écologie

écologie, environnement, développement durable

Biodiversité : une agence régionale en Île-de-France

Logo de l'ARB ÎdFJeudi 12 avril 2018, Valérie Pécresse présidente de la Région Île-de-France, Michel Cadot Préfet de la région d’Île-de-France, Préfet de Paris, Christophe Aubel directeur général de l’Agence française pour la biodiversité, Fouad Awada directeur général de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Île-de-France (IAU îdF) et Patricia Blanc directrice générale de l’Agence de l’eau Seine-Normandie, ont lancé la première Agence régionale de la biodiversité (ARB îdF).

La Région Île-de-France se dote aujourd’hui d’une ARB et marque ainsi son rôle de chef de file de la biodiversité et son engagement sur les questions environnementales. Rattachée à l’IAU comme département dédié à la biodiversité, cette ARB intègre notamment les équipes et les missions de Natureparif.

Portée également par l’Agence française pour la biodiversité (AFB), l’ARB travaillera avec elle en coopération permanente. Depuis janvier 2017, l’AFB exerce des missions de soutien à la mise en œuvre des politiques publiques dans les domaines de la connaissance, de la préservation, de la gestion et de la restauration de la biodiversité des milieux terrestres, aquatiques et marins.

L’Agence de l’eau Seine-Normandie, dont les compétences d’action sont élargies à la protection de la biodiversité terrestre et marine, apportera également son concours technique et financier, par l’accompagnement des projets qui contribuent à préserver les ressources en eau, à lutter contre les pollutions, et à reconquérir la biodiversité aquatique et protéger les milieux humides.

Le Ministère de la transition écologique et solidaire, qui œuvre pour la sauvegarde de la biodiversité, la préservation des espaces naturels et la restauration des continuités écologiques, s’engage, au travers de ses services déconcentrés et notamment le Direction régionale de l’environnement et de l’énergie d’Île-de-France (DRIEE) avec la signature de la convention par le Préfet de la région d’Île-de-France, Préfet de Paris.

Lutter contre l’érosion de la biodiversité en Île-de-France : une nécessité absolue
Région la plus peuplée et la plus urbanisée de France, l’Île-de-France recèle un patrimoine naturel riche et mal connu. Au total, 10 000 espèces animales, dont 200 protégées, y sont recensées. La flore est également particulièrement abondante et diversifiée, puisqu’elle atteint 25 % du nombre des espèces présentes au niveau national. Région principalement agricole (47 % du territoire), l’Île-de-France accueille aussi 280 000 ha d’espaces boisés (24 % du territoire), répartis principalement entre les grands massifs de Fontainebleau, de Rambouillet et de Saint-Germain-en-Laye.

Sur un territoire à forte densité démographique, avec une fragmentation des milieux naturels et une imperméabilisation des sols, les pressions sur la biodiversité sont constantes. Les milieux humides ont perdu environ la moitié de leur surface au cours des cinquante dernières années, et ceux qui perdurent sont fréquemment artificialisés. L’abondance d’oiseaux a diminué de 21 % en 15 ans et la richesse en papillons de 8 %. La diversité en plantes est restée stable en 10 ans.

Au regard de ce contexte, aggravé par le changement climatique, l’objectif de l’ARB îdF est de renforcer l’action engagée pour la biodiversité, de la rendre encore plus efficace, plus visible et de l’ancrer durablement dans les territoires. Avec une nouvelle fonction d’ingénierie territoriale, l’Agence travaillera à l’émergence et à l’essaimage d’initiatives et de projets vertueux en Île-de-France ainsi qu’à la mise en réseau des acteurs. Elle contribuera ainsi à incarner le rôle de chef de file régional en matière de biodiversité. (suite…)

Un concours photo pour communiquer et changer de regard sur la gestion écologique

Parc départemental Jean Moulin - Les Guilands, Montreuil, Bagnolet (93)
Afin de transmettre une image positive des parcs et jardins publics gérés de façon écologique Plante & Cité lance un concours photo ouvert à tous jusqu’au 31 juillet 2018. Il permettra de désigner les vingt photos lauréates qui feront l’objet d’une exposition itinérante en France.

