Appel à projets d’agriculture urbaine international pour Chapelle International à Paris

Le toit de l’hôtel logistique de Chapelle International a été conçu pour accueillir un projet d’agriculture urbaine. C’est dans ce cadre, qu’un appel à projets international est lancé pour l’installation et l’exploitation d’un projet d’agriculture urbaine sur une superficie de 7 061 m².

Logo de la Mairie de Paris
L’agriculture urbaine est au cœur de la construction de la  ville durable et résiliente. Végétaliser et cultiver la ville, c’est à la fois lutter pour le développement de la biodiversité et contre le dérèglement climatique en rapprochant le lieu de production de l’assiette. C’est aussi construire une ville plus solidaire en créant des lieux de rencontre et de renforcement du lien social. La Ville de Paris porte ainsi l’objectif de dédier 33 hectares à l’agriculture urbaine dans la capitale d’ici 2020. C’est dans ce cadre que la Ville de Paris lance un nouvel appel à projets international pour l’installation et l’exploitation d’un projet d’agriculture urbaine, dans le quartier de la Porte de la Chapelle, dans le 18e arrondissement, sur le toit de l’hôtel logistique de Chapelle International.

Premier bâtiment du nouveau quartier de Chapelle International, l’opération portée par Sogaris développe près de 45 000 m2 autour d’une programmation mixte associant bureaux, équipements sportifs et logistique urbaine. Le bâtiment accueillera notamment le terminus d’un train de marchandises nouvelle génération destinée à la distribution urbaine dans Paris. Sogaris a développé cette opération innovante avec le soutien financier de Haropa Port de Paris ainsi que de la Caisse des Dépôts et Consignations, et la Ville de Paris s’est rendue propriétaire de plusieurs volumes du bâtiment pour y installer, en toiture, un projet d’agriculture urbaine d’une superficie de plus de 7000 m2.

Le périmètre du projet  d’agriculture urbaine inclura des locaux en sous-sol et plusieurs surfaces en terrasses aboutissant à un total de 7 061 m² et 3 volumes bâtis (1 réserve, 1 local pour jardiniers, 1 volume locaux sociaux), les terrasses pouvant accueillir, le cas échéant, des serres. Chaque candidat proposera lui-même la durée envisagée de la future convention, qui pourra s’étendre de 3 ans à 20 ans. Lors de la mise à disposition du site, un accès à l’eau, l’électricité et à un réseau de chaleur sera disponible.

Cinq zones de culture sont prévues en toiture :

  • Zone de 1 171 m² sur la limite Sud de la toiture haute de la Ville, permettant d’installer des serres si le porteur de projet le souhaite ;
  • Zone centrale libre sur une surface de 2 845 m² en toiture haute ;
  • Zone de 1 200 m² de terre rapportée sur une épaisseur de 35 cm en toiture haute ;
  • Zone de 589 m² de jardinières des terrains de sport en toitures haute et basse.
  • Zone de 1 256 m² dite « Allée des jardins »  en toiture basse ;

Agriculteurs, entrepreneurs, startuppers, acteurs de l’économie sociale et solidaire, concepteurs, architectes du monde entier sont invités à soumettre leurs projets d’ici le 16 octobre 2017 à 16h.Les candidats qui désireront visiter le site devront s’inscrire sur le site Parisculteurs et se rendre sur place en présence d’un représentant de la Ville de Paris. Le lauréat sera désigné en février 2018.

Commentaire (1)

  1. jpp

    On voit que, loin des rêveries sur l’autoconsommation, il s’agit ici d’agriculture industrielle.Il convient de s’interroger notamment sur le bilan énergétique des cultures en terrasses : 8 fois le bilan des cultures en pleine terre selon les Bourguignon.
    Je lis en ce moment l’admirable pavé de Michel Philiponneau « La vie rurale de la banlieue parisienne  » qui date de 1956. Où l’on voit que l’agriculture urbaine était encore une réalité forte,dans et autour de la capitale, au début des années 1950, avant de s’effondrer. Au fond chaque génération défait ce qu’a fait la génération précédente et …la génération suivante refait ce qu’a fait celle d’avant celle qui l’a précédée. J’ai trouvé facilement le livre sur internet : ça c’est un bel avantage de notre époque !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 Partages
Partagez1
Tweetez
+11
Enregistrer
Partagez