Archive journalières: 27 décembre 2017

Belle floraison de mon pied de Streptocarpus (Gesnériacées)

Streptocarpus, Gesnériacées, terrarium, plante d'intérieur, rue de Nantes, Paris 19e (75)
Je n’ai jamais réussi la culture des Streptocarpus, mais en découvrant une potée à fleurs bicolores chez Truffaut l’année dernière, je me suis laissé tenter. Et les premiers mois de culture ont été… difficiles ! La plante n’a cessé de péricliter, jusqu’à ce que je l’installe en urgence dans un terrarium pour essayer de la sauver. Cela lui a réussi et après un changement pour un terrarium plus grand, elle s’est remise à pousser avec vigueur et à fleurir avec des fleurs très originales.

Streptocarpus, Gesnériacées, terrarium, plante d'intérieur, rue de Nantes, Paris 19e (75)La plante que j’avais achetée avait des fleurs bicolores, mais pas aussi grosses et frisottées… Et le violet était davantage bleu. Je ne peux pas dire que je regrette le changement, car la floraison est plutôt spectaculaire. Et je suis tellement content de réussir enfin à faire pousser et fleurir un Streptocarpus… Belle plante !

Balcon nettoyé et rangé

Mon balcon parisien en début d'hiver, Paris 19e (75)Entre les courses, la préparation du réveillon et du repas de Noël et les agapes, j’ai quand même pu m’occuper de mon balcon qui en avait plus que besoin. Il fallait rabattre les feuillages desséchés, disposer les plantes frileuses au sec contre le mur de l’appartement, arroser les potées et jardinières et ramasser les feuilles mortes qui jonchaient le sol.

J’ai rempli trois grands sacs en plastique avec les déchets de taille et les feuilles mortes… Plus rien ne dépasse à l’extérieur de la rambarde au-dessus de la rue, tous les rameaux et les feuilles desséchés ont été coupés et ramassés.  Je me suis ensuite occupé des plantes gélives que j’ai rassemblées le long du mur de l’appartement, sans les protéger davantage pour l’instant car les gelées ne sont pas d’actualité dans la capitale. Mais dès que la météo annoncera l’arrivée du froid, je pourrai installer des protections hivernales souvent nécessaires en janvier et février.

Tout ce rangement et nettoyage étant effectués, j’ai ensuite arrosé toutes les potées et les jardinières car le terreau était sec partout. Et j’ai nettoyé et désinfecté les tuteurs, les supports pots et les pots vidés que je n’utilise plus pendant la mauvaise saison.

Le froid et l’hiver peuvent maintenant s’installer, le vent peut souffler, mon balcon est prêt !

Les couleurs d’hiver du Disporum cantoniense ‘Moonlight’

Disporum cantoniense ‘Moonlight’, feuillage panaché et persistant, sur mon balcon parisien en début d'hiver, Paris 19e (75)
Les feuilles vert clair avec une large macule blanc crème du Disporum cantoniense ‘Moonlight’ se teintent de rose plus ou moins vif quand les températures deviennent plus fraîches. Mon pied acheté il y a plus d’un an maintenant a pris ses aises et prend de plus en plus de couleur.

Le feuillage panaché est persistant tant que les températures ne sont pas trop froides. Ce qui est le cas dans Paris, l’automne n’ayant pas été froid. Mais sous l’effet des températures plus fraiches, le blanc se teinte par endroit de rose plus ou moins accentué. L’ensemble est très décoratif je trouve.

Cette plante s’est montrée robuste et facile à cultiver. Des gelées fortes font disparaitre le feuillage, mais celui-ci repousse de plus belle au printemps. Les tiges ne sont pas droites, mais plutôt zigzagantes. Le port de la plante est plutôt lâche, ça part dans tous les sens sans trop de tenue. La panachure est très marquée, je recommande cette plante aux amateurs de plantes panachées.