Exposition « Je cherche des parfums nouveaux, des fleurs plus larges, des plaisirs inéprouvés » / Karine Bonneval

Phyloplastie, vue de l'atelier, Karine Bonneval, 2011

La Maréchalerie, centre d’art contemporain à Versailles (Yvelines), propose une exposition des oeuvres de Karine Bonneval du 18 janvier au 17 mars 2012.

Le projet de Karine Bonneval se fonde sur la manipulation du vivant par l’humain.
Ses recherches plastiques trouvent leur origine dans la notion d’exotisme. A l’époque des cabinets de curiosités, puis des serres, des plantes sont acclimatées en Occident pour constituer le fond de jardins botaniques. On collectionne et inventorie ces trésors de voyages, témoins directs de la mainmise de l’homme sur la nature et du pouvoir de l’Europe sur les pays dits indigènes. Ces récoltes sont également l’expression d’une recherche de sensations et d’agrément. La colonisation du vivant racontée dans les récits de voyages demeure sujet d’actualité. Les explorateurs d’aujourd’hui sont à l’image de ces grands groupes pharmaceutiques et agroalimentaires qui s’approprient les espèces naturelles pour les transformer en produits de l’industrie. De même, à moindre échelle, et sans que nous en ayons conscience, les plantes de nos jardins et de nos intérieurs proviennent le plus souvent de contrées lointaines et répondent à notre besoin de végétal comme un rempart contre notre propre société.

Le dispositif présenté à La Maréchalerie agit comme une mise en abîme de l’espace pensé à partir du désir perpétuel d’une nature imitée.
Citation d’à rebours de J.-K Huysmans, écrit en plein siècle romantique, à l’époque des expositions universelles, le titre de l’exposition fait explicitement référence à l’univers baroque dont s’entoure Des Esseintes, personnage reclus qui se consacre à la reproduction du monde, habité par l’obsession de transformation du vivant. Reste à accomplir pour le visiteur l’expérience de la déambulation dans un environnement végétal et olfactif fantasmé, à la lisière ténue entre naturel et artificiel. Dans cet espace clos qui rappelle la serre, comme dans un microcosme fantasque, les plantes sont augmentées de manière anthropomorphique. Travesties par des rajouts qui renvoient à une esthétique humaine (ongles, cils, cheveux) et par des parfums recréés ces plantes colonisées ramènent le végétal à l’humain de manière violente.

La Maréchalerie
5, avenue de Sceaux,
78000 Versailles.
Tél. : 01 39 07 40 27.
Ouverture : Tous les jours sauf le dimanche et les jours fériés, de 14h à 18h et le matin sur rendez-vous. Entrée libre

Accès avenue du Général de Gaulle, par la Place des Manèges, face à la Gare Versailles Rive-Gauche.

Commentaires (2)

  1. jpp

    J’aimerais que les plasticiens nous lâchent la grappe écrivais-je hier.
    Je vise les cas où l’allusion au jardinage est pur prétexte ou récupération paresseuse d’une mode.
    Quand les plasticiens retroussent leurs manches comme notre amie Paule, je suis évidemment preneur.
    Ici je ne peux refuser qu’on jette un regard critique sur nos passions, notre « besoin de végétal comme un rempart contre notre propre société. »
    La mode du végétal à l’époque romantique a correspondu à une mutation économique violente. On ne peut que faire aujourd’hui un parallèle avec cette situation.
    J’ai commencé le livre de Umberto Pasti. Ca commence par un portrait du collectionneur. au vitriol . Mais ça ne semble pas viser Alain Delavie …

  2. bellaciao

    thème très intéressant, mais …à l’opposé total de ce qui touche mon coeur : le vrai, le vivant , l’extérieur, le naturel …. que m’importe qu’une fleur soit très grande, il ne m’importe que de savoir voir …il y a là déjà beaucoup de (beau) boulot !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez