Noces Végétales aux grandes serres du Jardin des Plantes (Paris 5e)

Exposition Noces végétales, Tzuri Gueta, Grandes Serres du Jardin des Plantes de Paris, Paris 5e (75)

Du 21 novembre 2013 au 2 février 2014, la Fondation Ateliers d’Art de France et le Muséum national d’histoire naturelle présentent au coeur des Grandes Serres du Jardin des Plantes, Noces végétales, la première exposition parisienne du créateur Tzuri Gueta.

Utilisant une matière issue du silicium associée au textile pour créer des oeuvres d’inspiration organique, Tzuri Gueta sublime une nature protégée et contrôlée en proposant un parcours au coeur des serres à la fois réel et rêvé, empreint de symboles. Le monde végétal se découvre autrement, à travers l’oeil du créateur, passé sous le spectre de la modernité, de l’imaginaire, de l’engouement créatif.

Désigné lauréat du prix Le Créateur de la Fondation Ateliers d’Art de France, Tzuri Gueta s’est vu offrir la possibilité de présenter son travail sous une forme exceptionnelle dans un lieu choisi pour sa singularité et les résonances entretenues avec ses propres créations.

Inventeur d’une technique unique et brevetée de « dentelle siliconée », Tzuri Gueta révèle depuis plus de quinze ans à travers ses textiles, ses parures et ses mises en scène un univers résolument organique, végétal ou géologique qui ne demandait qu’à s’épanouir dans un lieu dédié à la nature. Avec le soutien financier et logistique de la Fondation Ateliers d’Art de France, Tzuri Gueta a choisi de présenter son exposition Noces Végétales à Paris, dans les Grandes Serres du Jardin des Plantes. Source d’inspiration pour de nombreux artistes – peintres, hommes de lettre, sculpteurs ou musiciens – le Jardin des Plantes entretien depuis sa création au XVIIe siècle une relation féconde entre les sciences naturalistes et l’art.

Noces Végétales déroule pour le visiteur un parcours initiatique dans les rites et les symboles du mariage. Les noces que l’on célèbre ici sont celles qui associent dans un troublant mimétisme la dentelle siliconée et les végétaux abrités par la serre. Un rideau de gouttes déployé comme un dais, des lustres aux drapés élégants en maille tubulaire, des fourreaux de dentelle épousant des troncs d’arbre au plus près de l’écorce, des extensions de silicone prolongeant une branche… mêlent leurs silhouettes organiques à la végétation exubérante de la serre. Où se situe la limite entre le végétal et sa prothèse de silicone ? Entre le vrai et le faux ? Les créations simili-végétales de Tzuri Gueta collaborent avec le lieu, créent un dialogue avec les plantes. Comme un terrain de jeu pour un créateur qui sait entretenir la confusion entre les matières.

Né sur le rivage d’Israël, Tzuri Gueta a gardé en mémoire les formes organiques des éléments brassés par les fonds sous-marins dont il aime reproduire dans son travail les lignes de coraux, les coloris, mais aussi l’impression de mouvement généré par le courant. C’est cette impression de vie que l’on retrouve ici. Car si ces organismes en dentelle siliconée relèvent d’une nature imaginaire et fantasmée, ils sont pourtant parfaitement vraisemblables. A contrario, la nature ne produit-elle pas elle-même des éléments d’une telle perfection, vernissés et luisants, qu’ils semblent artificiels ? La consistance du silicone, matériau naturel issu du silicium et proche du verre, permet d’autant mieux la mise en œuvre du leurre. Dans Noces Végétales, le créateur n’imite pas la végétation, il la réinvente, en manipulant les codes d’une nature protégée et ultra-contrôlée par le lieu emblématique de la serre.

Pour Tzuri Gueta, la serre devient un laboratoire, une couveuse expérimentale dont les parois vitrées n’imposent qu’une frontière fragile entre l’intérieur et l’extérieur. Ses pièces hybrides, minutieusement réalisées à la seringue dans son atelier, sont surdimensionnées pour habiller un lieu si monumental.

Noces Végétales est une expérience visuelle et sensorielle propre à perturber le visiteur qui imaginait admirer une multitude de plantes. En s’immergeant dans le silence d’une végétation en trompe-l’œil qui bouscule ses perceptions, il est invité à découvrir la nature autrement, à travers le regard d’un artiste textile qui s’approprie à loisir le rôle de « Créateur ».

Tzuri Gueta, portrait d’un créateur
Diplômé en 1996 d’un master d’Ingénieur textile obtenu au Shenkar College of Engineering and Design en Israël où il a entrepris des recherches sur les polymères, Tzuri Gueta est tout autant designer, créateur et explorateur. Il est notamment connu pour sa capacité à produire des textiles troublants aux effets de matière, imprimés, gaufrés, découpés au laser et capables d’imiter les textures organiques ou végétales comme le cactus, le galuchat ou la peau de serpent.

Mais c’est une technique de travail inédite qui rend sa création si personnelle : l’injection de silicone. Il commence par utiliser le silicone comme « colle » pour maintenir des morceaux de textile, là où d’autres les assemblent à la machine à coudre. Les qualités artistiques du silicone, sa souplesse, sa capacité à se mélanger aux pigments et aux paillettes ont ensuite poussé Tzuri Gueta à le mettre en valeur. En 2005, il dépose son brevet de « dentelle siliconée » : dans le secret de son atelier-laboratoire, cette technique énigmatique lui permet de créer sur le textile des volumes et des effets de perles, des « paysages » au toucher presque dérangeant, tant la texture est douce et onctueuse, d’une sensualité de peau humaine.

Arrivé à Paris en 1996, passé par l’agence Trend Union de Li Edelkoort puis les ateliers de Thierry Mugler, Tzuri Gueta a tout de suite séduit le monde de la Haute Couture par l’avant-gardisme de son travail et ses qualités créatives. Il produit désormais régulièrement des gammes de textiles inédits pour Chanel, Issey Miyake, Jean-Paul Gautier, Armani, Dior ou Givenchy.

L’emblématique « Récif », un vélo abandonné que les algues semblent prendre d’assaut, est l’œuvre qui lui a permis d’investir le monde de l’art. En 2010, une exposition personnelle centrée sur son travail textile lui est consacrée au Musée d’Art contemporain de Tel Aviv.

Dans son atelier-showroom parisien ouvert en 2011 sous le Viaduc des Arts, pas de moules ni de techniques reproductibles : Tzuri Gueta ne conçoit que des pièces uniques. Une dizaine de collaborateurs, tous issus de formation textile ou bijou, l’accompagne dans son approche transversale de tous les domaines de la création.

En juin 2012, Tzuri Gueta est désigné lauréat du Prix le Créateur de la Fondation Ateliers d’Art de France pour son projet d’exposition au sein des Grandes Serres du Jardin des Plantes.

Un projet qui devient réalité en novembre 2013 avec Noces Végétales grâce au soutien de la Fondation Ateliers d’Art de France et la participation du Muséum national d’Histoire naturelle.

Informations pratiques
Grandes Serres du Jardin des Plantes, 57, rue Cuvier, 75005 Paris.
Du 21 novembre au 2 février 2014, ouverture tous les jours sauf le mardi, de 10h à 17h.
Entrée : 6 €; Tarif réduit : 4 € (enfants de 4 à 16 ans, étudiants de 16 à 25 ans, familles nombreuses ; groupes non scolaire de 10 personnes minimum et Amis du Muséum national d’Histoire naturelle. Gratuit sur présentation d’un justificatif (enfant de moins de 4 ans, personnes handicapées avec leur accompagnateur, membres de l’ICOM, demandeurs d’emplois et bénéficiaires des minima sociaux).
Fermeture des caisses 45 minutes avant la fermeture des Serres.
Accessible aux personnes à mobilité réduite.

Commentaire (1)

  1. Josette

    Très Intéressant, énigmatique. Si j’étais proche de Paris j’y serais allée, c’est certain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez