art de la rue (street art)

L’art de la rue ou « street art » est souvent associé au graffiti mais il se différencie par ses sujets. Le street art a une saveur plus politique que le graffiti moderne et il utilise des techniques telles que le pochoir, l’autocollant et l’affiche.

Street art : Femme à la marguerite (Joris)

Portrait  de femme avec une marguerite, fresque, fleur, tag, graffiti, street art, création Joris, pont de l'Ourcq, Paris 19e (75)
Juste à côté des deux chats tagués que je vous ai montrés récemment, mais sur l’une des piles du pont de l’Ourcq près du Bassin de la Villette, se trouve cet immense portrait de femme avec une fleur dans les cheveux. Une création de Joris.

Portrait  de femme avec une marguerite, fresque, fleur, tag, graffiti, street art, création Joris, pont de l'Ourcq, Paris 19e (75)
Fleur que j’ai désignée comme étant une marguerite mais qui pourrait très bien être autre. C’est elle qui m’a fait photographier cette grande peinture murale parmi tant d’autres, le quartier étant riche en oeuvres de street art. J’essaie de me concentrer sur celles ayant du végétal ou des animaux aussi.

Graffiti fleuri sur la berge du bassin de la Villette (Paris 19e)

Graffiti, petit bouquet de deux fleurs tenu à la main, pont de la rue de l'Ourcq, quai de la Marne, Paris 19e (75)
Les fleurs poussent sur les murs le long du bassin de la Villette (Paris 19e) ! Tout du moins leur représentation virtuelle, sous forme de graffiti.

Heureusement d’ailleurs, car les berges du bassin sont plutôt défleuries, il faut aller jusqu’aux darses du Bassin de la Villette pour découvrir quelques massifs fleuris.

Ni dieu, ni maître, ni croquettes

Chats, graffiti, tag, Ni dieu ni maitre ni croquettes, rue de l'Ourcq, Paris 19e (75)Les tags sont de plus en plus nombreux sur le bord du bassin de la Villette et du canal de l’Ourcq, sans cesse renouvelés. Celui-ci je l’ai photographié sur le pont de la rue de l’Ourcq (Paris 19e), tout près de chez moi.

Deux beaux gros chats réalisés au pochoir certainement et cette sentence que j’ai déjà rencontrée dans le 18e arrondissement avec un tag de chat : « Ni dieu, ni maitre, ni croquettes ».

La Nature s’efface : opération éphémère LPO le 19 avril 2017 à la Défense

Blanchon, fresque sur le parvis de La Défense, opération de la LPO, avril 2017Chaque jour, l’homme fait disparaître la nature et les espèces qui la composent. Mais que proposent donc les candidats à la présidentielle pour stopper ce gâchis ? La LPO invite les françaises et les français à leur demander de s’engager. Mercredi 19 avril 2017 au matin un immense blanchon (jeune phoque), réalisé à la craie dans la nuit, se dévoile sur le parvis du quartier d’affaire de la Défense. Au cours de la journée, il s’effacera peu à peu sous les pas des passants, inconscients du drame qui se joue.

La nature disparaît chaque jour, sous le regard des hommes au mieux impuissants, au pire indifférents. Cette œuvre éphémère nous rappelle que les enjeux écologiques sont les grands absents de cette campagne présidentielle. Bien en deçà des précédentes et en particulier de celle de 2007. Pourtant selon un sondage IFOP/LPO plus de 80% des français et françaises en font un enjeu prioritaire de cette élection. Tous les indicateurs sont au rouge et nous rappellent que la nature disparait ici et pas seulement ailleurs ; aujourd’hui et pas « peut-être demain ». Le dernier rapport sur la stratégie de la France vers un développement durable et l’observatoire national de la biodiversité convergent :

  • 32 % d’espèces évaluées déjà éteintes ou menacées (2015)
  • 23% d’oiseaux communs spécialistes en moins en métropole entre 1989 et 2015 ;
  • 46% de chauves-souris en moins en métropole entre 2006 et 2014 ;
  • 73 % des habitats naturels prioritaires au niveau européen en état défavorable (2007-2012)
  • 57% des eaux de surface ne sont pas de bonne ou de très bonne qualité ;
  • L’artificialisation des sols se poursuit à un rythme de 1,36% par an quand 51 601 km naturels et agricoles soit 10% du territoire métropolitain sont déjà passés de vie à trépas ;
  • Nous consommons 12% de produits phytosanitaires en plus en 2012-2014 par rapport à 2009- 2011 ;

Une dizaine de militants se sont mobilisés autour de l’artiste Matthieu dans la nuit de mardi à mercredi pour réaliser cette œuvre à la craie de 50 x 50 m. Le mercredi 19 avril 2017, cette destruction de la nature par l’homme est filmée et retransmise en live sur un écran vidéo à La Défense, et sur les réseaux sociaux jusqu’à la disparition du blanchon. À quelques jours du premier tour des élections présidentielles, et à la veille du dernier débat des présidentielles du 20 avril, la LPO demande aux citoyens :