écologie

écologie, environnement, développement durable

Week-end de comptage des oiseaux des jardins les 26 et 27 mai 2018

Logo LPO
Pour la 6e année consécutive, la LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) invitent les citoyens à participer au comptage national des oiseaux des jardins les 26 et 27 mai 2018. Le but ? Établir un suivi des populations d’oiseaux de proximité afin d’évaluer leur état et préconiser ainsi des mesures de protection. Ce deuxième comptage annuel qui fait suite à celui de janvier constitue une manière simple pour chaque citoyen, adhérent ou non à la LPO, d’agir concrètement en faveur de la connaissance et de la protection de notre avifaune.

Logo Muséum National d'Histoire Naturelle

En pleine période de reproduction, les oiseaux sont moins abondants dans les jardins que durant l’hiver mais de nombreuses espèces sont tout de même observables. Parmi les plus communes : le Merle noir, le rouge-gorge et la Mésange charbonnière. Les plus chanceux pourront aussi observer la Huppe fasciée ou le Rougequeue à front blanc, des visiteurs saisonniers.

Merle sur mon balcon parisien en hiver, Paris 19e (75)À l’occasion de ce comptage du dernier weekend de mai, les citoyens pourront découvrir la grande diversité d’oiseaux qui visitent les jardins et qui, pour certains, sont menacés de disparition, comme le Verdier d’Europe ou le Bouvreuil pivoine (classés Vulnérables sur la Liste Rouge UICN). Chaque année depuis 2013, des milliers d’observateurs partagent leurs données et contribuent à faire avancer la connaissance des oiseaux de nos jardins.

Forts des observations issues de ces comptages, des états des lieux des oiseaux présents dans nos jardins pourront être dressés. Et contre toute attente, les données collectées fin janvier 2018 présentent un grand nombre d’oiseaux à la mangeoire, à l’instar des Grosbecs casse-noyaux, Tarin des aulnes et Mésanges noires qui sont arrivés massivement dans nos jardins cet hiver ! (voir bilan)

Les prochaines observations collectées pour le comptage de mai permettront de mesurer l’abondance des espèces venues nicher dans les jardins. Les migrateurs comme les hirondelles et le Rougequeue à front blanc seront-ils présents en nombre ? Le Grosbec casse-noyaux et la Mésange noire dénombrés cet hiver seront-ils encore présents fin mai dans les jardins ?  À vous d’aider la LPO et le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN) à le savoir !

À vos agendas donc pour ce prochain weekend de comptage de mai. Il n’est pas nécessaire d’être un expert, il suffit d’avoir un peu de temps, d’aimer regarder ce qui se passe dans son jardin et de savoir compter. Facile ! (suite…)

12ème édition de la Fête de la Nature

Affiche de la Fête de la Nature 2018La 12ème édition de la Fête de la Nature se déroulera du 23 au 27 mai 2018. Cinq jours de manifestations gratuites pour permettre à tous les publics de vivre une expérience de la nature à son contact. Le thème 2018 ? Voir l’invisible !

La Fête de la Nature est l’événement annuel « nature » de référence. À chaque édition, ce sont plus de 800000 curieux qui se rendent dans la nature, à travers les 5000 manifestations organisées partout en France. Durant 5 jours, des milliers d’animations gratuites sont ainsi organisées par les associations de conservation et d’éducation à la nature, les collectivités locales, les établissements scolaires, les entreprises, les particuliers… Sur tout le territoire français, en métropole et en Outre-mer, dans les villes comme à la campagne, des évènements sont proposés à deux pas de chez soi, pour découvrir ou redécouvrir les richesses naturelles souvent insoupçonnées et renouer avec notre environnement.

Pour sa 12ème édition, la Fête de la Nature nous fait découvrir une nature discrète et mystérieuse qui regorge d’une diversité d’êtres souvent insolites, minuscules, invisibles au premier regard et qui pourtant, s’avèrent extraordinaires à étudier. La nature offre aussi des atmosphères inhabituelles dès que les activités humaines cessent : aube ou crépuscule, « entre chien et loup » quand le sauvage s’anime, ambiances sous terre et sous mer désorientantes, atmosphères des forêts anciennes, de la canopée ou des rivières sauvages… Une escapade dédiée aux petits et grands pour apprendre à chercher et à observer les trésors cachés tout près de chez soi.

Cliquer pour découvrir le programme complet de la 12ème édition.
(suite…)

S’inscrire pour la 5ème édition des Ateliers d’été de l’agriculture urbaine et de la biodiversité

Logo de la ville de Genevilliers (92)Les 22 et 23 juin 2018, rendez-vous à Gennevilliers pour la 5ème édition des Ateliers d’été de l’agriculture urbaine et de la biodiversité organisés par l’Agence Régionale de la Biodiversité / Île-de-France, le département Biodiversité de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme / Île-de-France, en partenariat avec la ville de Gennevilliers. Les inscriptions sont ouvertes !

Depuis 2014, les Ateliers d’été de l’agriculture urbaine et de la biodiversité proposent débats, retours d’expériences, communications scientifiques et prospectives autour d’un mouvement qui ne cesse de se développer. En quelques années, les projets en agriculture urbaine se sont multipliés : micro-fermes urbaines, tours maraichères, potagers sur les toits ou champignonnières dans des parkings, la diversité des formes mais aussi des fonctions, alimentaires, sociales, éducatives ou environnementales, témoignent d’une dynamique en perpétuelle évolution. Inévitablement, de nombreuses questions surgissent au fur et à mesure qu’apparaissent également de nouveaux enjeux : professionnalisation des acteurs, rôle des collectivités, conflits d’usage, prise en compte de la biodiversité, aménagement du territoire…

Les Ateliers d’été de l’agriculture urbaine et de la biodiversité 2018 s’inscriront une fois encore au cœur des ces débats en réunissant les 22 et 23 juin 2018, porteurs de projets, élus locaux, chercheurs, naturalistes, responsables associatifs sur le thème :  « Agriculture urbaine : accompagner tous les acteurs ». Cette 5ème édition proposera notamment le vendredi 22 juin en matinée, deux tables rondes :

  • « Favoriser ou aider à l’installation des nouveaux agriculteurs urbains, comprendre les attentes, former les acteurs ».
  • « Pratiques culturales de l’agriculture urbaine et impact sur la biodiversité – Le cas de l’apiculture en ville et des relations avec les pollinisateurs sauvages ».

Débats et tables rondes seront ponctués par de nombreux ateliers pratiques autour des sciences participatives, des semences, de la permaculture… et des visites de sites en agriculture urbaine sur le territoire de Gennevilliers, avec notamment la ferme urbaine de l’Agro-Cité inaugurée le 11 avril 2018.

Informations pratiques
Inscription gratuite et programme complet sur le site : http://www.agricultureurbaine-idf.fr/ateliers-ete-agriculture-urbaine
Centre Socio Culturel Aimé Césaire, 6-8, avenue du Luth, 92230 Gennevilliers.

Penser à réserver pour le colloque de la SNHF sur « Les plantes en voyage »

Affiche du colloque scientifique "Les plantes en voyage !", SNHF, Paris, juin 2018
La Société Nationale d’Horticulture de France organise un colloque scientifique sur la propagation et la dispersion des plantes dans le monde qui se déroulera le 1er juin 2018 à Paris. Réservez sans plus attendre votre billet.

La reproduction des espèces végétales s’accompagne d’une dispersion plus ou moins éloignée de leur lieu d’enracinement. Souvent insensible à l’œil humain, cette dissémination se lit parfois à l’échelle de la paléogéographie et explique jusqu’à l’évolution des flores aux époques glaciaires. Mais les activités humaines favorisent aussi, voire provoquent le voyage des plantes. Que cela soit intentionnel ou non, nombreuses sont les espèces qui suivent l’homme lors de ses pérégrinations : dans la laine de ses troupeaux, sous la semelle de ses chaussures, dans ses bagages et dorénavant dans la soute de ses avions. Toujours plus largement, toujours plus rapidement. La richesse de nos jardins en est le témoignage. Au lent commerce des épices orientales sur la Route de la Soie, succéda la rapide conquête de l’Amérique et de ses richesses. Puis vint le temps des explorateurs du monde, des chasseurs de plantes, des corsaires et parfois des pirates de la botanique. Notre temps sera-t-il celui de la raison et de la prudence, celui du respect d’enjeux de civilisations, celui du partage international des richesses végétales ? (suite…)

Atelier Zéro déchet au jardin chez le fleuriste Pompon (Montreuil)

Seine-Saint-Denis TourismeSeine-Saint-Denis Tourisme et Pompon, artisan fleuriste écoresponsable à Montreuil,  vous proposent un programme sur-mesure avec un atelier pour jardiner responsable et laisser s’exprimer votre créativité, en présence de Julie Bernier, de Sortez Tout Vert.

Votre jardin, votre balcon et même votre rebord de fenêtre peuvent vous permettre de réutiliser et recycler certains déchets ménagers. Lors de cet atelier, vous apprendrez à réutiliser vos déchets pour jardiner. Ce sera l’occasion de glaner quelques astuces et conseils pour le jardin, mais aussi afin de mieux consommer chez le fleuriste.

Informations pratiques
Samedi 21 avril à 14h et 15h. Durée : 1h
Boutique Pompon, artisan fleuriste, 15 rue des Lumières (Place Jean Jaurès), 93100 Montreuil.
Tarif : 7 euros.
Inscription sur le site internet de Seine-Saint-Denis Tourisme.

Collectes de déchets chimiques citoyennes à Cesson, Bonneuil sur Marne et Gonesse

Logo EcoDDSEcoDDS, société à but non lucratif, organise cette année une tournée de collecte des déchets chimiques des particuliers en France, avec un passage prévu à Cesson, Bonneuil-sur-Marne et Gonesse le samedi 21 avril 2018.

Les citoyens sont invités à venir déposer leurs pots de peinture, mastics, colles, désherbants et produits de cheminée usagés le :

La collecte aura lieu de 10h à 17h sur les parkings des magasins concernés. Des animateurs seront présents lors de la collecte pour rappeler les bons gestes pour la protection de notre environnement. Les déchets des professionnels ne seront pas acceptés lors de ces journées de collecte.

Qu’ils soient vides, souillés ou avec un reste de contenu, les déchets chimiques usagés peuvent en effet présenter un risque pour la santé et l’environnement ; ils ne doivent pas être jetés dans les canalisations ni directement dans les poubelles, mais ramenés en déchetterie ou lors d’opérations de collecte ponctuelle comme celle-ci.