André Ève nous a quitté…

Jubilé d'André Ève (Loiret)
Le week-end dernier, André Ève, le célèbre créateur de roses, est décédé. Immense tristesse…

La photo d’André et de ses roses présentées dans ce billet ont été prises en juin 2012 lorsqu’il a fêté son jubilé. Un moment unique qui reste à jamais gravé dans la mémoire et le coeur de celles et ceux qui ont participé à cet événement exceptionnel.

Voici un petit verbatim concernant ce grand passionné des roses toujours de bonne humeur, plein d’humour et de gentillesse qui nous manque terriblement…« André Eve : L’artisan de la redécouverte des roses anciennes
Natif de la région parisienne, André Eve est arrivé à Pithiviers (Loiret) en 1958, pour reprendre les établissements Robichon, spécialisés dans la création de roses et entreprise de paysage. Il peut alors donner libre cours à sa passion des roses et en particulier des variétés anciennes, tombées dans l’oubli pour laisser la place aux seules variétés modernes, aux fleurs souvent turbinées et rarement parfumées.Rose 'Sylvie Vartan', création André Eve, jubilé d'André Ève (Loiret)
En 1968, il crée sa première variété ‘Sylvie Vartan’® evesylva, ce premier essai se révèle être un coup de maître ! En 1978, il achète une maison et commence à concevoir son jardin, qu’il ouvre à la visite pour des amis. Lors de voyages en France et à l’étranger, il récupère des dizaines de variétés chez des collectionneurs ou dans des roseraies. En 1983, un article paru dans Mon jardin, ma maison, va provoquer un engouement pour ces roses anciennes et pour leur parrain. Les demandes affluent et André greffe ses premières roses anciennes pour les expédier à ses clients. 1985 voit l’impression du premier catalogue des Roses anciennes André Eve : une simple liste décrivant soigneusement 275 variétés, dont 60 botaniques ! Chaque année, le catalogue s’enrichit et les premières photos apparaissent ! Aujourd’hui, il existe deux catalogues : une version automne-hiver qui comporte 100 pages et plus de 600 variétés, et une version printemps-été.
Pour faire face à ce succès, André déménage en 1990 au lieu dit Morailles au sud de Pithiviers et autour de l’exploitation crée un nouveau jardin. En 2000, il prend sa retraite, tout en continuant à dispenser ses précieux et amicaux conseils ; il laisse la place à Guy André, au long passé d’hybrideur de roses qui donne un nouvel essor à la création de nouvelles variétés. Depuis 2012, une nouvelle équipe a repris le flambeau en conservant l’esprit d’André.
Le jardin de Morailles, un écrin pour la collection de rosiers
Commencé dans la fin des années 90 et agrandi en 2005, ce jardin repose sur les mêmes principes que son modèle – celui d’André -, mais comme il est ouvert au public, seules des clôtures le cachent ! Les visiteurs sont accueillis par une longue tonnelle, simplement composée de bois de bouleau qui supporte grimpants et lianes mêlés à des clématites qui prennent le relais quand les variétés non remontantes cessent de fleurir. Les allées secondaires sont engazonnées, s’offrant tel un tapis accueillant aux visiteurs. La encore, les vivaces ont la part belle, des iris aux asters et donnent aux promeneurs autant d’idées d’associations à répliquer dans leur jardin. En fin d’été, Morailles brille de nouveau grâce aux variétés remontantes et aux spectaculaires fructifications. Toute la collection (plus de 600 variétés) y est présentée et soigneusement étiquetée. Au cours de la visite, le visiteur trouvera s’il le désire un jardinier qui partagera avec plaisir son expérience. » Site Internet Les Roses Anciennes André Eve

« André Eve a été l’artisan majeur du retour des roses anciennes dans les jardins. Cet amoureux des roses sensuelles et parfumées a constitué une collection de plus de 600 variétés et initié une campagne de création d e roses nouvelles dont certaines ont été récompensées récemment dans les plus grands Concours internationaux (Paris, Genève, Rome, Madrid…). Tous ces rosiers sont présentés dans le jardin de Morailles à Pithiviers, ouvert au public toute l’année… » Site Internet de la manifestation Jardins Jardin, annuaire des participants 2013

« C’est une histoire d’amour que raconte la roseraie d’André Eve, l’amour de toutes les roses et en particulier l’amour des roses anciennes, trop souvent oubliées. Guidé par sa passion, son instinct de jardinier et sa sensibilité pour la beauté, André Eve a ainsi construit, pendant vingt ans, une roseraie étonnante, vivante, qui a le charme de la spontanéité. Elle rassemble plus de 600 variétés de rosiers qui s’associent naturellement avec des vivaces, des iris, des clématites et des graminées, mêlant couleurs et parfums. » Site Internet de la manifestation Les Journées de la Rose

Rose Villa Rosa, création d'André Ève (2002), Jardins d'André Ève, jubilé d'André Ève (Loiret)« La Roseraie André Eve
Un conservatoire unique
Dans cette roseraie, André Eve a réuni toutes ses obtentions, c’est-à-dire toutes les nouvelles variétés de rosiers qu’il a créées, qu’elles aient été commercialisées ou non.
Il a également rassemblé les rosiers qu’il a utilisés pour créer ces nouvelles variétés. Ce concept fait de cette roseraie une roseraie unique au monde. Au delà de la technique de l’hybridation, c’est l’inspiration du rosiériste qui est ici mise en avant. Nous effectuons un voyage dans les goûts des roses de ces 60 dernières années et dans les carnets d’hybridations de l’obtenteur.
Un jardin contemporain
André Eve a créé au Théâtre des Minuits un jardin résolument contemporain. Les rosiers lianes laissés en forme libre constituent un bosquet infranchissable et un point de départ à la visite. Le jardin s’étale ensuite sur une large bande aux courbes généreuses pour arriver jusqu’au château. Les rosiers d’André Eve sont présentés, de Sylvie Vartan à Rose des blés, en regard des rosiers principaux qui ont marqué l’histoire millénaire de la rose, de rosa Gallica à Madame Meilland.
Une œuvre pérenne
La roseraie d’André Eve a été plantée au printemps 2011. André en a dessiné le plan. Il choisit et implante toutes les vivaces qui tiennent compagnie aux rosiers, comme il se plaît à le dire. Les vivaces viennent notamment du jardin personnel du rosiériste ou de la pépinière voisine du Châtel des vivaces à Givraines. Cette roseraie est donc un outil essentiel pour découvrir la passion d’un créateur et le travail d’un obtenteur. Elle constitue la première des créations artistiques du Grand Jardin du Théâtre des Minuits. » Site internet du Théâtre des Minuits

« André Eve est connu comme le jardinier des roses. Il consacre sa vie à sa passion des roses. Il est devenu rosiériste par amour des roses et s’est appliqué à faire redécouvrir les roses anciennes aux Français. » Site Internet des Éditions Ulmer

Rose 'Suzon', création d'André Eve (1994), jubilé d'André Ève (Loiret)
« Belle au bois dormant, Duchesse de Montebello, Guirlande d’amour, Odette Joyeux… Mais qui se cache donc derrière ces noms poétiques ? Des rosiers ! Pour massifs et plates-bandes, uniquement pour bouquets, qui résistent aux grands froids, fleurissent jusqu’à l’automne, tapissent des murs disgracieux ou habillent tout simplement tonnelles et pergolas… Difficile de ne pas trouver son bonheur au jardin d’exposition d’André Ève. Avec plus de 630 variétés (buissons, anglais, arbustifs, couvre-sol, grimpants, lianes, botaniques, demi-tiges, tiges ou pleureur), ce magnifique jardin, créé en 1998, réunit roses anciennes et modernes autour de plantes vivaces, de clématites, d’arbustes, de graminées ornementales et d’une collection d’iris de Cayeux… » Site Internet du département du Loiret

« André Eve a fait renaître les roses botaniques et anciennes disparues du catalogue français. Son jardin d’exposition présente sa collection de roses et de vivaces. Promenez-vous autour des allées et trouvez des idées d’association de couleurs ou de formes… » Site Internet plantes-et-jardins.com

www.roses-anciennes-eve.com

Commentaires (15)

  1. CARRE MARTINE

    Présidente d’une association qu’André affectionnait particulièrement, Les Piqués de la rose en Bretagne, je suis très touchée et triste de sa disparition. André nous avait rendu visite plusieurs fois pour 2 conférences, le baptême d’une rose, dont il était le parrain, « Rêve de Piqués », et nous lui rendions visite régulièrement avec notre amie Claude Bédrine, elle aussi décédée. Il nous recevait toujours avec gentillesse, humour et générosité.
    Le monde de la rose perd un de ses maîtres et connaisseurs insatiables sur le sujet, un grand homme tout simplement.

  2. @nnie54

    Un bel hommage à cet homme passionné…
    @nnie

  3. Thérése

    Je regrette beaucoup de ne pas avoir visité son beau jardin. J’habite la Sologne. Merci pour ce reportage.

  4. valerie

    Je l’ai rencontré à plusieurs reprises … c’est très émouvant d’apprendre sa disparition. Il restera pour toujours ses roses et j’espère que son beau jardin continuera à être entretenu.

  5. nicole

    Nanou, j’ai aussi Coralyne, qui est très florifère, toujours souriant et sans problème, comme André, quoi ! LOL une amie qui le réverrait et que j’avais emmenée faire sa première visite dans le jardin privé, n’avait ensuite pas nettoyé ses bottes pendant des semaines parceque c’était la terre du jardin de André Eve, dont elle entendait parler par sa propre mère, qui avait planté des rosiers Eve …. je crois qu’on n’en finira pas d’égrener les souvenirs, on aura de quoi faire un très gros, très amusant livre, cherchons celui ou celle qui pourrait l’écrire ….

  6. mamiefanfan

    Sans connaitre André Eve personnellement, je l’ai rencontré lors des journées des plantes de Courson. j’ai été charmée par sa disponibilité et sa spontanéité à répondre aux demandes de conseils.
    Terrible perte pour le monde des roses !

  7. Josette

    Bien attristée. J’ai visité plusieurs fois le jardin à Morailles, toujours avec un immense plaisir.

    J’avais conseillé à un ami d’y aller pour choisir un rosier. De retour il m’avait dit combien il avait été conquis par la gentillesse de cet homme qui ne se ménageait pas pour donner les conseils nécessaires pour bien soigner les rosiers.

  8. jpp

    Des compétences inimitables et une gentillesse infinie. Loi des séries : le dernier numéro de Jardinot annonce la disparition de Michel Lis en reprenant un de ses anciens éditoriaux.

  9. nanou

    je regardais hier dans mon jardin avec une émotion particulière le rosier  » coralyne  » l’un des rosiers qu’il a créé , je lui dois ma découverte des roses anciennes , éblouissante , en sa compagnie ;, dans son jardin privé . je lui serai toujours reconnaissante …..

  10. Floguy 02

    Je suis extrêmement triste depuis hier. J’avais rencontré André plusieurs fois, visité son jardin à deux reprises, et je l’ai vu pour la dernière fois au Courson d’automne 2013… Sa gentillesse, sa proximité, son humour et sa bonne humeur qu’il partageait toujours avec chacun vont nous manquer. L’avoir connu fut une chance et un privilège.

  11. Thierry

    Bien triste nouvelle…20 années de travail à ses cotés.André restera un passionné ,comme moi.

  12. nicole

    25 ans de relations avec André, mes visites se déroulaient immuablement : un tour dans son jardin, déjeuner à la Scala, l’hôtel restaurant italien de Pithiviers (dont les chambres portent des noms de roses, choisies par André, dont ‘la Folichonne’ ….) puis visite à la pépinière … savez vous que les débuts des « roses André Eve » se sont passés dans sa maison du faubourg d’Orléans, les commandes étaient emballées dans ce qui est maintenant le bureau donnant sur le jardin, et c’est Madame Eve elle-même qui les emmenait à la poste …. en vélo . je pense beaucoup à elle, Yvonne, qui a subi deux Pertes très cruelles en si peu de temps …

  13. wivina

    Je viens du blog de Marie-Claude qui renvoie vers le vôtre au sujet du départ d’André Eve. Votre blog est donc une découverte pour moi. Je tiens à vous féliciter pour le superbe article consacré à ce grand monsieur qui laissera aux amateurs de rosiers un énorme vide. Bonne journée.

  14. navarro

    Je suis triste, j’avais eu l’occasion de rencontrer André Eve lors d’une visite dans la roseraie de L’haye les roses, c’était un homme charmant plein de gentillesse, qui vous prodiguait ses conseils avec generosité et passion.

  15. Marie-Claude

    Très triste d’apprendre la nouvelle, J’avais vu André, lors d’une visite de son jardin personnel, en 2012, le jour même de son jubilé, c’était un homme charmant, empreint de gentillesse et d’humour .
    MC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *