Archive journalières: 4 mai 2017

PARISCityVISION chouchoute les touristes français

Page d'accueil du site internet PARISCityVISIONLeader de l’accueil touristique à Paris, PARISCityVISION lance un nouveau site internet dont une version sera dédiée spécifiquement aux touristes français, et la création d’une offre de billetterie coupe-file.

www.pariscityvision.com, le nouveau site Internet du groupe, se veut plus moderne et plus simple d’utilisation. Il regroupe plus de 400 références d’excursions guidées et de visites à Paris et en Province : en bus, à pied, à vélo, en voiturette électrique, en segway et de nombreux autres modes de mobilités écoresponsables. Une nouvelle offre de billetterie regroupant une centaine de monuments et lieux emblématiques de visite sont également disponibles avec des accès prioritaires et une réservation facilitée.

Pour les Français, un site dédié propose des produits spécifiques, développés pour eux ; des visites familiales, thématiques, autour de l’histoire de France, du shopping, de la gastronomie et des excursions autour de Paris (Versailles, Giverny, Disneyland Paris, Fontainebleau).
(suite…)

Finissage Portable Garden / Lois Weinberger | galerie Salle Principale

Lois Weinberger | Portable Garden | 1994-2017 | installation, protocole | sacs, terre, végétation spontanée rue des ardennes / rue de thionville Paris 19e | activation du 20 mai 2016 au 06 mai 2017 Courtesy Salle Principale, Paris | Ed. 1/5 CNAP, ParisLa Galerie Salle Principale vous donne rendez-vous le dimanche 7 mai 2017 de 15h à 18h, à l’angle de la rue des Ardennes et de la rue de Thionville dans le 19ème arrondissement de Paris, pour le finissage de l’installation de Lois Weinberger.

Portable garden (Jardins portables)
1994/2017 | sacs, terre, végétation spontanée
Collection CNAP, Paris ed. 1/5
L’œuvre Jardins portables de Lois Weinberger est composée de simples sacs de transport qui connotent, à travers leur économie de moyens, les strates sociales, le dénuement, l’immigration et la mobilité dans un contexte de globalisation. Disposés dans une parcelle urbaine du 19ème arrondissement de Paris, l’artiste a proposé de s’en servir comme jardin pour les graines qui sont amenées naturellement par le vent et les oiseaux. À partir de leur installation et de leur remplissage avec de la terre provenant de friches urbaines, les plantes ont poussé librement et se sont enracinées, faisant disparaître progressivement les sacs. Au fil des saisons, leur présence est amenée à devenir invisible, cultivant ainsi un jardin immatériel dont l’exploration se fait de plus en plus par la pensée plutôt que par la vision. L’œuvre a précédemment été activée dans divers lieux depuis 1994, dont la Biennale de Liverpool (2004), le Centre d’art contemporain de Brétigny (2005) et la Villa Merkel à Esslingen (2014). Elle interpelle le passant et incite une réflexion sur les analogies entre nature et culture, les manières d’envisager et habiter un espace urbain, la diversité et le regard porté sur ce qui est considéré comme étant étranger, que ce soit dans le règne végétal ou la société humaine. Émile Ouroumov