Le Champicomposteur Géant au Potager du Roi (Versailles)

 

Claude Pasquer et Alexandre Petzold autour du Champicomposteur Géant dans le Potager du Roi (Versailles), photo Alexandre Petzold

Dans la continuité d’une démarche volontaire de développement durable, Claude Pasquer, sculpteur et architecte paysagiste, installe un Champicomposteur pour la manifestation Saveurs du Potager du Roi, samedi 6 et dimanche 7 octobre 2012.

Les saveurs du Potager du Roi

  • Les différents organismes ne vivent pas dans les mêmes conditions de température et ne se nourrissent pas tous des mêmes substances. En se nourrissant de ces matériaux et en les digérant, les organismes produisent de nouvelles matières (humus) qui sont consommées par d’autres.
  • Placé au centre de la composition de l’espace au lieu d’être relégué et caché au fond du jardin, ce composteur d’un nouveau genre valorise le processus de décomposition en lui donnant une esthétique et une symbolique.
  • En effet, le champignon est symbole de la vie régénérée par la fermentation et la décomposition organique.

L’une des principales qualités du Champicomposteur est sa structure grillagée permettant une aération régulière du contenu indispensable à la bonne décomposition des matières organiques sans pour autant générer la formation d’odeurs désagréables. Un des autres avantages est la perméabilité du « chapeau » favorisant l’humidification des végétaux en cours de pourrissement par la pluie ou l’arrosage.

Histoire du Champicomposteur :

  • En 2010, la première installation de deux Champicomposteurs au Jardin des Merlettes à Cosne-Cours-sur-Loire dans la Nièvre.
    Fin 2010, création d’un grand Champicomposteur à la Molière dans le Luberon avec Corinne Détroyat (Paysagiste diplômée de la formation continue de l’ENSP Versailles).
  • En 2011, quatre Champicomposteurs trônent au centre du jardin des Sculptillonnages au Festival International des Jardins de Chaumont sur Loire. (Création Corinne Détroyat et Claude Pasquer).
    Fin 2011, un grand Champicomposteur devient le symbole de la campagne de compostage du SIRTOM de la ville d’Apt. (Création Corinne Détroyat et Claude Pasquer).
  • En 2012, le Champicomposteur s’est mué en Champiwoodstock
    Un abri à auxiliaires dans le projet de jardin du concept Hôtel Droog à Amsterdam. L’objet prône la place de l’homme au cœur de la biodiversité.

La présence du Champicomposteur au Potager du Roi est le premier opus d’un voyage au cœur des plus beaux potagers de France pour promouvoir la réduction des déchets verts.

Les Saveurs du Potager du Roi, samedi 6 et dimanche 7 octobre 2012
Le Potager du Roi,
10, rue de Maréchal Joffre, 78000 Versailles.
Tarif plein : 4,50 €
Tarif réduit : 3 €
Gratuit pour les moins de 12 ans

Commentaires (6)

  1. josette

    Il a belle allure ce compost !

  2. jpp

    Tout à fait d’accord : ce système a une valeur décorative ou pédagogique pour faire admettre le compost (dans un jardin ouvert au public par exemple). Pour le reste :sous le noisetier…

  3. laurent

    Ici, ça me semble relever d’une démarche esthétique et de visibilité du compostage (voire quelque peu publicitaire?). Question efficacité, je ne sais pas (encore que j’ai vu à Hex des composts qui, en broyant les végétaux finement, mûrissaient en quelques semaines seulement), mais pour les questions pratiques, on repassera: l’installer mettre ses végétaux par le dessus (ça se tasse rapidement, un compost, surtout au début – je note qu’ils sont d’ailleurs sur des seau retournés, avec une fourche pour transférer les végétaux, ça doit être d’un instable :-)), le vider: je préfère « mon compost à l’air libre au fond du jardin).

    Mais c’est très beau, et avec ces couches, ça me rappelle les pots en verre que nous remplissions de sel coloré à la craie, étant enfants…

  4. jpp

    Ce champicomposteur est une bonne idée pour nos jardins partagés.Je note que :
    1/ Ca a bonne allure parce qu’il y a ici la matière pour faire du compostage par couches et non par brassage.
    2/ Il y a de longues discussions sur compost à l’air libre ou pas. Les puristes, les « agronomes » sont contre. Moi je fais ça par tradition familiale à l’air libre en couvrant juste quand il y a des pluies excessives. Et , comme le dit Catherine, c’est comme ça que ça marche le mieux.

  5. Catherine D

    Ben oui, c’est efficace… pour répondre à Nicole 🙂
    Le compostage marche bien mieux à l’air livbre que dans ces trucs en plastique vert qu’on nous vend !
    Vous devriez faire un article sur les habitants du compost: les gens hurlent pour une larve de cétoine, s’évanouissent pour une limace rouge, vomissent quand il y a des vers….

  6. nicole

    on pourrait croire à du « land art » tellement les couches sont régulières ……..c’est joli, sera ce efficace ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 Partages
Partagez19
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez