Archive journalières: 22 juin 2013

Réussir la culture du rhodo en pot

Potée de rhododendron, Amsterdam (Pays-Bas)

Quand on achète une potée de rhododendron couvert de fleurs, on aimerait que la floraison dure le plus longtemps possible et surtout, se renouvelle chaque année avec toujours plus d’abondance. C’est possible, mais cela nécessite quelques soins précis et il faut éviter certaines erreurs de culture.

La potée récemment achetée ne doit pas manquer d’eau sinon la floraison va faner plus vite que prévue. Mais il ne faut pas pour autant noyer la plante avec des arrosages excessifs. Il faut maintenir le sol frais, jamais détrempé ou complètement sec. Une règle à laquelle il faudra veiller pendant toute la belle saison. Et même en hiver, car le gel dessèche beaucoup le substrat provoquant le flétrissement des feuilles qui prennent un aspect pendant. Au premier redoux, il faut penser à arroser la potée pour que la plante soit bien réhydratée.

Dès que le rhodo est défleuri, vous pouvez le rempoter dans un contenant plus grand. Choisissez un bac assez volumineux, surtout si la variété ne garde pas un port compact. Cet arbuste a un enracinement assez superficiel, mais dans un gros pot, elle sera moins sujette aux variations d’humidité du sol et au gel en hiver. Évitez les pots vernissés qui craignent les gelées et gardent trop l’humidité en empêchant l’aération du substrat.

Le rhododendron est une plante de terre de bruyère qui préfère un sol acide (pH inférieur à 7), mais rempotez-le plutôt dans un bon terreau plutôt que dans de la terre de bruyère. Cette dernière quand elle est devenue sèche est très difficile à humidifier. Il faut aussi un sol riche pour permettre une bonne croissance et surtout une belle floraison. Ajoutez du compost et un engrais organique pour hortensia ou plantes de terre de bruyère. Attention de ne pas donner un engrais trop riche en azote, qui favoriserait la croissance de rameaux et de feuilles, sans floraison.

Placez la potée dans un emplacement clair, sans soleil brulant. Évitez les expositions trop chaudes et les courants d’air desséchants.

Le rhododendron prépare sa floraison pendant l’été. C’est à ce moment là qu’apparaissent les boutons floraux. Pour cela, la plante ne doit pas manquer d’eau.

Les salades font la déco

Planches de laitues de différentes couleurs, Hortillonnages (Somme)

La déco dans l’assiette, mais auparavant dans le potager ou sur le balcon. Blondes, vertes, bronze ou rouges plus ou moins foncées, les laitues pommées ou à couper permettent de composer des planches ou des jardinières hautes en couleurs.

Quand la culture n’est pas saccagée par une armée de baveux ou une chute de grêle, le résultat vaut bien toutes les mosaïcultures. Un véritable tableau végétal ! À croquer !!!

Allium christophii, ail d’ornement XXL

Allium christophii dans le parc Monceau, Paris 8e (75)

En fleur ou fanées, voire desséchées, les têtes énormes de cet ail d’ornement sont toujours spectaculaires et attirent à elles les regards. Cette espèce a été plantée dans le Parc Monceau (Paris 8e) dans différents endroits où ses boules de fleurs font leur effet.

Allium christophii dans le parc Monceau, Paris 8e (75)

Grosse boule d’étoiles violettes en pleine floraison…

(suite…)

Un coin de ciel bleu avec la clématite H. F. Young

Clematis 'H. F. Young', Parc de Bagatelle, Paris 16e (75)

Quand la météo s’obstine à nous infliger de la grisaille, heureusement que certaines plantes nous apportent une touche de soleil ou de ciel bleu dans nos coins de jardins. Comme cette belle clématite H. F. Young aux immenses fleurs bleu lavande avec un coeur rayonnant d’étamines.

Clematis 'H. F. Young', Parc de Bagatelle, Paris 16e (75)

Cette clématite à très grandes fleurs a une première floraison précoce au printemps, puis une seconde en fin d’été. Cette variété a un port assez compact et ne dépasse pas 2 à 3 m de hauteur, ce qui permet de la cultiver aussi bien en pleine terre qu’en pot.