Les achats de végétaux pour la Toussaint

Chrysanthème 'Little Trôo', Le Châtel des Vivaces, Journées des Plantes automne, Domaine de Courson, Essonne
Sur la période de la Toussaint et notamment sur le cumul des mois d’octobre et novembre 2012, les sommes dépensées en végétaux d’ornement pour le cimetière sont en hausse de 1,9 % alors que les quantités achetées restent en baisse de 5 % par rapport à la même période en 2011.

Sur le cumul octobre et novembre 2012, 93 % des quantités achetées et 84 % des sommes dépensées ont été réalisées spécifiquement pour la Toussaint soit 289,4 millions d’euros. Par ailleurs, l’essentiel de ces achats s’effectue en octobre (75 % des volumes et 74 % des sommes dépensées).

Un achat orienté vers les chrysanthèmes
Parmi les végétaux d’ornement pour le cimetière achetés à l’occasion de la Toussaint, on observe une large prédominance des plantes fleuries soit 92 % des quantités achetées et 87 % des sommes dépensées. Sur le cumul des mois d’octobre et novembre 2012, on note que sur l’ensemble des plantes fleuries, 64 % des achats sont des chrysanthèmes, 10 % des bruyères et 6 % des cyclamens. En 2012, un tiers des chrysanthèmes ont été achetés à mois de 8 €.

Les lieux d’achats
Toujours sur la période d’octobre et novembre 2012, la GSA (grande surface alimentaire) est en volume le premier lieu d’achat avec 25 % des quantités achetées ; en valeur les fleuristes sont prédominants avec 30 % des sommes dépensées. À l’occasion de la Toussaint, horticulteurs et pépiniéristes, jardineries spécialisées et GSA, ont été plus performants aux dépens des fleuristes, qui néanmoins conservent leur première place en part de marché en valeur.

Les achats de végétaux d’ornements (Panel TNS SOFRES cofinancé par FranceAgriMer et Val’hor)
En 2012, la part des végétaux d’ornements destinés au cimetière et obsèques s’élève à 11 % des quantités achetés (- 9,3 % par rapport à 2011) et 27 % en sommes dépensées (- 1,1% par rapport à 2011) soit 857,5 millions d’euros. La saisonnalité des achats en volume est assez identique à 2011, hormis des meilleures performances en novembre 2012.

L’entretien des sépultures
La part de marché des achats consacrés à l’entretien des sépultures perd 1,4 point en quantité au profit des achats dédiés aux cérémonies funéraires, mais génère toutefois l’essentiel des volumes consacrés au cimetière et obsèques soit 87,4 %. En revanche, la part de marché des sommes dépensées, qui représente 59,6 % est en augmentation de 2,2 points.

Le cimetière
La baisse de fréquentation des cimetières observée depuis plusieurs années pourrait perdurer notamment en raison du choix d’opter pour des obsèques avec crémation (53 % en 2010 contre 19 % en 1978)1. La crise économique, la crainte de l’abandon de la sépulture, la mise à disposition de crématoriums et les disponibilités limitées dans de grandes agglomérations, sont autant de raisons qui expliquent le développement du nombre de crémations en France (31 % des obsèques en 2011). Le Credoc estime que cette croissance pourrait se poursuive et atteindre en 2030 près de 50 % des obsèques.

Les plantes fleuries représentent toujours l’essentiel des achats pour le cimetière. Les sommes dépensées augmentent aux dépens des compositions florales et des compositions de plantes. La part des sommes dépensées pour le cimetière, jardin du souvenir ou site funéraire est en hausse et plus particulièrement chez les horticulteurs et les pépiniéristes (+2,4 pts).

(Source : FranceAgriMer)

Commentaires (3)

  1. zansu

    J’ai profité des prix de la Toussaint pour acheter chez Truffaut une jardinière plantée de bruyères et de cyclamens roses que j’ai installée à la fenêtre de ma salle de séjour.
    Suite aux deux précédents messages je vais aller jeter un coup d’oeil dans quelques jours aux poubelles du cimetière de Montrouge qui n’est pas très loin de mon domicile

  2. Alain Delavie (Auteur de l'article)

    Il y a beaucoup à récupérer dans les poubelles des cimetières… Et si l’on pouvait faire celles des jardineries…

  3. jpp

    Il faudrait se pencher sur la quantité de végétaux jetés après un bref passage sur une tombe.
    Au dernier troc de Bercy une jardinière échangeait (et même donnait) trois dipladenias en parfait état récupérés sur la décharge d’ un cimeterre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 Partages
Partagez7
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez