études et statistiques

Études ou statistiques sur le monde du jardin, la nature ou l’environnement.

Fleurs de France : plus de 1 000 entreprises engagées !

Label Fleurs de France
« Fleurs de France » franchit le cap des 1 000 entreprises engagées : à ce jour 1 047 entreprises de la filière du végétal sont engagées dans la démarche « Fleurs de France » : 434 horticulteurs et pépiniéristes, 216 fleuristes, 335 jardineries et 62 grossistes en fleurs et plantes.

Une belle progression depuis l’annonce de la création d’un logo « Fleurs de France » le 8 octobre 2014, par le ministre de l’Agriculture, à l’occasion de l’Assemblée Générale de VAL’HOR, il y a un peu plus de 1 000 jours !

« Fleurs de France » est mis à la disposition de tous les professionnels de la filière pour leur permettre d’apporter une information claire aux consommateurs concernant l’origine française des produits, et de proposer une offre végétale répondant à des critères en matière de protection de l’environnement ou de qualité. L’évolution du règlement d’usage « Fleurs de France » début 2017 clarifiant le positionnement et l’utilisation des différentes certifications, a favorisé l’engagement de l’aval de la filière et permet une plus grande visibilité du logo « Fleurs de France » dans les points de vente.

La liste des entreprises engagées dans « Fleurs de France » est disponible sur le site www.labelfleursdefrance.fr
« Fleurs de France » est membre de l’Association des produits agricoles de France lancée le 22 février 2017.

 Les « Fleurs de France » médiatisées
À la rentrée, VAL’HOR a fourni des végétaux « Fleurs de France » pour plusieurs événements médiatisés :

  • les Journées du Patrimoine au ministère de l’Agriculture (16-17 septembre à Paris),
  • le concours mondial des fleuristes à Novafleur (24-25 septembre à Tours),
  • et la coupe de France des fleuristes à Folie’flore (5-8 octobre à Mulhouse).

À ne pas manquer en fin d’année : le village « Fleurs de France » réunissant 37 producteurs à Paysalia (5-7 décembre à Lyon) et l’installation du sapin de Noël « Fleurs de France » à l’Élysée (à partir du 8 déc.).

Fruits et légumes : les Français suivent de moins en moins la recommandation

Fruits et légumes, photo Fotolia © eyetronicObligatoire depuis dix ans sur toute publicité alimentaire, la recommandation de consommer cinq fruits et légumes par jour a de moins en moins d’impact sur la population. Selon la dernière enquête du CREDOC, seulement 25 % des Français la suivaient en 2016 contre 31 % en 2010.Credoc, logoEntre 2007 et 2010, la proportion d’adultes (18 ans et plus) respectant la recommandation des cinq portions de fruits et légumes par jour a progressé de quatre points, passant de 27 % à 31%. Mais cet effet a été balayé avec la crise économique. En 2013 et en 2016, elle est retombée à 25%. Dans le même temps, la part des petits consommateurs (moins de 3,5 portions par jour) a augmenté de 8 points par rapport à 2010 pour atteindre 54 % en 2016. Chez les enfants (3 à 17 ans), le constat est le même. Seulement 6 % consomment plus de cinq portions de fruits et légumes par jour. La part de très petits consommateurs (moins de deux portions par jour) est passée de 32 % en 2010 à 45 % en 2016.

Seulement un Français sur quatre atteint la recommandation de consommer cinq fruits et légumes par jour

Les catégories sociales peu ou pas diplômées consomment moins de fruits et légumes que les autres. Toutefois, la baisse constatée ces dernières années est plus accentuée dans les catégories les plus diplômées et dans les familles de trois enfants ou plus. Parmi les diplômés de niveau Bac + 3, la part des petits consommateurs de fruits et légumes (moins de 3,5 portions par jour) a augmenté de 19 points en six ans contre  + 9 points parmi les non diplômés. Aujourd’hui, les jeunes générations sont plus diplômées… et consomment de moins en moins de fruits et légumes.

Moins on est diplômé, moins on consomme de fruits et légumes, mais la faible consommation progresse davantage chez les diplômés

Si les inégalités sociales ont ainsi tendance à se réduire, les différences territoriales, elles,  continuent de s’accentuer. Dans la région Nord par exemple, la part des petits consommateurs (moins de 3,5 portions par jour) est passée de 45% à 75 % de 2010 à 2016. Dans le même temps, cette part est restée identique dans le Sud-Est et dans l’Ouest.

