Catherine Noury, exposition “Histoires naturelles » du 10 mai au 28 juin 2012

Montrées pour la première fois à Paris dans la galerie SIT DOWN après avoir été dévoilées au printemps 2011 au Centre d’Art de l’Isle sur la Sorgue, les pièces d’ « Histoires naturelles » de Catherine Noury transcendent les leçons de choses en moments poétiques.

« Poumon » 2011 / Catherine Noury Dim : 15cmx14cmx5cm / Broderie au fil de coton et fil d’or © DR / courtesy galerie SIT DOWN

Ce nouveau travail qui entrecroise broderie, photographie et dessin s’inscrit dans le sillage des Louise Bourgeois, Annette Messager et de bien d’autres artistes contemporaines dont les pièces textiles revendiquent avec la broderie la dimension féminine de la fabrication et leur rapport au temps très particulier.

« Algue III » 2011 / Catherine Noury Broderie au fil de coton © DR / courtesy galerie SIT DOWN

“Je crée des réserves de temps. Je brode à la vitesse où ça pousse en réalité“ nous dit Catherine Noury.Rêver la réalité
« Observer c’est remarquer un détail puis le détacher de son ensemble et ainsi mettre en valeur l’infime partie repérée comme curieuse, intéressante voir étrange. Une forme qui devient essentielle pour être transformée en œuvre sculptée de fils, entre autre. Avec un fragment pris à la réalité, Catherine Noury l’embarque dans une histoire propre à son œuvre, une histoire où la dimension du rêve est réalité. C’est un monde où le merveilleux s’épanouit dans les entrelacs de soie et de coton.

L’univers poétique de Catherine Noury se développe pleinement dans une recherche de l’intime non confiné. Là où le monumental n’est pas nécessaire pour l’étonnement. C’est dans un espaces aux petites dimensions que l’émoi vous envahie et que vous commencez à découvrir puis voir ses sculptures et ses dessins….

…Ces différents projets, aux respirations captées dans la nature, l’entraînent à créer des œuvres en mutation, entre végétal issu de la terre et représentation sophistiquée du même végétal, dans un travail de « fourmi brodeuse » puisque le temps ne parait plus compter, ce qui évidement est une illusion. Ainsi Catherine Noury dresse lentement une série Algues en fil de coton d’un vert éclatant, qui sent bon le printemps, qui hors de la couleur s’apparentent à une structure pulmonaire. Ces rameaux composites sont peut-être l’image d’une symbiose entre la respiration et le monde végétale et animal et celui de l’être humain, et pourquoi pas l’étendard d’une forme de manifeste pour un équilibre terrestre rêvé. N’oublions pas que plus de la moitié de l’oxygène nécessaire à la planète est produite par les algues ! La métamorphose commence à s’accomplir lorsque Catherine Noury ramasse, sur les plages bretonnes, des brins de fucus ou, comme disent les bretons du bezhin saout (du goemon) qu’elle fait sécher pour lui permettre de réaliser enfin ses premières greffes de coton perlé et de fil d’or : ”Algue noire ” la première algue mutante se concrétise et accède au statut d’œuvre. Dans le même laps de temps et toujours dans cet état d’esprit, avec Poumon elle sculpte de la trachée et les bronches dans des coloris teintés de romantisme avec des fils noir et rouge ornés de fils d’or. Maintenant la mutation est pleinement accomplie.

Comme pour Catherine Noury, le temps de ses productions est excessivement long. Cela lui permet de s’installer dans la réflexion dont l’énergie est produite par un mouvement manuel, une méditation qui permet, tout en brodant, de se projeter dans un autre espace, celui d’un nouveau projet. Cet état lui permet d’engager de futurs travaux où la nature change de rôle et les couleurs permutent. Elle élabore un ensemble de pages d’écritures, Les fleurs de Pénélope, reconnue pour sa passion le textile et pour le faire et le défaire volontaire, où elle laisse son imagination mener l’aiguillée de fil blanc dans une écriture modulaire aléatoire tenue par un réseau sans jamais lever la main. Ses compositions de petites surfaces planes sur fond rouge entraînent Catherine Noury dans une interprétation également alvéolaire lorsqu’elle décide de capturer les nuages qui forment les ciels animés. Avec Transformations, elle écrit à l’encre de façon presque automatique l’ossature architecturale de cumulus….

Catherine Noury, avec son travail avec le fil, nous permet de découvrir ce qui n’est pas décelable et visible à l’esprit commun, les références sont libres puisqu’elles appartiennent au monde de la nature accomplie, entre humaine et végétale, là où la brindille devient bronche, où la branche devient algue, et l’algue devient poumon qui devient nuage. Une nature où les histoires font des ricochés jusqu’aux nuages.
Yves Sabourin, Inspecteur de la création artistique, Ministère de la culture et de la communication

Dans le cadre de l’exposition ”Histoires Naturelles » au Centre d’art de l’Isle sur la Sorgue, les éditions Trans Photographic Press, Paris ont publié en 2011 le catalogue d’exposition ”Histoires Naturelles”, disponible à la galerie et chez Trans Photographic Press.

Informations pratiques
Exposition du 10 mai au 28 juin 2012 du mardi au samedi de 14h à 19h et sur rendez-vous.
Galerie SIT DOWN
4, rue Sainte-Anastase, 75003 Paris.
Tél. : +33 (0)1 42 78 08 07.

Vernissage le jeudi 10 mai 2012 de 18h à 21h
Invitation vernissage Catherine Noury / SIT DOWN

Commentaire (1)

  1. Cathy

    J’aime beaucoup…. merci!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez