24 août 2014 – Paris côté jardin

Archive journalières: 24 août 2014

Scène fleurie autour du Triomphe de Silène dans le Jardin du Luxembourg (Paris 6e)

Triomphe de Silène entouré de parterres fleuries dans le Jardin du Luxembourg, Paris 6e (75)
106 statues sont disséminées dans le Jardin du Luxembourg (Paris 6e) actuellement très fleuri. Le groupe de statues baptisé « Triomphe de Silène » semble flotter parmi les fleurs légères et vaporeuses, oscillant au moindre souffle de vent. Joli paysage et belles perspectives.

Le thème de Silène ivre, à dos d’âne, autour d’un cortège de Bacchantes et de Satyres, remonte à l’antiquité. Aimé Jules Dalou (1838-1902), le sculpteur, se serait inspiré des maîtres flamands, et en particulier de Rubens, pour sculpter des chairs à l’apparence riche et sensuelle. Le modèle en plâtre de ce groupe a été exposé au Salon des Champs-Elysées en 1885. Il a été acquis par l’État, en vertu d’une décision ministérielle en date du 21 mars 1894. La fonte du groupe a été réalisée par Thiébaut Frères. Il a été attribué au Jardin du Luxembourg par arrêté du 5 avril 1897 et a été posé dans le jardin en 1899.
Bronze, hauteur 2,60m, largeur 2m et profondeur 2,30m.

Jardin du Luxembourg

  • Entrées : place Edmond Rostand, place André Honnorat, rue Guynemer, rue de Vaugirard.
  • Métro : ligne 10, station Odéon.
    RER : ligne B, station Luxembourg.
  • Bus : lignes 21, 27, 38, 58, 82, 83, 84, 85 ou 89.

Mon pied d’Hibiscus coccineus fleurit enfin !

Hibiscus coccineus (Malvacées) sur mon balcon en été, Paris 19e (75)
Bonne surprise hier matin, une fleur de mon Hibiscus coccineus s’était enfin épanouie et une deuxième s’ouvrait presque en même temps. Je commençais à ne plus y croire, surtout que les températures nocturnes sont basses ces derniers jours.

Hibiscus coccineus (Malvacées) sur mon balcon en été, Paris 19e (75)
Chaque année, j’ai toujours autant de plaisir à contempler ces immenses fleurs d’un beau rouge intense. Les fleurs sont grosses, mais elles sont très élégantes  et elles s’accordent bien avec les grandes feuilles très découpées toute en finesse.

Tinantia pringlei, la misère rustique

Tinantia pringlei (Commelinacées) sur mon balcon en été, Paris 19e (75)
Je cultive cette misère (Tinantia pringlei) depuis deux années maintenant sur mon balcon parisien et ma plante a parfaitement résisté aux deux hivers, repartant chaque année tardivement au printemps pour ensuite très vite repousser et fleurir pendant l’été.

En fait je possède deux variétés de cette espèce. Celle en photo avec un feuillage vert moyen éclaboussé de taches pourpre brune plutôt éparses. Et j’ai un autre pied aux feuilles vert plus foncé pratiquement pourpre avec des macules plus nombreuses. Les deux pieds sont séparés, chacun dans son contenant, et aux deux extrémités du balcon. Les deux fleurissent aussi généreusement avec des petites fleurs rose violacé très éphémères mais qui se renouvellent jour après jour.

La plante s’étoffe vite et peut être divisée rapidement et très facilement. Mais j’ai eu la surprise de constater qu’elle se ressème aussi très bien. Des graines sont tombées dans la rue au pied de l’immeuble, et j’ai aperçu des petits pieds qui poussaient contre la façade. Par contre, pas de semis dans mes jardinières et autres potées. Mais ce semis spontané est certainement du au fait qu’un de mes pieds retombait à l’extérieur du balcon l’année dernière. Et l’autre n’avait pas de pot ou de jardinière en dessous de lui. Ce qui ne sera pas le cas cette année, parce que je l’ai installé dans un grand pot design plus haut que large.