bien trop dure ici à Paris.

Capillaire dans l’hiver parisien

Grosse capillaire (Adiantum) dans la jardinière d'une tombe du cimetière du Montparnasse, Paris 15e (75)

Les capillaires sont appréciées pour leur feuillage léger d’une grande élégance. Souvent cultivées comme plante d’intérieur, certaines espèces de ces fougères sont rustiques telles la capillaire de Montpellier (Adiantum capillus-veneris) ou la capillaire chinoise (Adiantum venustum). Je ne sais pas quelle est l’espèce que j’ai photographiée, mais elle est superbe et tout à fait à l’aise dehors.

Même si quelques frondes semblent un peu desséchées sur les bords, ce pied de fougère est splendide, bien installé dans sa jardinière exposée à tous les vents et les aléas climatiques. Je ne sais pas depuis quand elle y est installée, on dirait presque qu’elle est ici depuis toujours ou presque.

Cela me donne des idées pour mon balcon ombragé, parfait pour accueillir des fougères rustiques pas trop délicates. Ce n’est pas encore le moment des plantations, mais je note !

Adiantum caudatum : 70 cm la fronde !

En décembre dernier, je vous présentais l’une de mes dernières acquisitions en matière de plante d’intérieur : une fougère, un Adiantum caudatum. Beau, mais si fragile… Mais j’ai enfin réussi à faire pousser ce pied ! Résultat : deux immenses frondes de plus de 70 centimètres de longueur.

Le secret de cette réussite ? Un rempotage quand les premières frondes se sont desséchées, pour éviter les coups de soif beaucoup trop fréquents en raison d’une motte de substrat tourbeux peu volumineuse et trop vite asséchée. La plante était vendu dans un pot de 10-12 cm de diamètre à peine, autant dire presque sans terre. Le moindre oubli d’arrosage et c’était le dessèchement assuré, voire la mort de la plante quand l’oubli se prolongeait.
J’ai installé ma potée dans un pot à réserve d’eau (Lechusa mini cubi). La jauge permet de suivre avec précision l’arrosage, ma plante n’a plus jamais eu de coup de soif et elle a prospéré sans trop de lumière. Oubliées les frondes desséchées, quelle grâce !