De plus en plus de gestionnaires d’espaces verts publics et privés s’engagent au-delà des exigences réglementaires actuelles et se mobilisent pour une gestion favorable à la biodiversité. Pour accompagner ces changements, plusieurs dispositifs de valorisation ont vu le jour, comme la démarche EcoJardin, portée par Plante & Cité et animée par l’Agence régionale de la biodiversité en Île-de-France. Néanmoins, la communication et la diffusion de ces expériences restent encore confidentielles. Le concours photo devrait permettre de valoriser les expériences de gestion écologique dans les parcs et jardins publics. Il s’intègre dans un cadre plus large d’actions de communication pilotée par Plante & Cité en 2018 qui comprend la création de galeries d’images, des vidéos témoignages, etc. L’ensemble de ces actions bénéficie du soutien de l’Agence française pour la biodiversité, dans le cadre du plan Ecophyto visant à réduire l’usage des pesticides. L’objectif est de proposer un meilleur accompagnement et entraînement des gestionnaires publics et privés vers la suppression des produits phytosanitaires et la mise en place de pratiques vertueuses pour la biodiversité en puisant dans les viviers d’expériences existantes et reconnues.

Pelouse fleurie, Parc floral de Paris, Paris 12e (75)
(suite…)

Collecte de pesticides dans les magasins botanic à partir de vendredi 30 mars 2018

Affiche de la collecte de pesticides dans les jardineries Botanic, printemps 2018Les 30-31 mars et 6-7 avril 2018, parallèlement aux pesticides chimiques pour le jardin, les citoyens pourront également ramener leurs pesticides chimiques pour les animaux dans les magasins botanic afin de les faire supprimer par un organisme spécialisé dans l’élimination des déchets dangereux. Les équipes botanic donneront à cette occasion tous les conseils pour entretenir son jardin et soigner son animal de compagnie au naturel.

Plus de 47 tonnes ! C’est déjà le poids de pesticides du jardin récupérés et détruits depuis la 1ère collecte en 2014. Pionnière avec la suppression des pesticides chimiques du jardin dès 2008, l’enseigne de jardinerie naturelle botanic ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Pour le printemps, elle encourage tous les citoyens à être des ambassadeurs de l’opération de collecte et à aller à la rencontre de leurs proches, de leurs voisins, de leurs amis… pour récupérer les pesticides et les rapporter chez botanic.

Cette année, en échange des pesticides rapportés, chaque participant se verra offrir un sachet de pommes bio. Il recevra également un certificat de participation à l’opération qu’il pourra partager sur ses réseaux sociaux pour encourager ses amis à rapporter eux-aussi leurs pesticides, et faire gagner jusqu’à 1 an de courses au marché bio ! Et tout au long de la collecte, un compteur du poids des pesticides rapportés affichera en temps réel les résultats sur le site www.botanic.com

Objectif annoncé : passer le cap des 10 tonnes de pesticides rapportés.

#OnLacheRien !
Rendez-vous les 30-31 mars et 6-7 avril 2018 dans tous les magasins botanic.

ANNULÉE / Conférence publique « La biodiversité auxiliaire des cultures » le 29 mars 2018

Affiche de la conférence publique sur la biodiversité auxiliaire des cultures, ARB îdF, Paris 18e (75), mars 2018LA CONFÉRENCE EST ANNULÉE / Dans le cadre de son cycle de conférences à destination du grand public, l’ARB Île-de-France, anciennement Natureparif, vous propose de rencontrer Michel Griffon, agronome et économiste, pour une conférence sur la biodiversité auxiliaire de l’agriculture et de l’élevage, le jeudi 29 mars 2018 à la Halle Pajol, Paris 18e (75).

Ancien directeur scientifique du CIRAD et ancien Directeur Général de l’Agence Nationale de la Recherche, Michel Griffon promeut le concept d’intensification écologique qui prend en compte la nécessité de faire face à la vague démographique planétaire et de préserver la biosphère.

Selon Michel Griffon « La longue histoire de l’agriculture a toujours tourné autour de l’élimination systématique de tous éléments susceptibles d’impacter négativement la production des plantes cultivées et de l’élevage. En a résulté une vision profondément éradicatrice des « mauvaises herbes » comme des « maladies et ravageurs », donnant lieu à l’utilisation d’un langage quasi militaire de protection des cultures et animaux d’élevage. Cette vision est également à l’origine du labour et de l’utilisation des nombreux pesticides et médicaments qui participent à la crise environnementale de l’agriculture et de l’élevage. Le recours à des techniques alternatives directement inspirées par l’écologie scientifique plaide aujourd’hui pour une conception « écosystémique » de cette protection. Ainsi, une partie importante de la flore et de la faune peut-elle être utilisée comme auxiliaire, c’est-à-dire utile à la production, tout en enrichissant la biodiversité. »

Déroulé de la conférence
Dans un premier temps, Michel Griffon abordera l’histoire de la protection des cultures et de l’élevage. Il abordera ensuite les impasses techniques actuelles et montrera dans quelle mesure l’écologie scientifique peut être une inspiration pour la production. Enfin il conclura son propos en présentant des exemples de biodiversité auxiliaire de l’agriculture et de l’élevage.

Informations pratiques
Jeudi 29 mars 2018 de 19h à 21h / ANNULÉE
Halle Pajol – Auberge de Jeunesse, 18/22 ter, rue Pajol, 75018 Paris.
Métro : ligne 12, station Marx Dormoy.
Entrée gratuite. Inscription conseillée

Earth Hour 2018 le samedi 24 mars entre 20h30 et 21h30

Earth Hour 2018, bannière
Cette année, Earth Hour (« 60 minutes pour la planète »), la plus grande mobilisation organisée par le WWF, aura lieu le samedi 24 mars entre 20h30 et 21h30 (heure locale).

À cette occasion plusieurs millions de personnes dans le monde vont éteindre leurs lumières et des milliers de monuments iconiques seront plongés dans le noir. L’année dernière, de Singapour à Honolulu, en passant par Sydney, Moscou, Londres, Paris, New York ou encore Washington, ce sont près de 7000 villes dans 187 pays qui avaient éteint leurs édifices emblématiques.

À Paris, c’est la Tour Eiffel qui sera éteinte par Anne Hidalgo, Maire de Paris, en présence de Pascal Canfin, Directeur général du WWF France et Sébastien Lecornu, Secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire.

Earth Hour 2018, bannière

Pour suivre toutes les actualités d’Earth Hour
Site France : https://earthhour.fr/
Évènement Facebook : https://www.facebook.com/events/959887007500355/
Twitter : #EarthHour #Connect2Earth

Salon du Survivalisme du 23 au 25 mars 2018 à Paris

Salon du Survivalisme, Paris Event Center, Paris 19e (75), mars 2018
Du 23 au 25 mars 2018, la première édition européenne du Salon du Survivalisme se déroulera au Paris Event Center – Porte de la Villette dans le 19e arrondissement de Paris.

À l’heure où le développement durable et les solutions d’autosuffisance prennent une place de plus en plus importante dans la société, les habitudes des Européens sont en mutation et laissent place à un mode de vie davantage tourné vers la prévention des risques et la protection de l’environnement. Le survivalisme désigne un mode de vie basé sur l’autosuffisance et l’anticipation de catastrophes d’ordre naturelles, humaines, écologiques, économiques, sociales. La notion est déjà très répandue aux États-Unis où le Survivalisme fait l’objet de nombreuses manifestations. Mais il y est présenté comme une solution pour faire face à des situations apocalyptiques.

« La plupart des gens ont des images post-apocalyptiques en tête lorsqu’on leur parle de survivalisme. Or, c’est loin d’être le cas ! D’ailleurs, ceci vient aussi du fait qu’aucune manifestation n’existe sur ce sujet en France ni même en Europe. Le survivalisme est un ensemble de pratiques responsables et respectueuses de l’environnement : c’est pour sensibiliser les citoyens à cela que nous avons créé cette première édition du salon du Survivalisme » explique Clément Champault, un des co-fondateurs de JPCevents. « Dans un monde où les populations sont soumises à de plus en plus de risques, nous estimons qu’il est nécessaire d’organiser cet évènement pour adopter les bons comportements et permettre à des acteurs du secteur de se faire connaitre ».

Le salon a pour objectif de sensibiliser le public au respect de l’environnement et de lui permettre d’expérimenter les produits et services des exposants du salon, réparti en six thèmes :

  • Survie
  • Outdoor
  • Gestion de l’eau
  • Autonomie alimentaire
  • Énergie
  • Santé et sécurité

Le Salon du Survivalisme est également une manifestation permettant aux professionnels de l’autonomie, du développement durable & de la prévention des risques de se rencontrer et de promouvoir leur produits et services auprès du grand public. Des espaces « startups » et « expo-vente » sont prévus, ainsi que de nombreuses conférences autour des différents thèmes qu’englobe le survivalisme. D’autres animations plus pratiques sont aussi au programme : formation d’aquaponie, mur d’escalade, animations Do It Yourself, gestes de premiers secours…

Participent à cette première édition des entreprises renommées dont Au Vieux Campeur, LoisirAlp, Gerber, Deuter, Meindl, Silva, l’Armée de Terre, Aquapure, Fenix light, Aquatabs pour ne citer que les plus connues.

Informations pratiques
Paris Event Center,
20, avenue de la Porte de la Villette, 75019 Paris.
Tramway : ligne T3B, station Porte de La Villette Cité des sciences et de l’industrie.
Métro : ligne 7, station Porte de la Villette
Bus : ligne 150, station Magenta
RER : ligne E, station Rosa Parks

Plus d’informations sur les conférenciers, les animations et le salon en général sur http://www.salondusurvivalisme.com/