Colloque Nourrir les villes… et développer les campagnes : pour une alimentation durable et responsable

Logo Mairie de Paris

La DEVE de la Mairie de Paris, la Chaire Unesco en Alimentations du monde, Montpellier SupAgro avec le soutien de la Fondation Carasso et de la Fondation Nicolas Hulot,vous proposent un colloque sur l’alimentation durable et responsable des villes le jeudi 13 décembre 2012 au Palais de la Découverte (Paris 8e).

Logo Montpellier SupAgro

Au milieu des années 2000, la population mondiale est devenue majoritairement urbaine. En 2050, plus des deux tiers des humains habiteront en ville. L’urbanisation se fera principalement par accroissement des grandes agglomérations : en 2025, 27 cités auront plus de 10 millions d’habitants, avec Tokyo en tête de liste (plus de 36 millions d’habitants) et Paris en 27e position (10 millions).
Pour nourrir les villes avec des aliments de qualité (équilibrés, nutritifs, accessibles et partagés) et développer durablement les campagnes, il faudra inventer une nouvelle façon de produire, plus respectueuse des ressources naturelles, plus soucieuse de l’équité du travail et de sa rémunération, créatrice de sens et de valeurs, tant pour les producteurs et l’espace rural que pour les consommateurs. Dans cette évolution, les grandes métropoles du XXIe siècle constitueront un formidable laboratoire d’innovations.
L’objectif du colloque est d’apporter des connaissances sur des expériences novatrices et de réfléchir en termes de prospective aux facteurs susceptibles de permettre les changements d’échelle nécessaires. Des scientifiques et des acteurs de terrain nous apporteront leurs analyses et leurs convictions. Celles-ci seront soumises aux parties prenantes du système alimentaire et à des organisations de la société civile.

PROGRAMME DU COLLOQUE

8h30 – Café d’accueil pour les participants

9H00 – Ouverture
Fabienne Giboudeaux, adjointe au Maire de Paris, chargée des espaces verts ; Damien Conaré, secrétaire général chaire UNESCO et réseau Unitwin en alimentations du monde, Montpellier SupAgro ; Guillaume Garot, Ministre délégué auprès du ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, chargé de l’Agroalimentaire.

9h15 – Conférences introductives

  • Le système alimentaire : enjeux et perspectives dans un monde de plus en plus urbanisé,
    Jean-Louis Rastoin, directeur chaire UNESCO et réseau Unitwin en alimentations du monde, Montpellier SupAgro ;
  • Pourquoi devons-nous changer notre modèle de production et de consommation alimentaire ?
    Dominique Chardon, agriculteur, président de Terroirs et Cultures.

10h00 – Première table ronde : Comment les villes se nourrissent-elles ?

  • Une brève histoire de l’alimentation des villes en France, Marc de Ferrière le Vayer, directeur chaire UNESCO « Sauvegarde et valorisation des patrimoines culturels alimentaires », Université François Rabelais, Tours ;
  • Les sources et les flux d’approvisionnement alimentaire de la ville de Paris au début du XXIe siècle, André Torre, INRA ;
  • Dynamique des agricultures urbaines, Serge Bonnefoy, association Terres en Ville.

Pause café

11h30 – Deuxième table ronde : Vers de nouvelles formes d’intermédiation entre producteurs et consommateurs ?

  • Distribution : les circuits courts, vecteurs de proximités, Yuna Chiffoleau, INRA ;
  • Restauration collective : un levier pour changer les comportements alimentaires et réorienter l’offre, Amandine Lebreton, Fondation Nicolas Hulot ;
  • Filières : quelle coordination pour mieux partager la valeur créée entre producteurs agricoles, industriels et distributeurs ? Christian Amblard, Comité économique du pruneau d’Agen.

Pause déjeuner libre

14h30 – Conférence introductive : Nourrir les villes et droit à l’alimentation ;
Olivier De Schutter, rapporteur spécial des Nations Unies pour le droit à l’alimentation.

15h – Troisième table ronde : Peut-on nourrir durablement les villes au Nord et au Sud ?

  • Les exigences d’un développement durable : quelles relations entre la Ville et son hinterland nourricier ?
    Gilles Billen, CNRS-PIRVE ;
  • La reconquête des marchés urbains africains avec les produits de l’agriculture familiale locale.
    Jean-Baptiste Cavalier, responsable programme agriculture et alimentation, CFSI, Paris ;
  • Le rôle des politiques publiques pour améliorer la sécurité alimentaire : l’exemple du programme brésilien des cantines scolaires.
    Renato Maluf, Université fédérale rurale de Rio de Janeiro.

Pause café

16h30 – Quatrième table ronde : Agir pour une alimentation durable et responsable
Vers une nouvelle approche « durable et responsable » de l’aliment : initiatives et projets en marche
Henri Rouillé d’Orfeuil, Académie d’agriculture de France.
Témoignages de promoteurs de projets et de campagnes : programme « alimentation durable » (Fondation D&N Carasso) ; 2013, année de l’alimentation responsable (FNH) ; La campagne Alimenterre (CFSI) ; Les jardins d’insertion sociale (réseau Cocagne) ; Réseau IUFN ; Eating cities (Mario Mariani) ; Food for the Cities (FAo) ; Les projets des organisations professionnelles (FNSEA, Confédération paysanne, etc.)…

18h – Synthèse et conclusions

18h15 – Clôture
René Dutrey, adjoint au Maire de Paris, chargé de l’environnement, du développement durable et du plan climat.

13 décembre 2012
Palais de la Découverte
Avenue Franklin Delano Roosevelt, 75008 Paris.
Métro : Lignes 1 et 13, station Champs Élysées-Clemenceau; Lignes 1 et 9, station Franklin-D.-Roosevelt.
Entrée libre, mais inscription obligatoire : cliquez pour vous inscrire.

Commentaires (6)

  1. nicole

    la quadrature du cercle : comment bétonner tout en gardant les terres libres, quoi …… comment utiliser de l’agro carburant en faisant semblant de croire que ça n’empêche pas les paysans producteurs des pays en voie de développement (sic)de crever la dalle……comment manger des haricots verts en plein hiver en faisant semblant …voir plus haut …. etc etc etc ce genre de colloque pompeux et bien nourri me taperait plutôt sur les nerfs, la généralisation est souvent source d’immobilisme, je crois aux progrès ponctuels, aux imaginations et aux solutions locales ….

  2. jpp

    Un autre colloque sur le même thème, appuyé cette fois par la région Ile de France :
    http://fr.iufn.org/?p=306

    C’est demain et après-demain
    Salle Paul Delouvrier
    35 bd des Invalides, 75007 Paris, M°Saint-François-Xavier

    Si par hasard c’est ouvert, demandez à visiter le jardin du presbytère de l’église St-François Xavier à côté , c’est un beau jardin !

  3. jpp

    Je suis colloquophile mais là je jette l’éponge car j’ai ma dose pour l’instant.
    Le problème de la disparition des terres agricoles est très préoccupant et compliqué. Il faudrait densifier les villes mais, à Paris par exemple, les habitants se battraient plutôt pour ne pas être densifiés.Le petit pavillon de banlieue est le grand responsable mais allez vous priver de ce rêve ! Seule la crise, peut-être,va y mettre fin.
    Une donnée fondamentale : pour nourrir l’Ile de France, il faut cinq fois la surface de l’Ile de France (source INRA).

  4. josette

    Bien d’accord avec Nicole.

    Sur ce site j’ai déjà expliqué comment 3 centres commerciaux avec à peu près les mêmes commerces se sont installés dans mon coin d’Essonne, très proches les uns des autres. Nous avions droit entre autre à 2 Darty distants l’un de l’autre de 5 km.Le nouvel arrivé a vite fermé ….

    C’était prévisible, l’un a périclité et on a vu plein de locaux vides, l’autre vivote. S’en sort celui qui a un Carrefour. Quel gâchis et en plus c’est souvent moche quand on regarde les vitrines !

    Il y avait de quoi cultiver sur ces terres construites. Il y avait aussi un très grand verger, une petite partie a été conservée.

    Tout change et pas forcément en mieux.Dommage.

  5. mamiefanfan

    surtout venant de Montpellier, c’est « l’hôpital qui se moque de la charité », Montpellier étant une ville béton !!!!

  6. nicole

    pour nourrir correctement les villes, il faudrait commencer par arrêter de stériliser les environs des villes en noyant des terres agricoles sous des tonnes de béton et de ferraille au profit de zones commerciales uniformes et sans attrait, et il faudrait faire cesser la pression foncière pour permettre aux petits exploitants de vivre de leur travail tout en nous fournissant des produits de qualité à des prix abordables !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez