Archive journalières: 6 mars 2013

Exposition « La forêt et ses multiples ressources » à Milly-la-Forêt (Essonne)

Exposition "La forêt et ses multiples ressources"

La médiathèque du Moustier de Milly-la-Forêt accueille jusqu’au 20 avril 2013, l’exposition « La forêt et ses multiples ressources », qui nous propose d’aller à la rencontre des innombrables richesses naturelles qui composent nos forêts, véritable habitat naturel plein de mystères.

Conçue par le Conservatoire départemental des Espaces Naturels Sensibles en partenariat avec Conseil Général de l’Essonne à l’occasion de l’Année internationale des forêts célébrée en 2010, cette exposition donne à voir les multiples ressources que la forêt offre à l’homme et aborde les différentes problématiques inhérentes aux espaces forestiers : les arbres, le bois, l’écosystème ou bien encore la faune qui s’y réfugie.

Médiathèque du Moustier, 2e étage
Du samedi 2 mars au samedi 20 avril 2013
43, rue Langlois, 91490 Milly-la-Forêt.
Entrée libre.
Ouvert le mardi et le jeudi de 15h à 18h, le mercredi de 10h à 12h et de 15h à 18h, le samedi de 10h à 15h.
Tél. : 01 64 98 75 52.

Pot gouttière Corsica

Pot gouttière Corsica (Elho)

Vous manquez de place pour vos fleurs sur votre balcon, votre terrasse ou dans votre cour ? Occupez les gouttières avec des pots Corsica de la marque Elho.

Ce modèle design est doté d’un système de fixation qui permet de l’arrimer à une gouttière. Le contenant est pourvu d’une soucoupe intégrée facilitant les arrosages. De nombreuses couleurs sont proposées : blanc, terre cuite, taupe, anthracite, jaune intense, mandarine, happy rouge, rose, fuchsia, framboise sucrée, cerise, lavande douce, aubergine, bleu, vert forêt, citron, citron vert, vert émeraude.

Corsica pot gouttière
Taille : 24 cm.
Prix : 5,59 €.

Nouvelle enquête participative pour suivre les migrations nocturnes des amphibiens d’Île-de-France

Natureparif, l’Agence régionale pour la nature et la biodiversité en Île-de-France, convie les Franciliens à prendre part à une nouvelle enquête sur la mortalité routière des amphibiens pendant leur migration nuptiale, période particulièrement sensible.

Après un long repos hivernal, dès les premières soirées douces du mois de février, les grenouilles, crapauds, tritons et salamandres se réveillent. À la tombée de la nuit, ils quittent leur cachette pour rejoindre au plus vite la mare où ils ont vu le jour pour s’y reproduire. Les premiers arrivés choisissent les meilleures places et ont donc plus de chances de courtiser les femelles. Dans cette course contre la montre, il faut donc prendre le chemin le plus court quitte à traverser une route et prendre le risque de se faire écraser.

L’objectif de cette enquête est de recenser les portions de routes traversées par les amphibiens et d’évaluer l’abondance de ces déplacements afin de mettre en place des dispositifs de franchissement adaptés : crapaudromes ou crapauducs.

À Affaurgis, aux abords de l’étang des Vallées, un crapaudrome existe depuis 1994. Pilote en Île-de-France, il existe grâce au suivi du PNR Vallée de Chevreuse et de nombreux bénévoles. Pas moins de 6000 amphibiens sont sauvés chaque printemps.

Appel à participation
Les amphibiens sont classés en 2 catégories : les crapauds et grenouilles, qui n’ont pas de queue, et les tritons et salamandres, qui eux en ont une. Pour chaque observation, estimez grossièrement le nombre d’individus vivants et morts pour chacune des deux catégories ainsi que la largeur de la route qu’ils doivent traverser. Il vous suffit ensuite de vous connecter au site http://amphibiens.natureparif.fr/ pour saisir vos données. Vous y trouverez également des outils d’identification qui vous permettront d’affiner vos observations.

Tout le monde peut participer !
Conducteurs de nuit, Natureparif compte sur vous : que vous soyez de retour du travail ou en partance pour un diner, vous avez peut être déjà été amené à slalomer pour éviter les grenouilles. Vos observations intéressent Natureparif. N’hésitez pas à faire part de souvenirs plus anciens, que vous ayez déjà vous-même observé ce phénomène ou qu’un tiers vous en ait parlé. Les premiers résultats de cette enquête seront ensuite communiqués au printemps.

Exposition « Ces emballages qui changent nos vies ! »

Au travers de leurs emballages, les marques qui nous entourent ont facilité notre quotidien. L’Institut Français du Design leur rend hommage lors d’une exposition au Musée des arts et métiers qui illustre ces instants de vie des années 40 à demain.

L’Institut Français du Design a mis en lumière « Ces emballages qui changent nos vies ! » autour d’une présentation des innovations majeures et iconiques qui ont contribué à faire évoluer le quotidien de tous les consommateurs.
Après le succès de la première édition au Salon International de l’Emballage, c’est le Musée des arts et métiers qui invite l’exposition, au milieu d’innovations célèbres, du pendule de Foucault à l’avion de Clément Ader, … 100 000 visiteurs sont attendus !

Ces solutions innovantes qui ont changé nos vies
L’exposition est prévue jusqu’au 9 juin 2013. Elle retrace chronologiquement l’évolution de l’emballage de l’après Seconde Guerre mondiale à aujourd’hui. Dans un esprit ludique et autour de repères socio-culturels, la mise en scène de l’exposition, par l’agence Dragon Rouge, met en lumière le rôle de l’emballage dans notre vie quotidienne et la façon dont celui-ci a influencé nos modes de consommation, nos habitudes d’achat, facilité nos gestes et amélioré notre bien-être. De la boîte Cachou Lajaunie en passant par le premier mascara Helena Rubinstein, le baril Dash, jusqu’aux emballages comestibles ou encore aux QR Codes, l’exposition présente chaque innovation de rupture avec une mise en scène très actuelle.
L’essentiel des emballages exposés provient de musées ou collections privées.

Ces emballages qui changent nos vies, édité par l'Institut Français du Design et co-écrit avec Anne-Marie Sargueil et Jean Watin-Augouard

(suite…)