L’atteinte du repère de cinq fruits et légumes par jour se fait avant tout en consommant plus de fruits frais

Les villes d’Île-de-France dans le Palmarès des Villes Vertes

Infographie, les Villes Vertes de France, palmares 2017, UNEP / HortisL’Unep – Les Entreprises du Paysage, en partenariat avec Hortis, vient de communiquer les résultats de l’édition 2017 du Palmarès des Villes Vertes. Une enquête menée auprès des 50 plus grandes villes de France sur leur politique de végétalisation urbaine. Résultats : les grandes villes d’Île-de-France ne sont pas dans le top 10, mais elles se font remarquer par leurs initiatives et leurs efforts de valorisation et de préservation de leurs espaces verts.

Paris figure notamment à la 2e place de la catégorie « promotion », pour les multiples projets que la capitale met en œuvre : jardins partagés, permis de végétaliser, serious games, budgets participatifs…

Infographie, les Villes Vertes de France, palmarès 2017, catégorie promotion des parcs et jardins, UNEP / Hortis
Vitry-sur-Seine est également en 5e place de la catégorie « entretien et gestion des déchets verts » : la ville a développé de nombreuses techniques alternatives aux produits phytopharmaceutiques.
Enfin, si Courbevoie, Argenteuil ou Créteil ne figurent pas dans le classement, il est important de noter leur volontarisme pour faire de leurs territoires urbains denses des villes plus vertes.

(suite…)

Avancées de la recherche concernant la lutte contre les ravageurs et maladies du buis

Logo SaveBuxusEn 2016, les partenaires du programme de recherche SaveBuxus ont activement poursuivi l’étude des solutions de biocontrôle contre les ravageurs du buis avec une accélération des essais et tests sur le terrain. Le programme, qui entre dans sa dernière phase, vise à déterminer les stratégies de lutte optimales contre la pyrale et Cylindrocladium buxicola.

Dans l’attente des résultats fin 2017, deux synthèses intermédiaires font le point sur la biologie et la prévention contre cette maladie et ce ravageur. Elles sont téléchargeables en libre accès sur les sites internet des coordinateurs du projet, ASTREDHOR et Plante & Cité.

Les deux synthèses des travaux 2015 donnent de premiers éléments pour mieux comprendre et limiter les attaques de ces bioagresseurs qui ravagent les plantations de buis depuis la fin des années 2000. Elles s’adressent aux professionnels de l’horticulture, de la fleuristerie, du paysage, mais aussi aux collectivités, producteurs et gestionnaires de buis.
(suite…)

Chiffres clés de l’environnement – Édition 2016

Chiffres clés de l'environnement - Édition 2016, Datalab n° 9 février 2017Le Ministère de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer vous propose une nouvelle publication qui dresse un panorama concis des enjeux environnementaux en France. Vous pouvez la télécharger gratuitement sur son site Internet.

S’appuyant sur une sélection de données synthétiques, elles-mêmes adossées à des séries temporelles longues, ce recueil fournit un rapide aperçu des principales tendances caractérisant les relations entre la société, l’économie française et l’environnement.

L’objectif est de mobiliser l’ensemble des citoyens face aux défis écologiques auxquels est confrontée l’humanité (changement climatique, dégradation et contamination des milieux, érosion de la biodiversité, épuisement des ressources naturelles, exposition aux risques).

Télécharger les chiffres-clés de l’environnement – Édition 2016 

Nouvelle année d’observations pour l’Observatoire des Saisons

Logo de l'Observatoire des Saisons (ODS)L’Observatoire des Saisons (ODS) est prêt pour une nouvelle année d’observations !

Le réveil des amandiers et des noisetiers est en cours ! Ne ratez pas le premier stade de la floraison : pour la fleur mâle du noisetier, il s’agit du stade 61. Il faut noter la date lorsque 10% des bourgeons floraux sont ouverts (la fleur est alors visible en entier).

Choisissez une zone à proximité de chez vous où se trouvent les plantes ou animaux que vous souhaitez observer. La zone doit être facile d’accès et accessible plusieurs années de suite.
L’Observatoire des Saisons étudie plus de 40 espèces de plantes et d’animaux.
Pour les espèces arboricoles, il y a 3 à 4 événements à observer au cours de l’année  : la feuillaison, la floraison, la fructification et la sénescence.
Pour les plantes herbacées, vous devez observer la floraison et noter la date à laquelle la première fleur épanouie a été vue au sein de votre station.

Rendez-vous sur www.obs-saisons.fr pour partager vos données avec les chercheurs de l’ODS.

Enregistrer