Chrysanthème à grosses têtes mordorées

/, plante vivace, potée ou jardinière/Chrysanthème à grosses têtes mordorées

Chrysanthème à grosses têtes mordorées

Chrysanthème (Astéracées) dans le cimetière du Père Lachaise à la Toussaint en automne, Paris 20e (75)
Au fil des années, les chrysanthèmes à grosses têtes ont perdu les faveurs des jardiniers qui leur préfèrent les variétés à petites fleurs simples, semidoubles ou doubles, moins sophistiquées et plus résistantes aux intempéries. Et pourtant, ces fleurs n’en restent pas moins exceptionnelles. J’aime beaucoup cette variété à fleurons dorés et rouge opéra.

Chrysanthème (Astéracées) dans le cimetière du Père Lachaise à la Toussaint en automne, Paris 20e (75)La Toussaint a été humide cette année, j’ai fait mes photos entre deux averses, les fleurs sont constellées de gouttes d’eau.

Chrysanthème (Astéracées) dans le cimetière du Père Lachaise à la Toussaint en automne, Paris 20e (75)
Ces fleurs sont plus faites pour être prises en photos ou peintes que pour décorer les massifs des jardins où leur grosseur dénote et ne s’intègre pas aux compositions. Je me suis toujours demandé comment seraient les fleurs si on n’enlevait pas les boutons latéraux… Plus petites certainement, avec toujours ce double coloris. Mais ces variétés sont sensibles au froid et résistent moins aux gelées que celles à petites fleurs en pompons donc je ne tenterai pas l’expérience sur mon balcon.

Chrysanthème (Astéracées) dans le cimetière du Père Lachaise à la Toussaint en automne, Paris 20e (75)

Chrysanthème (Astéracées) dans le cimetière du Père Lachaise à la Toussaint en automne, Paris 20e (75)

Chrysanthème à grosses têtes dans le cimetière du Montparnasse en automne, Paris 15e (75)
Plus la grosse tête s’épanouit, plus le rouge devient dominant, l’or n’apparaissant qu’aux points recourbées des ligules.

By |2013-11-02T23:09:28+00:00novembre 3rd, 2013|fleur, plante vivace, potée ou jardinière|6 Comments

About the Author:

Agronome de formation et jardinier passionné depuis sa plus tendre enfance, collectionneur de plantes, Alain Delavie a exercé différents métiers toujours en étroite relation avec le monde végétal et le jardin, en commençant par celui de pépiniériste collectionneur avant de devenir journaliste, spécialisé dans le jardinage et la météorologie. Il est aujourd'hui rédacteur en chef du magazine Rustica Hebdo et conseiller éditorial du site www.rustica.fr

6 Comments

  1. @nnie54 3 novembre 2013 at 18 h 09 min

    Cette variété est très belle et c’est dommage qu’ils ne résiste pas longtemps au froid. Je pense que c’est pas mal d’avoir un pot devant chez soi hormis le cimetière. c’est toujours agréable d’avoir desfleurs devant le pas de sa porte mais encore faut-il que ce soit un endroit protégé aussi je pense !
    @.

  2. Josette 3 novembre 2013 at 11 h 38 min

    Très beaux et magnifique la fleur épanouie sur la dernière photo. Merci Alain !

  3. jpp 3 novembre 2013 at 10 h 19 min

    Les chrysanthèmes à petites fleurs se prêtent mieux à la supercherie qui consiste à en assembler trois petits pour faire semblant d’en faire un gros…

  4. DALLA LONGA Gisèle 3 novembre 2013 at 9 h 28 min

    Les gouttes d’eau en font la spendeur en transparance et luminosité des chrisanthèmes!
    « Le chant insonnore de la pluie » en font leur charme!
    Merci!

  5. Michèle 3 novembre 2013 at 9 h 25 min

    Tu as raison les chrysanthèmes à grosses fleurs n’ont plus la cote, mais il y a des coloris fantastiques parfois et tes photos le montrent bien!!!!

  6. Gisali 3 novembre 2013 at 9 h 19 min

    Les chrysanthèmes ce sont des fleurs magnifiques à photographier et là avec les gouttes d’eau sur les pétales c’est somptueux !

Leave A Comment


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies and third party services. Oui