Archive journalières: 20 janvier 2017

Conférence Main Verte : Animer un jardin en hiver

Conférence Main Verte : animer un jardin en hiver, samedi 21 janvier 2017Rendez-vous le samedi 21 janvier 2017 de 14h30 à 16h30 à la Maison du Jardinage (Paris 12e) avec Sergio Barrientos pour une conférence sur le jardin et les travaux de jardinage en hiver.

Inscription par téléphone au 01 53 46 19 19 ou par courriel : main.verte@paris.fr

Maison du Jardinage
Parc de Bercy, 41, rue Paul Belmondo, 75012 Paris.

Les orangers du Mexique ont grise mine

Oranger du Mexique (Choisya ternata) en hiver, Cap 18, Paris 18e (75)
Les orangers du Mexique (Choisya ternata) dans Paris commencent à montrer que le froid qui règne depuis plusieurs jours maintenant sur la capitale ne leur réussit guère. Les feuilles se sont ramollies et pendent, leur beau brillant a pratiquement disparu.

Ces arbustes bien acclimatés à la région parisienne sont assez rustiques pour résister à la plupart des hivers franciliens, mais il ne faut quand même pas des températures trop extrêmes sinon leur feuillage persistant pourrait griller. La sécheresse qui accompagne les périodes de gelées accentue encore plus la mollesse des feuilles.

Les orangers du Mexique si fringants d’habitude et presque toujours fleuris sont désormais plutôt en piteux état, même si pour le moment il n’y a rien d’irréversible. Mais il ne faudrait pas que le froid continue trop longtemps en s’accentuant davantage.

Joli nandina malgré le froid

Bambou sacré (Nandina domestica) avec grappes de fruits rouge vif, Cap 18, Paris 18e (75)
Le froid glace la capitale, mais les gelées n’affectent pas pour l’instant les jolis nandinas chargés de baies rutilantes un peu partout dans Paris. Les petits fruits d’un rouge éclatant sont épargnés par les oiseaux qui ne semblent pas les apprécier.

Mes trois pieds de bambous sacrés se portent bien sur mon balcon. Mais nous n’avons pas atteint les records de froid enregistrés en 2012 et au cours d’autres hivers rigoureux. Et j’espère que le froid ne deviendra pas plus sévère, sinon je serai obligé de déployer les grosses protections car ces arbustes n’ont quand même pas une rusticité à toute épreuve.