Curieux potager parisien

Jardin urbain, boulevard Bourdon, Paris 4e (75)
Un cube de terre plutôt sèche posé sur une bâche dans la bande de terre qui longe le boulevard Bourdon (Paris 4e), voici tel que se présente ce mini potager parisien où poussent quelques tomates, de l’oseille et des poireaux perpétuels soigneusement étiquetés.

Jardin urbain, boulevard Bourdon, Paris 4e (75)
Pas facile à arroser ce coin de jardin… et avec la terre à nu, le cube va finir par s’effriter sous l’action du vent et surtout des pluies. Mais c’est peut-être voulu, après tout pour un jardin éphémère, nul besoin d’une structure hyper solide et durable.

L’ensemble n’est vraiment pas joli et quelques maîtres indélicats ont laissé leurs chiens faire leurs besoins sur la bâche. Vraiment pas sympa pour les passants et surtout pour les jardiniers qui s’occupent de ce coin de terre ! Sans oublier quelques papiers jetés ailleurs que dans une poubelle qui ne manque pourtant pas dans Paris. Le respect de l’espace public et de ce bout de jardin, oublié !

Jardin urbain, boulevard Bourdon, Paris 4e (75)
La bande de terre entre les grands arbres pourrait faire un espace jardiné aussi… La terre n’a pas l’air terrible et les racines des arbres doivent courir en profondeur. Avec la technique du lasagna bed, le sol pourrait être vite amélioré, à la condition d’avoir beaucoup de déchets organiques. Pas évident dans Paris.

Ce ne sont que les débuts de végétalisation dans Paris. À continuer, à encourager, surtout il faut persévérer. Courage !

Commentaires (6)

  1. Michèle

    Les personnes qui ont essayé ces plantations ont peut être voulu faire comprendre justement qu’on pouvait faire qq choses de ce cube de terre pas très beau je le conçois mais au moins ils ont essayer de faire qq chose eux!
    Et de faire ressortir toutes les incivilités qui se propagent partout sans essayer de connaitre ni de lire les étiquettes qui son pourtant bien apparentes!

  2. Josette

    L’idée c’est peut être que les gens soient surpris de ce cube de terre planté et qu’ils réfléchissent comment des plantations pourraient évoluer, s’étendre. Le fait que les plants soient étiquetés démontrent à mon sens qu’il ne s’agit pas d’un divertissement occasionnel.

  3. nanou

    faut il être c…pour dire ces absurdités ;  » c’est à tout le monde , donc on peut faire ce qu’on veut « 

  4. jpp

    Oui dommage que cette bâche encourage les incivilités…qui ont lieu aussi si l’on s’ efforce de rendre ces plantations agréables à regarder.
    Bilan de mes pied d’arbre , quelques mois après l’obtention de mon permis de végétaliser . Crottes de chien , mégots et déchets urbains à nettoyer de manière journalière. C’est l’expérience également de Loïc le Noan près du centre Maurice Ravel dans le 12ème (la rue verte). Il faut prendre sur soi en attendant qu’une hypothétique conscience civique revienne au goût du jour. Une remarque d’un « incivil » résume bien l’état d’esprit régnant : « c’est à tout le monde, donc peut faire ce qu’on veut… ».
    Mais comme pour les jardins partagés ou le compostage de quartier que j’ai commencé en 2003, je ne désespère pas…

  5. mamiefanfan

    Sale et moche ! si l’on veut végétaliser un petit endroit, il faut l’entretenir sinon ce n’est pas la peine !

  6. nanou

    oui pas respectueux ni intelligents les propriétaires de chiens , mais il n’empêche que ce vilain et sale paquet de terre a ce qu’il mérite . Quelle horreur !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *