Archive journalières: 6 janvier 2012

Lune et illuminations dans l’avenue de Flandre (Paris 19e)

Clair de lune dans Paris 19e (75) la nuit, 6 janvier 2012, photo Alain Delavie

La lune n’est pas tout à fait pleine, mais gibbeuse ascendante. Dans le ciel noir, elle se détache loin au-dessus des illuminations qui décorent certains arbres de l’avenue de Flandre, dans le 19ème arrondissement de Paris.

Bon week-end !

Soirée FESSE vendredi 6 janvier 2012

Les soirées F.E.S.S.E., ce sont des Fêtes Et Soirées Sans Électricité.

Pourquoi faire ?

  • pour consommer moins d’énergie d’origine nucléaire,
  • pour se retrouver tranquillement en famille ou entre amis,
  • pour se concentrer sur l’essentiel !

Vous invitez vos voisins ou vos amis chez vous et la soirée doit se passer sans utiliser d’électricité.
Si vous le souhaitez, vous pouvez même voir plus grand en organisant l’évènement dans une grande salle communale !

  • bougie : oui
  • cheminée : conseillée en hiver !
  • ambiance détendue assurée !

 

La durée et la fréquence de la FESSE seront définies suivant la motivation des participants.
Et un seul mot d’ordre : + de FESSE et – de NUCLÉAIRE
Moins d’énergie consommée, plus de convivialité, que demander de + ?

Au gui l’an neuf !

Gui dans un arbre du Parc floral de Paris en fin d'automne, Paris 12e (75)

En France et d’autres pays d’Europe du Nord, il est d’usage de s’embrasser sous des rameaux de gui, symbole de prospérité et de longue vie à minuit quand la nouvelle année commence. Au Moyen-Âge, on l’offrait en souhaitant « Au gui l’an neuf ».

Gui dans un arbre du Parc floral de Paris en fin d'automne, Paris 12e (75)

Et pourtant, c’est une plante parasite aux petites boules blanc nacré toxiques par ingestion. À manier avec précaution, surtout quand on laisse trainer des touffes de gui près des enfants.
(suite…)

1,50 euros le kilo de haricots verts frais début janvier, cherchez l’erreur…

Haricots verts du Kenya

En allant chercher du pain le matin du 1er janvier, je me suis aperçu qu’il y avait un marché dans mon quartier comme les autres semaines. J’y suis donc passé pour faire quelques emplettes, notamment des légumes pour un potage « détox » d’après fêtes. Et quelle ne fut pas ma surprise de trouver des haricots verts filets frais vendus à 1,50 euros (et même 1 euro chez un marchand) le kilo alors qu’ils avaient été importés du Kenya… Moins chers que des pommes de terre ou des poireaux bien de chez nous !

En France, les haricots filets verts sont récolté dans les jardins en plein été, juillet à septembre étant la pleine saison. De vrais légumes d’été, que l’on peut consommer chez soi en hiver après les avoir congelés ou mis en conserves. Mais des beaux haricots frais et tendres un 1er janvier… À un prix défiant toute concurrence à cette époque de l’année, avouez qu’il y a quand même de quoi se poser des questions.

8 heures de vol en avion environ, quelques 6500 kms parcourus (et peut-être beaucoup plus !) et à l’arrivée, des légumes moins chers que les espèces potagères de saison (poireaux, carottes, radis noirs, pommes de terre, chicorées diverses, mâche, etc.) qui peuvent pousser en région parisienne. Je ne me souviens pas avoir trouvés les haricots verts beaucoup moins chers l’été dernier.

Ce n’est pas l’origine qui me dérange le plus, même si la distance énorme fait que la consommation de ces légumes n’a plus rien d’écologique tant il a fallu dépenser d’énergie fossile pour les acheminer jusqu’aux marchés parisiens. Mais ce prix modique (enfin relativement, car cela correspond quand même à 10 francs quand on fait la conversion même si dix ans après le passage à l’euro force est de constater qu’un euro correspond plutôt à un franc et non plus à 6,55957 francs) me laisse songeur quant au prix payé à l’agriculteur africain qui les a produits ? Entre le coût du transport, la marge du grossiste et celle du revendeur, que lui reste-t-il ? Pas grand chose certainement.

Haricots verts filets, mais aussi cerises, pêches, tomates, courgettes, aubergines ou poivrons, les légumes vendus à contre-saison sont nombreux. Encore quelques semaines et nous devrions voir arriver des caisses entières de fraises (il y a déjà quelques barquettes qui trainent).

Et le pire de tout, c’est que ces haricots voyageurs sont très tendres, sans aucun fil, des vrais haricots beurre. Mais ils ne doivent plus avoir beaucoup de vitamines…

Jolis soucis fleuris en plein hiver

Soucis fleuris en plein hiver, rue de l'Évangile, Paris 18e (75)

En novembre dernier, je vous avais déjà montré ces soucis toujours fleuris alors que l’automne était déjà bien avancé. L’hiver est arrivé (officiellement), nous avons changé d’année et ces braves petits soucis continuent leur floraison désormais hivernale. Après les soucis de novembre, les soucis de janvier !

Soucis fleuris en plein hiver, rue de l'Évangile, Paris 18e (75)

Et ils sont très beaux ces soucis d’hiver !

Soucis fleuris en plein hiver, rue de l'Évangile, Paris 18e (75)

Avec toutes les informations plus catastrophiques les unes que les autres que nous ressassent les médias, nous ne manquons pas de soucis ! Mais ceux-ci avec leur petit air de marguerite, j’en veux bien. Les autres, les emmerdes, du balai !