Cette fois-ci, les protections hivernales sont nécessaires dans Paris

Potées sous voile d'hivernage sur mon balcon en hiver, Paris 19e (75)
Un vent violent et glacé a refroidi la capitale hier et devrait nous donner les premières gelées intramuros pour ce dimanche matin. Je me suis empressé hier de protéger les plantes les plus frileuses que je cultive sur mon balcon pour qu’elles puissent passer cet hiver tardif mais qui semble se décider à sévir.

Potées avant la pose des protections sur mon balcon en hiver, Paris 19e (75)
Hier après midi, les potées sur mon balcon étaient encore à l’air libre. En un peu plus d’une heure, j’ai emmitouflé celles qui contiennent les plantes les moins rustiques et dont je ne suis pas sûr qu’elles puissent résister à quelques bonnes gelées.Toutes les plantes n’étaient pas encore en repos. Ci-dessus, on distingue dans la grande potée à gauche mon pied de misère rustique, Tinantia pringlei. Encore bien verte ! Et dans le coin du balcon, le pied de Pavonia ‘Miski’ est encore couvert de quelques boutons de fleurs.

Potée de Bidens ferulifolia 'Pirate's Peal' avant la pose des protections sur mon balcon en hiver, Paris 19e (75)
Mon pied de Bidens ferulifolia ‘Pirate’s Pearl’ a déjà fait de belles nouvelles pousses après la taille sévère que je lui avais appliqué en fin d’automne. Le froid devrait stopper ses ardeurs. Et il est maintenant complètement emmitouflé. Plastique à bulles dessous et tout autour du pot, voile d’hivernage en non tissé sur le dessus pour que la plante ne se retrouve pas dans un milieu trop confiné. Au premier redoux, j’ouvrirai le voile pour aérer la plante.

Potée de Bidens ferulifolia 'Pirate's Pearl' sous voile d'hivernage sur mon balcon en hiver, Paris 19e (75)
Lors de la Fête des Plantes d’automne de Saint-Jean de Beauregard, j’avais acheté une nouvelle espèce de bégonia réputée rustique (jusqu’à -8°C) : Begonia chuyunshanensis PB 07-1111. Hier, elle était encore bien verte et ne montrait aucun signe de repos de végétation, alors que mon Begonia grandis ssp. evansiana ‘Alba’ est déjà complètement endormi sous terre depuis plusieurs semaines.

Jardinière avec un bégonia rustique avant la pose des protections sur mon balcon en hiver, Paris 19e (75)
J’ai entouré cette grande jardinière avec plusieurs épaisseurs de voile d’hivernage en non tissé. Cela protégera aussi le pied d’Alcathéa ‘Parkallée’ plus sensible au froid dans un contenant.

Les deux bégonias tubéreux hybrides (Waterfall Encanto Orange et un autre à petites fleurs simples blanches) avaient encore leurs tiges bien vertes et quelques feuilles avant d’être rabattus puis recouvert d’une chaude protection.

Potée de Bégonia Encanto Waterfall orange sous voile d'hivernage sur mon balcon en hiver, Paris 19e (75)
Et j’ai rapproché les potées protégées des murs de l’appartement, à la fois pour les protéger des plus grands froids, mais aussi des précipitations excessives.

Pose d'une protection hivernale autour d'une grande potée sur mon balcon en hiver, Paris 19e (75)
Pour les potées design assez hautes, j’ai tenté une nouvelle protection : Maxizip.
C’est une housse d’hivernage avec zip et voile en non tissé de 100g/m2 (proposé par Intermas gardening). Hauteur 1,50m, diamètre au sol de 0,40m. Très pratique à installer même avec les fortes bourrasques de vent qui balayaient mon balcon hier après midi. Sous la potée, j’ai placé plusieurs épaisseurs d’un film de plastique à bulles ainsi qu’autour du pot à l’intérieur du Maxizip. Les feuillages ont été entourés de voile d’hivernage en non tissé. La fermeture éclair permet de tout fermer rapidement et facilement. Quand le temps s’adoucira, je pourrai tout aussi facilement aérer et arroser si nécessaire. Un lien permet de resserrer la protection dans le bas du pot pour que l’ensemble soit mieux maintenu. Vraiment très pratique.

Mon balcon est maintenant sous bonne protection. L’hiver peut sévir.

Commentaires (7)

  1. jpp

    Merci Alain pour ce judicieux rappel. J’ai subi pas mal de déboires pour avoir oublié que toute plante transplantée doit être surveillée et protégée l’année qui suit sa transplantation.

  2. Alain Delavie (Auteur de l'article)

    Le bégonia dont je parle proviens de chez Olivier Ézavin. J’ai quand même bien fait de le protéger pour son premier hiver parisien, car le vent est glacial depuis 48 heures.

  3. Nanou

    oui il est utile de signaler que les voilages anti gel vendus ds le commerce sont tjs insuffisants : Il faut aussi surélever un peu les jardinières sur des briques par ex ou les poser sur une épaisseur de papier bulles ( je n’y avais pas pensé ) il faut aussi les entourer sous le voilage de papier bulle
    merci pour ces conseils

  4. CATERINA

    grazie per i tuoi post quotidiani!!
    complimenti di vero cuore per l’amore che traspare dai tuoi scritti!
    E’ bellissimo leggerti ogni giorno. GRAZIE!
    auguri di OGNI BENE!!
    caterina

  5. mamiefanfan

    même sous la véranda, j’ai protégé mes frileuses. il faut dire que dans l’Essonne, il fait bien plus froid que dans Paris intra-muros.
    ce matin il gelait, je crois que le température est descendue à -2° cette nuit.

  6. jpp

    Le lien ne marche pas directement : aller à Plantes à fleur puis bégonias, cliquer sur le lien alors indiqué pour avoir le tableau

  7. jpp

    La conférence de Cédric Basset sur les plantes d’ombre a attiré mon attention sur les bégonias rustiques . Voici un tableau intéressant issu du catalogue des pépinières Ezavin (Monde des fougères) : http://www.pepinieres-ezavin.com/mdf_def/fracondi.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez