Exposition CARBON 12 à l’Espace Fondation EDF

Exposition Carbon 12

Avec l’exposition CARBON 12, l’Espace Fondation EDF ouvre ses portes à l’association britannique CAPE FAREWELL en vue de développer un nouveau projet constitué de cinq équipes d’artistes et de scientifiques. CARBON 12 souhaite ainsi établir – avec des œuvres spécialement créées pour l’exposition – une passerelle entre l’art contemporain et la climatologie autour du rôle central du carbone.

Le carbone a toujours servi de matériau de base aux artistes pour dessiner. Il est un élément fondamental de la vie et la principale cause de l’augmentation des gaz à effet de serre, un déterminant pour l’avenir climatique. Il s’imposait donc comme titre à l’exposition que propose la Fondation EDF.

Comment penser et représenter le changement climatique ? Comment initier une réflexion pour un dialogue croisé entre artistes et scientifiques ?
CARBON 12 vise à enrichir les recherches des uns et des autres et à susciter une curiosité renouvelée du public. Elle a pour commissaire l’artiste David Buckland, fondateur de Cape Farewell.

Évoquant la mer, la terre et l’air, les œuvres présentées dans l’exposition portent sur la biodiversité, l’océanographie, les technologies de l’énergie marine. Elles illustrent ainsi la complexité du changement climatique qui fait intervenir de multiples disciplines. C’est sur ces bases transdisciplinaires que l’artiste et commissaire de l’exposition David Buckland propose un parcours visant à améliorer notre compréhension du changement climatique.L’acidification des océans
Une grande œuvre de David Buckland représentant une falaise en craie illustre la réflexion qu’il a mené en relation avec les recherches de Debora Iglesias-Rodriguez (National Oceanography Centre, GB) sur le rôle des coccolithophores de l’Arctique dans l’absorption du carbone et l’acidification des océans.

Les technologies de l’énergie marine
À l’aide de dessins, d’installations, de sculptures, la britannique Annie Cattrell reformule les recherches sur le rôle des océans dans la production d’énergie, l’utilisation de la houle et le fonctionnement de turbines sous-marines menées par Mark C. Bell (ICIT/Herriot-Watt University, Écosse) et Simon Boxall (National Oceanography Centre, GB).

La « volatilité atmosphérique »
Avec « Catastrophe domestique n° 3 : Planète Terre », le duo d’HeHe (Heiko Hansen et Helen Evens, Paris) recrée une atmosphère polluée en miniature placée sur une mappemonde. Artificielle et colorée, animée d’un mouvement lent et constant, accompagnée d’une chorégraphie sonore, cette atmosphère fait écho aux recherches sur la dynamique des fluides de Jean-Marc Chomaz (CNRS, Laboratoire LadHyX, Paris).

Les atteintes à la biodiversité des forêts
Lucy + Jorge Orta en résonance avec les travaux de Yadvinder Malhi (Environnemental Change Institute d’Oxford) présentent un mur de 27 photographies de fleurs, retravaillées numériquement, prises lors de leur expédition en Amazonie péruvienne. Trois vitrines contenant des sculptures moulées et un site web interactif soulignent le rôle essentiel – en tant que piège à carbone – de la biodiversité amazonienne pour l’équilibre de la planète.

La pollution marine
L’installation (photo, vidéo, sculpture) « Lumière vivante n° 2 : Breathe » de l’américaine Erika Blumenfeld qui a travaillé auprès de Michael Latz (Chercheur en bioluminescence marine, Scripps Institution of Oceanography, Californie) éclaire le rôle fondamental (à hauteur de 50%) du phytoplancton dans le cycle du renouvellement de l’oxygène.

Une scénographie accessible et pédagogique, des vidéos, permettront au public d’en savoir plus sur les éléments scientifiques entrant dans la réalisation des œuvres d’art.
Un catalogue bilingue (120 pages, 60 illustrations/images ; 3 essais et des interviews croisées des artistes et scientifiques) accompagnera l’exposition.
Trois conférences seront également au programme.

Fondée en 2001, CAPE FAREWELL est une association britannique qui mène des expéditions aux confins de l’art et de la science en Arctique et aux Andes, et plus récemment en Écosse. Plus de 140 artistes internationaux – plasticiens, musiciens, architectes, écrivains et cinéastes – ont déjà participé à huit expéditions échangeant librement avec les scientifiques et réalisant des œuvres d’art.

La Fondation EDF soutient des programmes destinés à mettre en lumière le travail d’artistes, d’architectes, de scientifiques qui s’interrogent sur les transformations de nos sociétés et les enjeux scientifiques et de développement durable. Elle œuvre également pour être un lieu de rencontres, d’échanges, de recherche et d’inventions. Site internet : http://fondation.edf.com

Exposition Carbon 12
Espace Fondation EDF
6, rue Récamier
75007 Paris.
Tél. : 01 53 63 23 45.
Entrée libre
4 mai au 16 septembre 2012
Du mardi au dimanche de 12h à 19h.

Commentaire (1)

  1. jpp

    Dommage qu’ils n’aient pas pensé à la terre preta . Ceci dit, j’ai mis un reste de carbochar dans mon compost et j’ai l’impression que les eisenia n’ont pas apprécié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez