Basilique du Sacré Coeur de Montmartre dans une brume de particules fines, pollution urbaine, Paris 18e (75)
L’indice de pollution de l’air est resté élevé depuis deux jours et hier une brume s’est formée dans l’après midi sur la capitale et tout autour de la basilique du Sacré Coeur de Montmartre (Paris 18e). Signe d’un niveau important de particules fines dans l’atmosphère parisienne.

Voici l’explication de ce phénomène donnée par Airparif : « Depuis lundi 11 février 2019, des conditions météorologiques anticycloniques se sont installées en Île-de-France avec des températures très froides le matin et douces l’après-midi, du fait d’un ensoleillement important. Cette situation entraîne un phénomène « d’inversions de température » le matin et le soir. Ce phénomène se produit lorsque le sol refroidit rapidement pendant la nuit alors que l’air en altitude se retrouve plus chaud créant une sorte de couvercle au-dessus de nos têtes favorisant l’accumulation de la pollution. Associé à un vent faible, il empêche la bonne dispersion des polluants émis par les sources locales (trafic et chauffage résidentiel) la nuit et au petit matin. »

L’après-midi de ce vendredi 22 février 2019 a été printanière, plus encore que jeudi, avec 18,1°C relevés à Paris Montsouris. Le précédent record journalier était de 17,0°C le 22 février 1990. C’est le printemps en hiver !