Archive journalières: 21 septembre 2017

Pesticides du jardin : botanic renouvelle sa collecte les 22-23 et 29-30 septembre 2017

Botanic, campagne, collecte de pesticides, automne 2017
L’enseigne de jardinerie naturelle Botanic lance sa 8e édition de collecte de pesticides cet automne.

Organisée 2 fois par an, cette opération d’envergure a déjà sensibilisé de nombreux jardiniers amateurs puisqu’au total plus de 42 tonnes de pesticides ont pu être récupérées et détruites dans un centre de traitement des déchets agréé.

Un événement dans la lignée du positionnement de l’enseigne qui a supprimé définitivement de ses rayons les pesticides dès 2008. À la place, une offre ultra étoffée de solutions pour jardiner au naturel. Se passer de pesticides chimiques au jardin c’est possible, Botanic l’a fait depuis bientôt 10 ans !

Collecte mode d’emploi

  • Les 22-23 et 29-30 septembre prochains, toutes les bonnes volontés sont invitées à rapporter leurs pesticides du jardin, entamé ou non, dans les 65 jardineries Botanic.
  • En échange de ces produits, un bon d’achat de 5 euros pour découvrir les produits du jardinage au naturel. Le bon de 5 € est remis en échange des produits rapportés, à valoir à partir de 35 € d’achat sur le rayon jardin et le marché bio.
  • Inaptes pour être remis dans certaines déchetteries, tous les produits collectés dans les magasins Botanic sont pris en charge par l’organisme Triadis, spécialiste de la gestion des déchets. Ils sont acheminés vers les centres de traitement agréés en vue de leur élimination.

(suite…)

Biennale d’Issy 2017 : Paysages, pas si sages

Yann MONEL, Tiers paysage #4, 2014, photographie sur dibond © Yann Monel | Barthélémy TOGUO, Jugement dernier XVI, 2016, aquarelle sur papier marouflé sur toile © Barthélémy Toguo. Courtesy Galerie Lelong | François BARD, Le silence des songes, 2012, huile sur toile © François Bard | Brigitte SILLARD, Palétuvier, 2015, photographie sur dibond © Brigitte Sillard
63 artistes investissent les salles du Musée Français de la Carte à Jouer d’Issy-les-Moulineaux autour de la thématique « Paysages, pas si sages », inspirée d’une citation du philosophe Merleau-Ponty : « L’artiste fabrique un spectacle qui se suffit. »

Quel regard portent les artistes sur le paysage qui nous entoure ? Contrairement à leurs aînés des grands courants picturaux (classique, baroque, romantique, réaliste, impressionniste…) qui se sont passionnés pour le paysage, les plasticiens contemporains ne l’abordent plus seulement pour l’idéaliser ou le traduire. Les artistes de la Biennale d’Issy nous livrent leur vision du monde et de son évolution avec lucidité, de manière parfois engagée ou encore teintée d’humour. En photographie, peinture, sculpture, dessin ou vidéo, ils s’attachent aussi bien aux aspects les plus alarmants de l’intervention humaine sur Terre qu’à l’évocation de la majesté et de la puissante beauté de la nature.

Sous la conduite de sa présidente, Chantal Mennesson, la Biennale d’Issy réunit une soixantaine d’artistes qui tous, reconnus ou moins connus du grand public, s’emparent d’un même thème pour investir les salles du Musée Français de la Carte à Jouer et des Médiathèques d’Issy-les-Moulineaux. Parmi ces 63 artistes, la moitié d’entre eux ont été choisis dans le cadre de l’appel à candidatures lancé autour du thème « Paysages, pas si sages », l’autre étant des artistes directement invités à présenter une œuvre s’inscrivant dans la thématique ou faisant partie de collections privées.

Philippe DESLOUBIÈRES, Germination 047B, 2016, acier peint © Philippe Desloubières | JR, 28 mm Women Are Heroe Action in Kibera Slum into the Wild Kenya, 2017, lithographie © JR - Social Animals. Courtesy Idem Paris | Rubén FUENTES, Pachamama, 2016, acrylique sur toile © Rubén Fuentes. Courtesy Galerie Felli | ANOY, Wall of Peace, 2015, photographie sur toile © Anoy
Pour ouvrir cette 12e édition de la Biennale, et à l’occasion des Journées du Patrimoine, la ville d’Issy-les-Moulineaux a invité le plasticien JR à intervenir le samedi 16 septembre avec son projet Inside Out : un camion photomaton permettant à chacun de venir se photographier pour créer une grande fresque à partir de tous les portraits réalisés. En 2017, la Biennale offre ainsi aux Isséens, aux Parisiens, ainsi qu’à tous les publics, l’opportunité de prendre part à une œuvre collective et participative qui offrira un grand paysage de visages. (suite…)