Les erreurs à ne pas faire avec une potée de lis forcés

/, plante bulbeuse, potée ou jardinière/Les erreurs à ne pas faire avec une potée de lis forcés

Les erreurs à ne pas faire avec une potée de lis forcés

Potée de lis forcés
En plein hiver, sans avoir une serre ou une véranda, la première erreur, à mon avis, c’est d’acheter une potée de lis forcés qui n’a rien à faire dans une maison et encore moins dehors quand les gelées menacent. Mais quand on vous l’a offerte et que l’on souhaite la garder (ou que l’on est obligé), voici les erreurs à éviter pour en profiter le plus possible.

Les lis hybrides forcés proposés en potées pendant l’hiver poussent habituellement dehors, en pot sur un balcon ou une terrasse, en pleine terre dans le jardin. Mais les belles fleurs et le feuillage de ces plantes bulbeuses ne résistent pas à la moindre gelée, ni à un coup de chaud et un manque de lumière. Avec une serre ou une véranda pas trop chauffées, on peut conserver sans problème ces plantes forcées, comme les autres bulbes à floraison printanière proposés tout au long de l’hiver. Dans une maison ou un appartement, la culture est plus difficile, pour ne pas dire vouée à l’échec, surtout si vous infligez à votre potée les quelques mauvais traitements suivant :

  1. Placer la potée dans une pièce peu lumineuse, près d’une source de chaleur (radiateur ou cheminée en activité)
  2. Oublier d’arroser et laisser le substrat complètement sécher.
  3. Trop arroser en laissant en permanence de l’eau dans le fond de la soucoupe ou du cache pot.
  4. Sortir la potée à l’extérieur pour la nuit alors qu’il gèle. Ou la laisser en permanence dehors tant que les gelées menacent.
  5. Donner un engrais pour plantes vertes, riche en azote et pauvre en phosphore et potassium.
By |2014-01-02T23:09:15+00:00janvier 3rd, 2014|fleur, plante bulbeuse, potée ou jardinière|0 Comments

About the Author:

Agronome de formation et jardinier passionné depuis sa plus tendre enfance, collectionneur de plantes, Alain Delavie a exercé différents métiers toujours en étroite relation avec le monde végétal et le jardin, en commençant par celui de pépiniériste collectionneur avant de devenir journaliste, spécialisé dans le jardinage et la météorologie. Il est aujourd'hui rédacteur en chef du magazine Rustica Hebdo et conseiller éditorial du site www.rustica.fr

Leave A Comment


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies and third party services. Oui