Archive journalières: 7 septembre 2012

Paroles de jardiniers dans les Yvelines

Paroles de Jardiniers

Yvelines Tourisme lance la toute première édition de « Paroles de jardiniers ! », l’événement qui fait la part belle aux échanges entre jardiniers et visiteurs. Les maîtres mots sont le témoignage, l’expérience et le partage autour du jardinage et de la botanique.

Au-delà de quatre animations phares dans des lieux prestigieux des Yvelines, « Paroles de jardiniers ! » s’inscrit dans une démarche originale qui met à contribution particuliers, associations, sites publics… qui ouvriront les portes de leur jardin aux visiteurs, sur réservation et par petits groupes. Le rendez- vous a pour vocation de favoriser les échanges entre habitants, professionnels et amateurs en quête de conseils et d’astuces sur le jardinage, de bonnes pratiques plus écologiques et de transmettre son savoir aux jeunes générations. Ce grand événement est parrainé par Alain Baraton, jardinier en chef des jardins de Trianon, du grand parc de Versailles et du domaine de Marly. (suite…)

Roses, un marché épineux

Rose, photo Alain Delavie

La rose est la fleur la plus vendue en France, ce qui représente un marché de plus de 600 millions d’euros. Le documentaire « Roses, un marché épineux » diffusé sur France 5 enquête sur les secrets de la reine des fleurs : d’où viennent-elles ? Pourquoi n’ont-elles plus d’épines…

Il faut dix ans en moyenne pour créer une nouveau variété de rose. Mais il suffit de quelques semaines seulement pour la copier et la multiplier. Les faussaires sont nombreux. Les grandes maisons n’hésitent pas à employer des détectives privés pour localiser les plantations illégales. Une de leurs destinations les plus courues ? La Chine, qui copie des dizaines de milliers de rosiers sans autorisation.

La rose cache, en fait, de lourds secrets. La face cachée de cette jolie fleur n’a rien de romantique : concurrence féroce entre businessmen sans scrupules, main d’œuvre exploitée et environnement détruit.

Pourquoi trouve t-on des roses à 5 euros et des bouquets à 5 euros ?
Enquête sur ce business des roses depuis le fleuriste parisien, jusqu’au producteur au Kenya ou en Tanzanie.

Un périple qui nous fait découvrir des façons de travailler que l’on croyait révolues, des personnages étonnants et des désastres écologiques insoupçonnés. Un parcours qui passe aussi par la France et ses passionnés, amateurs ou professionnels, qui luttent pour la survie de cette fleur symbole de toutes les passions.

France 5 / Le doc du dimanche / Valérie Durier
Dimanche 9 septembre 2012 à 20h35
Format : 52 min
Réalisation Laure Gracias
Production Pallas Télévisions

Amarante tricolore bicolore

Amarante tricolore rose et pourpre, Amaranthus tricolor, décorations florales estivales, square Henri Collet, Paris 16e (75)

Malgré son nom d’espèce d’amarante tricolore (Amaranthus tricolor), cette plante annuelle n’a en fait que deux couleurs, du pourpre et du rose indien vif. Attention les yeux !

Amarante tricolore rose et pourpre, Amaranthus tricolor, décorations florales estivales, square Henri Collet, Paris 16e (75)

Encore plus colorée qu’un poinsettia ou un coléus !

Mention spéciale pour mon bambou sacré (Nandina domestica ‘Gulf Stream’)

Nandina domestica 'Gulf Stream' sur mon balcon, Paris 19e (75)

Encore une médaille de robustesse et de résistance, cette fois-ci pour mon pied de bambou sacré (Nandina domestica ‘Gulf Stream’) qui après avoir beaucoup souffert du coup de froid de février dernier a supporté tant bien que mal le séjour forcé à l’intérieur dans mon appartement. Retour sur le balcon avec un nouvel emplacement et aussi vite les premières pousses sont apparues.

Je pensais qu’après l’épisode de froid intense de l’hiver dernier il ne repousserait plus. Mais si, assez tardivement des pousses pourprées sont apparues attestant de la survie de la souche. Puis sont arrivés les travaux de ravalement et là, j’ai bien cru que mon arbuste allait définitivement rendre racines et feuilles ! Que nenni !!!

Pour le récompenser, je l’ai changé de pot pour lui donner plus d’espace, sans plantes aux alentours qui viendront empiéter sur sa lumière. Juste quelques liriopes sages au pied et un petit pied de fusain (Euonymus fortunei ‘Wolong Ghost’) qui va pousser en s’étalant uniquement. Une potée très japonisante !

Avant l’arrivée des premières gelées, je disposerai quand même un voile de protection car ces végétaux n’ont pas eu le temps de faire suffisamment de réserves cette année pour bien résister au coup de froid.

Ma clématite ‘Blue River’ confirme sa résistance

Clématis Blue River Zoblueriver sur mon balcon, Paris 19e (75)

Malmenée par le séjour prolongé dans ma salle à manger pendant les quatre mois de travaux pour le ravalement de l’immeuble, ma clématite ‘Blue River’ a vite redonné des nouvelles pousses et me gratifie d’une floraison  charmante depuis hier. Cette variété a prouvé sa robustesse.

Quand on dit que les clématites sont capricieuses et parfois difficiles à cultiver, je ne peux donc que recommander cette variété encore récente, superbe en plus avec ses grandes fleurs d’un joli bleu acier.