Découvrir le concept de shopping fertile au SIEC

Invitation découverte du shopping fertile au SIEC par les Jardins de Gally
7 Français/10 considèrent le shopping comme une corvée, tandis que 8/10 estiment qu’il n’y a pas assez de végétal dans les centres commerciaux (sondage BVA pour les Jardins de Gally). Professionnels, les Jardins de Gally vous invitent à venir découvrir le concept de shopping fertile au SIEC les 18 et 19 juin.

Ce sera l’occasion de découvrir le label Biodivercity, premier outil pour évaluer et valoriser la présence du vivant dans les lieux de commerce.

Le SIEC
Sous l’égide du CNCC, Conseil National des Centres Commerciaux, le Siec rassemble tous les acteurs du Retail et de l’Immobilier Commercial pour échanger, négocier et conclure des affaires autour de projets de sites commerciaux, de produits et de services innovants, de concepts d’enseignes novateurs ou encore de villes et de territoires en plein développement ! Enseignes, villes ou collectivités, sociétés de conseil, prestataires, investisseurs ou promoteurs exposent au Siec pour multiplier leurs contacts et développer leur business.
Les 18 & 19 juin de 9h00 à 19h00, CNIT-La Défense, 2, Place Défense, 92053 Paris La Défense.
www.siec-online.com

Commentaires (2)

  1. jpp

    Josette a tout dit. Je « bookmarke » ce parfait exemple de « greenwashing »

  2. Josette

    A mon humble avis question posée certainement de façon à orienter la réponse !

    Quand je vois comment sont traités les végétaux vendus dans les enseignes de distribution type Carrefour, Leclerc, ou bricolage comme Castorama, BricoMarché, il serait préférable qu’aucun, absolument aucun, ne vendent de végétaux.

    Quand je vois les végétaux péricliter faute d’arrosage car c’est la fin d’une saison ou pire encore parce que les employés ont ordre de ne pas le faire (j’ai eu l’occasion d’interroger des employés d’un magasin BricoMarché à ce sujet), je fulmine ! Il m’est arrivé d’arroser des plantes en douce les voyant en manque d’eau ou de les acheter…..

    Il me semble que les végétaux sont déposés par un producteur et les employés de l’enseigne n’ont pas mission de s’occuper d’eux hormis la présentation.

    Les végétaux ne sont pas des marchandises, rien à voir avec une casserole ! Ils vivent !

    J’ai vu quantité de beaux sujets devenir bois mort alors qu’une installation pour arroser était présente. Par ailleurs les arbres ou arbustes plantés sur les parkings ne sont souvent pas mieux traités.

    J’ai vu aussi des végétaux, très beaux sujets, plantés sur une bretelle d’accès à un centre commercial, même pas arrosés. Ils sont morts pour la plupart, remplacés par d’autres qui ont subi le même sort.

    Et puis est-ce bien malin de planter un séquoia sur un terre-plein vu l’ampleur qu’il est supposé avoir des décennies plus tard ? A supposer qu’il arrive à se développer arriverait forcément le moment où il serait abattu….

    Que des jardineries soient plus présentes, d’accord, mais à condition qu’elles s’abstiennent de vendre des animaux (évidemment d’accord pour qu’elles vendent des produits POUR animaux).

    Et puis que deviennent les pépiniéristes, les horticulteurs, les fleuristes si tout est vendu dans les centres commerciaux ? Ce n’est pas dans les centres commerciaux que l’on aura la diversité et les conseils que l’on peut avoir chez des petits commerçants indépendants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez