Impatiens stenantha, nouvelle acquisition

Impatiens stenantha (Balsaminacées) sur mon balcon parisien au printemps, Paris 19e (75)
J’ai trouvé cette espèce d’impatiens sur le stand de la pépinière Vert’Tige qui exposait lors des Journées des Plantes de Chantilly. Une plante vivace rustique pour terrain frais et ombragé à la floraison jaune très originale.

Avec les impatiences, c’est toujours un peu la loterie, car certaines espèces ont des exigences de culture qui les rendent très délicates alors que d’autres ont vite fait d’envahir l’espace qu’on leur accorde et bien au-delà.  La petite plante achetée devrait prendre une belle ampleur, puisqu’elle peut atteindre jusqu’à 0,6 à 1 m de hauteur. Je l’ai donc installée dans un grand pot design, plus haut que large. Avec un terreau riche, qui plaît à l’anémone du Japon qui est voisine. Le pot garde la fraîcheur du substrat, cela devrait convenir à ces deux soiffardes en été.

Impatiens stenantha est originaire de la Chine où elle pousse dans des régions montagneuses.

By |2016-05-16T21:33:36+00:00mai 17th, 2016|balcon et terrasse, fleur, Paris, plante exotique, plante vivace|4 Comments

About the Author:

Agronome de formation et jardinier passionné depuis sa plus tendre enfance, collectionneur de plantes, Alain Delavie a exercé différents métiers toujours en étroite relation avec le monde végétal et le jardin, en commençant par celui de pépiniériste collectionneur avant de devenir journaliste, spécialisé dans le jardinage et la météorologie. Il est aujourd'hui rédacteur en chef du magazine Rustica Hebdo et conseiller éditorial du site www.rustica.fr

4 Comments

  1. Cosmos bouche-trou – Paris côté jardin 28 juin 2016 at 2 h 01 min

    […] pied d’Impatiens stenantha ayant périclité à vue d’oeil en quelques semaines, sans jamais avoir manqué d’eau […]

  2. Josette 18 mai 2016 at 13 h 50 min

    Si seulement toutes mes ronces étaient remplacées par des impatiens balfouri je serais ravie..Pas une seule ici. Par contre chez ma mère à 60km d’ici, elles prolifèrent. Je coupe, je recoupe les ronces mais elles sont tenaces !

    Pour l’instant ce sont mes propres géraniums vivaces qui s’étendent et aussi l’herbe à Robert que je laisse pousser sauf dans les potées. J’en ai même un pied qui s’est installé dans une gouttière !

  3. Michèle 17 mai 2016 at 19 h 24 min

    A oui les impatiences balfouri, je viens d’en arracher a l’envie cet AM elles me faisaient des tapis très serrés et bien haut dans mes rosiers, et partout dans un jardin de 100 m², entre elles, le géranium Robert blanc et les montias, Je nj’ai pu la place de marcher!!!!!

  4. jpp 17 mai 2016 at 13 h 26 min

    Comme Cédric Basset (Pépinière des Avettes) , voilà un jeune pépiniériste qui explore les possibilités multiples offertes par les niches écologiques d’Extrême Orient.
    A Saint-Serge, le jardin étant maintenant bien établi , nous allons nous pencher sur des acquisitions qui s’appuieraient sur les les ressources de ces nouvelles pépinières pour trouver des plantes bien adaptées et moins banales . Malgré le terrain sec, il y a sans doute des impatiens qui conviendraient, si l’on en juge par celles qu’on ne verrait pas là de prime abord:: impatiens balflourii par exemple, qui nous envahit effectivement (avec nos encouragements).

Leave A Comment


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site utilise des cookies et des services tiers. Ok