Les villes d’Île-de-France dans le Palmarès des Villes Vertes

Infographie, les Villes Vertes de France, palmares 2017, UNEP / HortisL’Unep – Les Entreprises du Paysage, en partenariat avec Hortis, vient de communiquer les résultats de l’édition 2017 du Palmarès des Villes Vertes. Une enquête menée auprès des 50 plus grandes villes de France sur leur politique de végétalisation urbaine. Résultats : les grandes villes d’Île-de-France ne sont pas dans le top 10, mais elles se font remarquer par leurs initiatives et leurs efforts de valorisation et de préservation de leurs espaces verts.

Paris figure notamment à la 2e place de la catégorie « promotion », pour les multiples projets que la capitale met en œuvre : jardins partagés, permis de végétaliser, serious games, budgets participatifs…

Infographie, les Villes Vertes de France, palmarès 2017, catégorie promotion des parcs et jardins, UNEP / Hortis
Vitry-sur-Seine est également en 5e place de la catégorie « entretien et gestion des déchets verts » : la ville a développé de nombreuses techniques alternatives aux produits phytopharmaceutiques.
Enfin, si Courbevoie, Argenteuil ou Créteil ne figurent pas dans le classement, il est important de noter leur volontarisme pour faire de leurs territoires urbains denses des villes plus vertes.

Infographie, les Villes Vertes de France, palmarès 2017, chiffres clés, UNEP / HortisParis : des projets participatifs pour répondre à la demande citoyenne
Comme l’a une fois de plus démontré l’appel à projet pour le budget participatif 2017, les Parisiens réclament massivement un verdissement de leur cadre de vie. Pour répondre à cette demande, la capitale a développé de nombreux projets participatifs, à l’image des jardins partagés et du développement des permis de végétaliser. De plus, la capitale mise sur une gouvernance collaborative, via des consultations publiques mais aussi avec un jeu de simulation invitant les Parisiens à imaginer et dessiner les futurs jardins du nord-est de la capitale ! Autant d’initiatives qui permettent à Paris de se hisser à la 2e place de la catégorie « promotion ».
La préservation de la biodiversité et de la valorisation de son patrimoine vert sont des objectifs majeurs pour la ville de Paris. Grâce à une application mobile « Balade Paris Durable », les habitants et les touristes peuvent découvrir des parcours interactifs pour mieux connaître la faune et la flore bien présentes dans la capitale. La ville met ainsi tout en œuvre pour que les habitants puissent rentrer en contact avec la nature, en développant notamment l’éco-pastoralisme et les fermes pédagogiques urbaines dont la plus importante est la Ferme de Paris.

Vitry-sur-Seine : un entretien vertueux des espaces verts
Ville très dense, ne pouvant pas développer largement les espaces verts du fait du manque d’espace, la ville de Vitry-sur-Seine reste déterminée à respecter au mieux son environnement, à maintenir la biodiversité urbaine, et à sensibiliser ses habitants. Pour cela, la ville développe notamment des techniques écologiques d’entretien et de traitement des déchets verts, avec une gestion différenciée des espaces verts, lui permettant de se classer à la 5e place de la catégorie « entretien et gestion des déchets verts ». D’autant plus que 100 % des déchets verts sont recyclés et réutilisés sur site – aucun transport n’est nécessaire ! La ville a également mis en place des conventions de fleurissement des pieds d’arbres, afin que le vert remplace progressivement le béton. Enfin, la ville de Vitry-sur-Seine est engagée dans la sensibilisation des plus jeunes à l’environnement : plus de 600 enfants ont ainsi participé en 2016 à des animations et des expositions dédiées.

Courbevoie : sensibiliser tous les publics à l’importance du vert en ville
La ville de Courbevoie est très dense, et peu d’espaces sont encore disponibles pour développer le vert en ville.Cependant, la municipalité, via une mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage, veille à ce que chaque opération de voirie permette une augmentation du patrimoine vert. La commune incite également les particuliers à participer à la végétalisation et à l’entretien des « zones grises » : plantations d’arbres et aménagement de jardins ne sont que le début d’une collaboration étroite entre élus et population. Par ailleurs, la ville organise tous les ans le festival « Atmosphères » qui met en avant les démarches vertes de la ville. L’édition 2016 était ainsi parrainée par Cyril Dion, réalisateur du documentaire « Demain ».

Créteil : la biodiversité comme atout
Avec 80 % de la voirie plantée – le taux le plus important de France ! – la ville de Créteil mène des actions pour faire de la biodiversité un atout pour l’attractivité de la ville. Ainsi, tous les ans, lors des journées du patrimoine, est organisée la manifestation « Parcs et jardins en fête » qui vise à valoriser le patrimoine vert qu’offre la ville.

Argenteuil : sensibiliser les plus jeunes à la biodiversité urbaine
Argenteuil se distingue par ses actions pédagogiques à destination des publics scolaires. Une centaine de classe sont concernées par le partenariat entre enseignants et éducateurs à l’environnement. Les élèves bénéficient de matériels, d’interventions pédagogiques et d’accompagnements techniques pour leurs projets. Les centres de loisirs peuvent aussi proposer des loisirs comme planter leur propre jardin.

Méthodologie
Le « Palmarès des Villes Vertes 2017 », réalisé dans le cadre de l’Observatoire des Villes Vertes, a interrogé les 50 plus grandes villes de France (liste établie selon le nombre d’habitants, recensement INSEE, chiffres 2014) entre juin et novembre 2016.
L’enquête s’appuie sur le traitement extensif de plus de 1500 données, collectées selon 2 sources principales : données publiques et questionnaires déclaratifs remplis par les services « Espaces Verts » des villes concernées.
Pour déterminer le classement, 5 grands critères de notation ont été établis :

  1. l’importance du patrimoine vert accessible au public;
  2. les efforts d’investissement de la commune en faveur du développement du végétal;
  3. la préservation de la biodiversité;
  4. la promotion des parcs, jardins et espaces naturels en vue de dynamiser la vie locale ou d’attirer des touristes;
  5. la politique d’entretien des espaces verts et de gestion des déchets verts.

Ces différents critères ont été évalués à l’aune de 25 indicateurs, allant de la surface d’espaces verts à la part du budget communal dédiée aux aménagements paysagers, en passant par l’existence d’un plan «biodiversité» à l’échelle de la ville ou encore l’incitation a u compost auprès des particuliers. La population et la superficie de chaque ville ont été prises en compte, de manière à corriger les effets d’échelle. Le score obtenu s’entend sur une base 100.

Commentaires (6)

  1. jpp

    Il y a un comité de soutien qui s’est crée : « Sauvons les serres d’Auteuil » https://www.petitions24.net/a/10505
    Beaucoup d’actions juridiques , jusqu’au Conseil d’état, curieusement toutes déboutées alors que le site est classé. Mais pas de manifestation en vue…Il y eu un rassemblement où j’étais il y a quelques années…

  2. nanou

    c’est pas suffisant de s’indigner , il faut aussi agir . Pourquoi n’avoir pas fait une grande manifestation ?

  3. jpp

    A vrai dire, ce n’est même pas pour « jouer à la balle » que les institutions chargées de les appliquer bafouent les réglementations en vigueur . Il faut le dire et le redire :le « trou des halles » d’Auteuil n’offrira pas plus de surface pour les compétitions sportives (un court en remplace un autre) , il s’agit juste d’avoir plus de surface pour vendre de la limonade et des tee-shirts. Et recevoir le gratin dans ce qui restera du site prestigieux des serres !
    Et ça ne fait que commencer , puisque l’ensemble du jardin a été classé ‘Rolland Garros » dans le nouveau Plan d’occupation des sols parisien.

  4. Lynes

    Quand on ose abattre des arbres centenaires et détruire tout un espace vert e plein centre de Paris pour aller jouer à la balle dans les ex Serres d’Auteuil pourtant classées, je ne vois pas comment on peut prétendre à une place pour promouvoir les espaces verts !!!! alors quand on détruit , on promeut!!! qqchoses m’échappe!

  5. danylines

    Quand on ose abattre des arbres centenaires et détruire tout un espace vert e plein centre de Paris pour aller jouer à la balle dans les ex Serres d’Auteuil pourtant classées, je ne vois pas comment on peut prétendre à une place pour promouvoir les espaces verts !!!! alors quand on détruit , on promeut!!! qqchoses m’échappe!

  6. jpp

    Voilà qui remet à sa (juste) place « Paris capitale de la biodiversité ». Et c’est effectivement par sa capacité de « promotion » , en clair : communication » , que Paris brille surtout !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 Partages
Partagez4
Tweetez
+11
Enregistrer1
Partagez