Archive journalières: 28 août 2018

Brachycome multifida pour une floraison estivale prolongée

Brachycome multifida en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)Cette petite plante vivace cultivée en annuelle fait partie des valeurs sûres pour les décorations florales estivales. Avec son feuillage très fin en coussin et sa multitude de petites fleurs étoilées qui se renouvellent sans cesse du printemps jusqu’aux gelées, elle reste toujours élégante et charmante.

La plante a un faible développement et ses dimensions réduites permettent de l’accueillir dans une petite potée sur le rebord d’une fenêtre ou la rambarde d’un petit balcon. Elle pousse aussi très bien en suspension ou en pleine terre, en bordure ou tapis, à exposition ensoleillée.

Cette année, j’en ai planté un pied avec mon bégonia Summerwings Orange qui s’est montré beaucoup trop vigoureux par rapport au brachycome, mais sans pour autant l’envahir et l’étouffer. J’ai donc pu profiter de la belle floraison blanche depuis la fin du printemps et pendant les fortes chaleurs. Et cela continue ! Avec un minimum de soins, pas de nettoyage des fleurs fanées, pas de taille ou pincement, des arrosages réguliers mais pas abondants… Bref, une très bonne fleur d’été !

Quand l’hiver n’est pas trop froid, le brachycome vivace peut passer la mauvaise saison et repart de plus belle au printemps, comme un pélargonium.

Chamaelobivia prolifique

Chamaelobivia, cactus, Cactacées, en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75)
Au printemps dernier et en début d’été, je me suis procuré plusieurs variétés hybrides de Chamaelobivia, ces petits cactus cornichons si robustes et florifères. Un des jeunes plants reçus a vite repris et s’est montré particulièrement prolifique. Il a produit un grand nombre de rejets, mais pas à la base, directement sur la tige principale.

Depuis trois ans, je cultive la variété ‘El Gigante’ qui a bien poussé et fleurit chaque année. Ce cactus rustique passe les hivers dehors sur mon balcon, au sec avec une protection quand les gelées deviennent très fortes. Mais cela n’a jamais posé de problème. D’où mon souhait d’avoir d’autres variétés hybrides de Chamaelobivia (ou Chamaecereus), notamment avec des fleurs orange, blanches ou jaune doré. Tous les jeunes plants ont bien repris, j’espère avoir les premières floraisons au printemps prochain.

Toutes les variétés n’ont pas le même développement. Certaines comme celle qui prolifère pousse vite en formant un grand nombre de rejets. Sur la même photo, j’ai deux variétés, celle située dans le haut de la photo est beaucoup moins prolifique alors qu’elle a été plantée au même moment. Et puis les tiges en forme de mini cierge sont plus ou moins allongées ou compactes. Toutes sont bien piquantes !

Mon petit plant de Rubus rosifolius ‘Coronarius’ a beaucoup grandi !

Rubus rosifolius 'Coronarius' en été sur mon balcon parisien, Paris 19e (75), 23 août 2018, photo Alain DelavieLe jeune plant de Rubus rosifolius ‘Coronarius’ acheté lors de la dernière édition printanière des Journées des plantes de Chantilly s’est installé sans problème dans l’une de mes grandes jardinières et très vite s’est mis à pousser avec vigueur. L’arbuste a lancé de belles tiges au-dessus de la rue et mesure au moins un mètre de hauteur.

J’ai eu quelques fleurs au printemps, mais depuis cette ronce d’ornement a fait du feuillage, beaucoup de feuillage ! Avec des tiges solides bardées d’épines redoutables. Qui s’y frotte s’y pique ! L’été n’étant pas terminé, je peux encore espérer une floraison avant l’arrivée des premiers froids. Sinon ce sera pour l’année prochaine…

En attendant, je vais peut-être acheter des gants épais pour pouvoir l’approcher…