Le géranium herbe-à-Robert pique son fard !

/, plante bisannuelle, plante sauvage/Le géranium herbe-à-Robert pique son fard !

Le géranium herbe-à-Robert pique son fard !

Geranium robertianum en automne dans le cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)

Après avoir fleuri à profusion pendant toute la belle saison, ce petit géranium sauvage (Geranium robertianum), souvent considéré comme une mauvaise herbe, nous gratifie des plus belles couleurs d’automne.

Geranium robertianum en automne dans le cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)

Les feuilles finement découpées font penser à celles de certaines fougères ou à des plumes. Toutes en élégance !

Geranium robertianum en automne dans le cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)

D’un pied ou d’une feuille à l’autre, les coloris rougeoyants sont plus ou moins intenses et accentués.

Geranium robertianum en automne dans le cimetière du Père Lachaise, Paris 20e (75)

Description de Coste (tome 1, taxon n°0634) id : 4462 – pr : 9
Geranium robertianum Linné – Herbe à robert.
Plante annuelle ou bisannuelle, velue-glanduleuse, souvent rougeâtre, à odeur fétide ; tiges de 10-50 cm., fragiles ; feuilles triangulaires-pentagonales, palmatiséquées, à 3-5 segments pétiolulés et pennatifides ; fleurs rouges, roses ou blanches ; pédoncules biflores, plus longs que la feuille ; sépales dressés, resserrés au sommet, mucronés, velus-glanduleux, non ridés en travers ; pétales entiers, 2 fois plus longs que le calice, à onglet très long et glabre ; étamines à filets glabres, à anthères rouges ; carpelles glabres ou pubescents, ridés. Plante polymorphe.
Haies, murs, bois, dans toute la France et en Corse. Europe ; Asie occidentale ; Afrique et Amérique septentrionales.

By |2011-11-02T21:53:37+00:00novembre 3rd, 2011|plante annuelle, plante bisannuelle, plante sauvage|4 Comments

About the Author:

Agronome de formation et jardinier passionné depuis sa plus tendre enfance, collectionneur de plantes, Alain Delavie a exercé différents métiers toujours en étroite relation avec le monde végétal et le jardin, en commençant par celui de pépiniériste collectionneur avant de devenir journaliste, spécialisé dans le jardinage et la météorologie. Il est aujourd'hui rédacteur en chef du magazine Rustica Hebdo et conseiller éditorial du site www.rustica.fr

4 Comments

  1. jpp 4 novembre 2011 at 11 h 09 min

    L’herbe à Robert fait partie bien sûr des plantes en liberté à Saint-Serge. Il faut souligner (on ne dirait pas vu son aspect assez frêle) qu’elle se repique très bien.

  2. laurent 3 novembre 2011 at 14 h 31 min

    Ah, ben voilà, moi qui venais d’y référer dans ton sujet sur l’herbe rougissante du Père Lachaise (http://www.pariscotejardin.fr/2011/10/une-mauvaise-herbe-bien-jolie/#comments)…

    Les grands esprits se rencontrent! 😉

  3. Josette 3 novembre 2011 at 9 h 50 min

    Le mien, à l’origine 3 petitis pieds, a été récupéré dans un parc et fleuri rose. IL a disparu pour réapparaitre dans mes jardinières. Depuis quelques pieds ont essaimé en pleine terre. C’est vrai que la nature fait souvent bien les choses : joli et gratuit !

  4. bellaciao 3 novembre 2011 at 9 h 18 min

    les « mauvaises herbes » à l’honneur ! que c’est donc joli, délicat, que la nature est bonne jardinière !!!

Leave A Comment


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This website uses cookies and third party services. Oui