Les dégâts de la pyrale du buis

Haie de buis complètement défoliés par la pyrale du buis dans le cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)
Où la pyrale passe, les buis trépassent… Enfin pas encore heureusement, mais leur état n’est pas brillant quand les chenilles de ce papillon ont dévoré tout le feuillage ne laissant plus que les rameaux à nu. Sur une haie, la défoliation est impressionnante.

Haie de buis complètement défoliés par la pyrale du buis dans le cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)
Les buis ne sont pas morts, car ils redonnent des nouvelles pousses par ci par là. Mais cela doit considérablement les affaiblir. Et les jeunes pousses risquent fort de connaître un triste sort…

Commentaires (2)

  1. jpp

    Le dernier hiver très doux et l’année humide n’ont pas arrangé la situation. Le buis repousse mais lentement.
    Notre expérience à Saint-Serge est que l’aspersion régulière de bacilus thurengiensis permet de contenir temporairement la maladie. Il faudrait prendre le temps de bien observer le cycle de reproduction (3 à 4 par an) et agir en temps utile.
    Nous avons un grand buis d’environ 6 mètres de haut qui est la plus belle pièce du jardin, qui plus est devant l’église.J’imagine qu’il faut plus de cinquante ans pour obtenir une tel buis. Sa disparition serait catastrophique à notre échelle, celle de plusieurs générations.
    Aux Buttes-Chaumont , la consigne est de couper tout buis infecté. Seule note positive un prédateur a été observé en France (« hyménoptère prédateur et parasitoïde » -l La garance voyageuse n° 106).

  2. Josette

    Quelle calamité ces bestioles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 Partages
Partagez5
Tweetez
+1
Enregistrer3
Partagez