Île-de-France

À propos de la région de l’Île-de-France

Les botaniques de Chèvreloup : jardinez la biodiversité !

Les 5 et 6 avril, l’arboretum de Chèvreloup accueille 47 pépiniéristes collectionneurs membres de l’ASPECO pour l’exposition-vente « Les Botaniques de Chèvreloup ».

Le cadre est unique, les plantes proposées sont souvent rares ou d’une grande originalité… Deux bonnes raisons pour aller dénicher la perle rare qui viendra enrichir la biodiversité de votre rebord de fenêtre, votre balcon, votre terrasse, votre cour ou votre jardin.
Mais c’est aussi l’occasion d’échanger des conseils de jardinage, d’inscrire les enfants à des ateliers (de 14 h à 17 h), de suivre les visites guidées (de 14 h à 17 h) de ce site exceptionnel, véritable musée de l’arbre qui regroupent 2700 espèces et variétés, auxquelles viennent s’ajouter les 5000 espèces de plantes tropicales cultivées dans les serres.

Rendez-vous de 10 h à 19 h.
Entrée : 8 €.
Au 30, route de Versailles, 78150 Rocquencourt.
En bus, lignes B / H depuis les 3 gares de Versailles, arrêt Parly II.

Île-de-France : on ne touche pas aux chenilles !

Les services de la préfecture d’Île-de-France ont lancé hier un appel à la vigilance suite à la réapparition des chenilles processionnaires du pin dans les forêts de la région.
Très urticantes, ces chenilles sont maintenant bien implantées dans l’Est de l’Essonne et dans le Sud de la Seine-et-Marne, notamment dans la forêt de Fontainebleau, mais aussi dans les forêts de l’Ouest de la région. L’an dernier plusieurs pelouses du parc floral de Vincennes ont été interdites du fait de la présence de ces animaux dangereux pour l’homme et les animaux domestiques.
En ce début de printemps, les chenilles quittent leurs nids où elles ont passé tout l’hiver, pour aller s’enterrer et se métamorphoser dans le sol jusqu’au début de l’été, quand les papillons prendront leur envol.
Soyez vigilants, ne touchez ni les nids ni les chenilles, empêchez le chien ou le chat de s’en approcher. A cette période de l’année, il n’est plus conseillé de traiter pour les détruire.
En avez-vous vu dans votre jardin ou dans les bois voisins ?