16 mai 2014 – Paris côté jardin

Archive journalières: 16 mai 2014

Calibrachoa à grandes fleurs

Calibrachoa à grandes fleurs orange sur mon balcon au printemps, Paris 19e (75)
Les nouvelles variétés de calibrachoas offrent des fleurs de plus en plus grandes, au point de plus en plus ressembler à des petits pétunias incroyablement florifères et au port retombant. J’ai trouvé quelques pieds d’une variété aux fleurs orange vif intense, un coloris encore peu répandu parmi ces fleurs.

Calibrachoa à grandes fleurs orange sur mon balcon au printemps, Paris 19e (75)
Ces proches cousins des pétunias (famille des Solanacées) présentent un feuillage plus fin que ces derniers et une profusion de fleurs en trompette. Petites chez les premières variétés apparues dans les jardineries il y a déjà quelques années, les fleurs grossissent au fur et à mesure des nouvelles sélections et la gamme des coloris plus diversifiée que celle des pétunias s’étoffe aussi de plus en plus. Après les jaunes, les terracotta, voici des tons orange et rouges. Super, ce sont mes couleurs préférées !

(suite…)

Bambou sacré flamboyant

Jeunes pousses pourpres du Nandina domestica 'Gulf Stream' sur mon balcon au printemps, Paris 19e (75)
Les jeunes pousses et les nouvelles feuilles de mon bambou sacré (Nandina domestica ‘Gulf Stream’) arborent une couleur pourpre intense qui devient rouge flamboyante quand le soleil illumine l’arbuste. Superbe !

Lent à démarrer et à s’installer, mon bambou sacré commence enfin à s’étoffer. Et, ô surprise, les premiers boutons floraux apparaissent.
Mais je vais devoir le tuteurer parce que le vent fort dans les hauteurs a tendance à le faire un peu trop pencher. Comme le roseau, le bambou sacré plie mais ne rompt pas. Mais il se voute !

Pigeons refoulés par la batterie d’affolants

Affolants (moulins à vent et girouette) pour lutter contre les pigeons sur mon balcon au printemps, Paris 19e (75)
Après une dizaine de jours d’installation, mes moulins à vent et ma girouette semblent avoir dissuadé le couple de pigeons ramiers de venir nicher sur mes plantes et dans mes potées. Hip hip hip, hourra !

Les pauvres plantes qui étaient régulièrement écrasées par ces gros volatiles se sont redressées et repartent de plus belle. Mon balcon a un peu un air de fête foraine ou de défilé de carnaval, mais tant que les plantes ne sont pas suffisamment développées, je préfère sinon elles risquent de mal finir. Je vais laisser mes affolants jusqu’au début de l’été pour être sûr de ne pas revoir les intrus.