Les achats de végétaux d’ornement à l’occasion de la Toussaint

La dernière synthèse Filière horticulture de FranceAgriMer (octobre 2015) est consacrée aux achats de végétaux d’ornement par les Français à l’occasion de la Toussaint en 2014. Elle a été réalisée à partir des données issues du panel de consommateurs de TNS cofinancé par FranceAgriMer et Val’hor.

En 2014, le marché des végétaux d’ornements destinés au cimetière et obsèques représente 63,8 millions d’entités pour 823 millions d’euros soit 12 % de l’ensemble du marché des végétaux en volume et 27 % du marché en valeur. Le nombre de foyers acheteurs a progressé en 2014 par rapport à 2013 pour atteindre 12,3 millions de foyers. Même si les volumes achetés se maintiennent, ce segment de marché recule de plus de 2 % en valeur.

Par ailleurs, ce marché reste fortement polarisé autour de la date clé du 1er novembre puisque 52 % des quantités achetées et 35 % des sommes dépensées sont réalisées pour la Toussaint. Sur la seule période d’octobre et novembre 2014, le marché des végétaux pour le cimetière est en recul en quantités mais affiche une hausse en sommes dépensées (+ 4,6 %) et représente plus de 360 millions d’euros. Sur cette période, la majorité des achats pour le cimetière se concentre sur le mois d’octobre (77 % des quantités).

Fleurs de chrysanthème, photo Fotolia / Nik MerkulovLes achats à l’occasion de la Toussaint
En 2014, le nombre de foyer acheteurs de végétaux pour la Toussaint s’élève à près de 9,6 millions et les achats à cette occasion représentent 33,3 millions d’entités pour 287 millions d’euros. Les sommes dépensées et les quantités achetées baissent respectivement de 1 % et 1,9 % par rapport à 2013.

Parmi les végétaux d’ornement pour le cimetière achetés à l’occasion de la Toussaint, on observe une large prédominance des plantes en pot soit 96 % (+1 pt/2013) des quantités achetées et 92 % (+1 pt/2013) des sommes dépensées. Le chrysanthème demeure l’espèce la plus achetée avec près de 7 plantes fleuries sur 10. On note également que le cyclamen progresse au détriment de la bruyère.

Les lieux d’achats
À l’occasion de la Toussaint, la grande distribution progresse, et devient le premier lieu d’achat de végétaux tant en valeur qu’en volume, devant les fleuristes.

Commentaires (3)

  1. jpp

    D’accord avec Josette. Je m’efforce de n’acheter que chez de bons pépiniéristes. C’est d’ailleurs tout bénéfice : par exemple à la campagne 3 pieds de rhubarbe achetés en jardinerie et qui ont périclité : celui que j’ai acheté chez le pépiniériste bio du village d’à côté est superbe ! La logique des grandes surfaces (et aussi des jardineries) c’est : « pourvu que ça tienne jusqu’à la caisse ».

  2. mamiefanfan

    dommage que toutes les « fêtes » sont maintenant les fêtes du commerce. Il n’y a plus de respect !!!

  3. Josette

    Je trouve un peu dommage pour les fleuristes que les grandes surfaces vendent plus qu’eux.

    Il y a quelques temps un arrivage d’arbustes dans une grande surface. Ils étaient tellement serrés sur une plateforme qu’il était impossible d’en choisir un sans casser les branches des autres.J’en ai fait la remarque à la responsable de l’installation. Bof ! ….

    De plus, à mon humble avis, la plupart des arbustes courts avaient reçu un traitement pour les nanifier et encore très bien fleuris, trop sans doute, pour la saison.

    Pour les grimpants, les prix étaient à 5 euros de moins que chez un spécialiste français pour les clématites. Donc mieux vaut acheter chez un pépiniériste qui bichonne ses plants.

    Ceci dit je ne m’interdis pas d’acheter des végétaux dans une grande surface. L’année précédente j’avais acheté 2 petits arbustes en fin de vente au même endroit, moins de pots, choix plus facile ; ils poussent très bien..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *