Superbe bignone montmartroise

Bignone (Campsis radicans) dans la rue Ravignan à  Montmartre, Paris 18e (75)

Bignone (Campsis radicans) dans la rue Ravignan à Montmartre, Paris 18e (75), août 2011, photo Alain Delavie

Elle est magnifique cette grande bignone (Campsis radicans) qui se déploie au-dessus des passants dans la rue Ravignan, Paris 18e (75), pas très loin de la rue des Abbesses ou du Sacré-Coeur.

Bignone (Campsis radicans) dans la rue Ravignan à Montmartre, Paris 18e (75)

Bignone (Campsis radicans) dans la rue Ravignan à Montmartre, Paris 18e (75), août 2011, photo Alain Delavie

Terriblement exotique cette liane particulièrement volubile avec ses grandes trompettes d’un bel orange vif qui semblent comme suspendues dans les airs.

Bignone (Campsis radicans) dans la rue Ravignan à Montmartre, Paris 18e (75)

Bignone (Campsis radicans) dans la rue Ravignan à Montmartre, Paris 18e (75), août 2011, photo Alain Delavie

Bignone (Campsis radicans) dans la rue Ravignan à Montmartre, Paris 18e (75)

Bignone (Campsis radicans) dans la rue Ravignan à Montmartre, Paris 18e (75), août 2011, photo Alain Delavie

La floraison est abondante et opulente, mais le feuillage l’est tout autant, si ce n’est plus. Beaucoup de vert pour des grappes de fleurs orange, l’ensemble n’est pas trop clinquant.

Bignone (Campsis radicans) dans la rue Ravignan à Montmartre, Paris 18e (75)

Bignone (Campsis radicans) dans la rue Ravignan à Montmartre, Paris 18e (75), août 2011, photo Alain Delavie

Bignone (Campsis radicans) dans la rue Ravignan à Montmartre, Paris 18e (75)

Bignone (Campsis radicans) dans la rue Ravignan à Montmartre, Paris 18e (75), août 2011, photo Alain Delavie

Cette plante grimpante vigoureuse (elle peut atteindre jusqu’à 10 à 12 m de longueur et hauteur) préfère une exposition très chaude et ensoleillée, à l’abri des vents froids. Elle s’accroche toute seule au moindre support qui se trouve à la portée de ses tiges et vrilles. Attention avec les piquets ou supports fragiles, la plante en vieillissant peut finir par les briser comme le ferait une glycine.

Bignone (Campsis radicans) dans la rue Ravignan à Montmartre, Paris 18e (75)

Bignone (Campsis radicans) dans la rue Ravignan à Montmartre, Paris 18e (75), août 2011, photo Alain Delavie

Les bignones sont pour moi associées à l’été et au soleil. C’est peut-être pour cela que je les aime tant et que je suis content d’en découvrir au hasard de mes balades. Peut-être aussi la couleur orange et l’aspect exotique des fleurs y sont ils pour quelque chose aussi…

Commentaires (4)

  1. Pingback: Toujours aussi belle, la bignone de la rue Ravignan (Paris 18e) » Paris côté jardin

  2. éric

    MERCI alain superbe magnifique;mon désir en avoir une …

  3. jpp le jardinier

    Merci Alain pour ce beau reportage sur les jardins montmartrois. Ils ont pour moi un parfum de petite madeleine. C’est là en effet que j’ai travaillé pour la première fois avec ce délicieux jardinier-journaliste-cinéaste qu’est Daniel Daneyrolles , le père de Jean-Luc …et de l’émission Côté jardins sur France 3.Quand France 3 l’a envoyé à la retraite sans trop le remercier, c’est devenu beaucoup moins drôle et il y a eu la mort de Robert Mottin. Mais j’aurais visité et filmé pas mal de beaux jardins grâce à Daniel et piétiné plus d’une fois celui de Sophie à Rouen.

  4. Plantine

    Impressionnante et magnifique !
    En voilà une qui illustre parfaitement ce dont tu parles. Je dirais même, qu’elle a un côté ‘envahissant’ qu’il ne faut pas négliger, tant elle est capable de passer sur et sous les murs, pour aller voir ailleurs si les voisins sont accueillants …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez1