Archive journalières: 11 janvier 2012

Cornouiller et pyracantha, un peu de couleur dans le gris de l’hiver

Pyracanthas et cornouillers, parc floral de Paris en fin d'automne, Paris 12e (75)

Quand l’hiver a déshabillé les jardins et que la météo nous plonge dans la grisaille la plus sinistre, les fruits et les écorces décoratifs sont les bienvenus.

Le mélange est plutôt inattendu, mais les pyracanthas en gardant leurs feuilles brillantes et leurs grappes de petits fruits éclatants, composent un fond qui met bien en valeur les écorces des cornouillers. Ces dernières sont d’autant plus vivement colorées que les pousses sont jeunes. Un joyeux fouillis qui met de bonne humeur quand le blues hivernal se fait un peu trop sentir et que le retour des beaux jours commence à sembler interminable.

Soldes d’hiver, le grand jour est arrivé !

À 8h très précises, la période des soldes d’hiver commence aujourd’hui dans Paris et la région parisienne, ainsi que dans de nombreuses régions de France, sans oublier la Toile qui offre son lot de bonnes affaires sans avoir à sortir chez soi.

Côté plantes et matériel de jardinage, il y a certainement des bonnes affaires à trouver. Attention toutefois à ne pas vous faire avoir, emporté par la frénésie des prix cassés…

Quelques exemples d’erreurs à éviter :
– acheter des bulbes de fritillaires impériales. Ces plantes bulbeuses doivent être plantées avant la fin de l’été pour bien fleurir au printemps suivant. Achetées et plantées en janvier, vous n’aurez que du feuillage et encore, dans le meilleur des cas.
– acheter des plants d’arbustes conditionnés sous emballage plastique, avec des nouvelles pousses feuillues déjà bien développées. Ces plantes normalement au repos ont redémarré du fait de la chaleur emmagasinée dans le film plastique et dans le point de vente. Leur reprise est fortement compromise, surtout si nous avons enfin un bon coup de froid dans les dix ou quinze jours suivant la plantation.
– craquer pour un oranger, un citronnier ou un kumquat quand on ne peut lui offrir en hiver qu’une pièce chauffée dans son appartement ou sa maison. Ces arbustes fruitiers très décoratifs et hauts en couleurs ont besoin de beaucoup de lumière et ils n’apprécient pas les ambiances surchauffées (18°C et plus) de nos intérieurs.
– se laisser tenter par une belle orchidée au prix défiant toute concurrence alors que vous n’avez pas les conditions de culture idéales à lui offrir chez vous. Un gros cymbidium, c’est magnifique, mais cette orchidée vite imposante exige une lumière forte et d’importants écarts de température entre le jour et la nuit, ce qui est rarement le cas dans un intérieur chauffé assez régulièrement pendant la mauvaise saison.

Par contre, si vous tombez sur des lots à prix sacrifiés de tulipes botaniques, de narcisses, de crocus ou de muscaris, prenez le temps d’inspecter les bulbes un par un. S’ils sont bien rebondis, pas flétris ou avec des marques de pourriture, et surtout pas ou peu démarrés, ce sont des bonnes affaires. Plantés immédiatement, surtout en ce moment tant qu’il fait doux et pas trop humide, vous obtiendrez une floraison au printemps prochain, plus tardive mais très correcte. Et surtout, ils seront encore plus beaux au fil des années. Si vous voulez fleurir abondamment un grand espace à moindre frais, la saison douce est plus que favorable.

Record historique de fréquentation à la Ménagerie du Jardin des Plantes de Paris

La Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes, a battu un record historique de fréquentation. En effet, ce sont plus de 800 000 visiteurs qui l’ont arpentée en 2011. La Ménagerie n’avait pas connu une telle affluence depuis 50 ans. Ce zoo de 5,5 hectares ouvert en 1794 – le deuxième plus vieux zoo du Monde – est désormais l’un des plus fréquenté en France.

C’est l’occasion de rappeler l’existence du seul zoo parisien intra-muros qui abrite aujourd’hui près de 1 800 animaux dont  :

  • 206 mammifères (orangs-outans, panthères des neiges, petits pandas…),
  • 363 oiseaux (perroquets, vautours, chouettes…),
  • 186 tortues, crocodiles, lézards et serpents
  • 153 amphibiens
  • 896 insectes, crustacés et araignées !

160 naissances y ont été dénombrées cette année dont celles exceptionnelles de deux petites panthères longibandes, Kaïlin et Gaya, espèce extrêmement menacée, d’un cheval de Przewalski – Pablo – espèce déclarée éteinte dans la nature en 1969, reproduite avec succès à la Ménagerie depuis 1902 et aussi de deux adorables petits pandas roux, Kara et Maïtuk, des animaux toujours fortement plébiscités par le public !

Panthères longibandes, photo F-G Grandin / MNHN
Aujourd’hui, 30% des espèces visibles présentées au public sont en danger d’extinction dans la nature et font partie de programmes d’élevage européens. L’année 2011 aura été marquée par la rénovation du plus grand parc du zoo. Cet enclos accueillera des oryx d’Arabie, les premiers sont attendus le 11 janvier 2012.

Lieu de conservation de la biodiversité, la Ménagerie est avant tout un centre d’éducation à l’environnement, les scolaires représentent 15% de la fréquentation totale. Une partie de ce jeune public est encadrée par une équipe de diffusion qui a totalisé en 2011 près de 800 animations pédagogiques.

Pour fêter ce succès, des jeux avec des places à gagner chaque mercredi jusqu’au printemps sur la page Facebook de la Ménagerie.

Infos pratiques :
Accès par le Jardin des Plantes, 57 rue Cuvier, 75005 Paris.
Ouvert tous les jours de 9h à 17h (en hiver). Fermeture des caisses 30 minutes avant la fermeture du site.
Tarifs : 9 €; réduit 7 €.

Hiver doux, céanothe fou !

Céanothe fleuri dans le parc de Passy en hiver, Paris 16e (75)

Ce céanothe à feuillage persistant aperçu dans le parc de Passy (Paris 16e) n’a pas attendu le printemps pour commencer à fleurir. Et les rameaux sont couverts de boutons floraux qui ne demandent qu’à s’ouvrir.

Mais quand allons nous enfin un hiver digne de ce nom ? La végétation démarre de plus en plus, la situation va vraiment devenir inquiétante car les gelées aussi faibles soient elles font toujours plus de dégâts sur des plantes en végétation qu’au repos. Sans parler des problèmes de maladies et de ravageurs que le froid n’a pour le moment toujours pas décimé…