Nov 222012
 

Cactus coloré, photo Alain Delavie

Et oui, çà existe ! Et ça se vend ! Il y a même d’autres couleurs, toutes aussi vives et artificielles. Le cactus fleuri avec des fleurs séchées est encore bien vendu, mais il fallait certainement trouver autre chose pour stimuler les ventes. Je n’ai pas pensé à demander si ces cactées se mettaient à briller dans le noir…

Cactus coloré, photo Alain Delavie

À associer à un phalaenopsis bleu canard ou un anthurium jaune fluo :-(

Nov 072012
 

Opuntia aciculata, opuntia rustique, Pépinière Vert-Avril, Journées des Plantes de Courson (Essonne), automne

Très décorative avec ses larges raquettes vert bleuté et ses coussins de glochides roux, cette espèce de figuier de Barbarie est aussi très rustique. Suffisamment paraît-il pour rester dehors dans un coin abrité des courants d’air et des pluies pendant l’hiver en région parisienne.

Opuntia aciculata, opuntia rustique, Pépinière Vert-Avril, Journées des Plantes de Courson (Essonne), automne

Continue reading »

Nov 042012
 

Hampe florale d'un yucca dans le cimetière du Père Lachaise en automne, Paris 20e (75)

Ce yucca parisien a un léger dérèglement dans son horloge florale, heureusement que l’automne dans la capitale n’a pas encore été trop rude sinon sa belle floraison en épi dressé serait dans un triste état. Du muguet géant à la Toussaint, y’a vraiment plus de saisons !

Les boutons floraux ont les pointes toutes rosies, comme des nez transis par le froid…

Oct 122012
 

Mourir ? Plutôt crever ! Tombe du Cimetière de Montmartre, Paris 18e (75)

La visite des cimetières réservent souvent de nombreuses surprises, notamment celle des grands cimetières parisiens. Dans le cimetière de Montmartre, j’y ai vu des chats nombreux et ce surprenant cactus cierge en bronze dressé sur une pierre tombale avec l’épitaphe « Mourir ? Plutôt crever ! »

Mourir ? Plutôt crever ! Tombe du Cimetière de Montmartre, Paris 18e (75)

Mourir ? Plutôt crever ! Tombe du Cimetière de Montmartre, Paris 18e (75)

Cette tombe est l’acquisition du caricaturiste Siné. Celui ci a non seulement acheté l’emplacement de son repos éternel prévu pour l’accueillir après son incinération, mais il a pensé à ses amis en prévoyant assez de place pour une soixantaine d’urnes funéraires, la concession étant à perpétuité et incompressible !

Août 012012
 

Potée de cactus de Noël chez Eveline D à Amiens (80)

Après avoir généreusement fleuri au cours de l’hiver et parfois une ou deux autres fois au cours du printemps, le cactus de Noël profite de l’été pour faire des réserves et s’étoffer davantage. Cette plante succulente a alors besoin de lumière, d’arrosages réguliers et d’un peu d’engrais. Ce n’est pas le moment de l’abandonner.

Il en est de même pour les cactus de Pâques et les rhipsalis. Vous pouvez installer ces plantes dehors, sous un arbre ou dans un endroit clair mais ombragé, bien abrité du soleil chaud. Mais le retour à l’intérieur est parfois problématique, notamment pour les cactus de Noël ou de Pâques qui réagissent parfois violemment au changement en perdant quelques articles et leurs boutons s’ils se sont déjà formés à la fin de l’été. L’idéal est de les laisser à la même place toute l’année pour ne pas avoir de mauvaises surprises.

L’arrosage se fait avec une eau douce non calcaire, à la température de la pièce. Il faut maintenir le substrat toujours frais, sans jamais le détremper. Même si ces cactus épiphytes sont plus gourmands en eau, ils n’en sont pas moins des cactées sensibles à tout excès d’humidité et à la pourriture des racines et du collet. Quand le temps est chaud, vous pouvez les doucher ne serait-ce que pour leur ôter la poussière qui s’accumule sur les tiges aplaties pendant la mauvaise saison.

En principe le rempotage se fait plutôt au début du printemps. En été, donnez de l’engrais tous les quinze jours, toujours sur une motte bien humide. Utilisez un engrais organique liquide soit complet, soit pour fraisiers ou tomates, en diminuant les doses de moitié. Surtout pas d’engrais trop riche en azote car cela stimulerait le développement du feuillage au détriment de la formation des boutons floraux qui se produit en fin d’été et en automne pour les cactus de Noël cultivés comme des plantes d’intérieur.

Après plusieurs échecs, j’ai enfin cinq belles potées de cactus de Noël et une de cactus de Pâques qui se développent bien et fleurissent chaque hiver. Ce ne sont pas des plantes trop exigeantes en lumière, mais une pièce claire favorise une plus belle floraison et parfois plusieurs dans l’année.

Ps : si vous trouvez des potées défleuries soldées, achetez les ! Même si vous ne connaissez pas la couleur des fleurs, c’est un moyen de se faire une belle petite collection à moindre prix. Et à cette saison, les plantes sont beaucoup moins forcées que celles que l’on va bientôt nous proposer, couvertes de fleurs.

Juil 302012
 

Kalanchoé (Kalanchoe daigremontiana), plante grasse, plante d'intérieur

Mon tout petit pied de kalanchoé, Kalanchoe daigremontiana je suppose même si je trouve les feuilles très étroites et effilées, est déjà couvert de bébés kalanchoés dont certains commencent même à faire des racines. La descendance est assurée !

Malgré son tout petit pot et sa taille encore très réduite (à l’age adulte et dans de bonnes conditions, la plante peut atteindre jusqu’à 1 m de hauteur), ce kalanchoé a déjà formé de nombreuses plantules sur le bord du limbe de ses feuilles qui ne demandent qu’à se détacher pour aller s’enraciner dans un pot voisin. Déjà quelques uns se sont enracinées au pied même de la plante mère dans le peu d’espace que laisse la potée miniature. Il devient urgent que je dédouble et rempote tout ce petit monde. Je vais en emmener une potée à mon bureau car c’est vraiment une plante peu exigeante, qui n’a pas besoin d’être souvent arrosée.

Mais il va falloir que je surveille mes autres potées si je ne veux pas être envahi de kalanchoés…