Rencontre de Natureparif : les plantes envahissantes en Île-de-France

Natureparif propose deux journées consacrées aux plantes envahissantes en île-de-France, les mardi 28 et mercredi 29 juin 2011.

Les espèces végétales et animales dites envahissantes – ou supposées l’être – font beaucoup parler d’elles. Elles suscitent de la part de gestionnaires d’espaces naturels d’Ile-de-France de nombreuses interrogations sur la manière dont ils doivent prendre en compte leur présence dans la gestion des milieux dont ils ont la responsabilité. Beaucoup s’interrogent d’abord sur la définition même des mots « invasives » et « envahissantes » : quels sont leurs points communs, en quoi expriment-t-ils des réalités différentes ?

Viennent ensuite des questions sur la réalité des enjeux posés :

  • Ces espèces sont-elles réellement envahissantes ?
  • La prolifération actuelle de telle ou telle espèce, lorsqu’elle est avérée, est-elle réellement inquiétante pour l’avenir de la biodiversité ou n’est-elle qu’un phénomène passager, le temps que de nouveaux équilibres écologiques se recréent ?
  • Pouvons-nous faire un distingo entre celles qu’il faudrait éventuellement éradiquer, celles qu’il faudrait apprendre à gérer et celles auxquelles nous pouvons laisser prendre leur place dans des écosystèmes en permanente évolution ? Sur quelles bases éthiques appuyer ces décisions ?
  • Existe-t-il un consensus scientifique sur ces sujets ?
  • Quelles sont les politiques qui émergent au niveau mondial, européen, national et local ?
    La rencontre entre gestionnaires, experts et scientifiques sur ces thèmes doit permettre d’échanger sur l’état des lieux, les expériences, afin d’éclairer autant que possible les pratiques et les décisions des intervenants publics comme privés, d’ouvrir des perspectives de coopération entre ces différents acteurs.

Informations pratiques :
Mardi 28 juin 2011 (9h à 17h) et mercredi 29 juin 2011 (9h à 12h30)
Amphithéâtre de la SNHF, 84 rue de Grenelle, Paris 7e.
Métro : ligne 12, station Rue du Bac.
Entrée libre dans la limite des places disponibles, mais inscription obligatoire auprès de Marjorie Millès, marjorie.milles@natureparif.fr

Les Rencontres de Natureparif ont pour objet d’identifier, valoriser et diffuser les bonnes pratiques en matière de préservation de la nature et de la biodiversité, par la présentation d’expériences ou d’actions exemplaires ou instructives, dans un temps d’échange à destination des acteurs franciliens
Le programme

Mardi 28 juin 2011 9h à 17h

8h45 – Accueil des participants

9h – Ouverture

Le cadre général
Animateur : Michel VAMPOUILLE, ancien vice-président à l’Environnement de la région Ile-de-France.
Grand témoin : Thierry MOUGEY, vice-président de l’Association française des ingénieurs écologues.

9h10 –  Présentation générale des enjeux : écologie, conflits d’usages…

  • « Migrations anciennes et récentes des espèces. Comment se sont constitués les peuplements actuels ? Que signifient les mots invasives/envahissantes/proliférantes ? », Christian LEVÊQUE, hydrobiologiste, directeur de recherche émérite à l’Institut de Recherche pour le Développement (IRD).
  • « De la compréhension à la médiation, les sciences humaines face aux espèces proliférantes », Sergio DALLA BERNARDINA, professeur d’ethnologie, responsable du séminaire d’anthropologie de la nature, Université de Brest.
  • Échanges avec la salle.

10h30 – L’emboîtement des échelles : pertinence et difficultés

  • « La question des espèces envahissantes au niveau mondial », Florian KIRCHNER, chargé de programme « espèces » au Comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature.
  • « Vers une stratégie de l’Union européenne relative aux espèces envahissantes ? L’avis du Comité des Régions européennes », Gilles BENEST, enseignant-chercheur en gestion écologique du patrimoine naturel, Université Paris Diderot.
  • « Cadre national de prévention des risques liés aux espèces exotiques envahissantes ayant des impacts négatifs sur la biodiversité », Michel PIERRET, chef du bureau de la faune et flore sauvage, ministère de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.
  • Échanges avec la salle.

12h à 13h15 – Déjeuner offert sur place.

Les milieux aquatiques et humides
Animatrice : Stéphanie LUX, directrice de Natureparif.
Grand témoin : Martin O’CONNOR, professeur Master recherche et professionnel « Médiation des connaissances environnementales », Université de Saint-Quentin-en-Yvelines.

13h15 – L’exemple des bases de plein air et de loisirs : problème écologique et/ou conflits d’usages ?

  • « Présence de Bernaches du Canada, problèmes posés, actions menées », Nicolas COOK, directeur de la base de plein air et de loisirs de Cergy-Pontoise.
  • « Quels enjeux et quelle gestion des espèces dites envahissantes, proliférantes et invasives dans une réserve naturelle nationale intégrée à une base de loisirs ? », Joanne ANGLADE-GARNIER, conservatrice de la Réserve naturelle nationale de Saint-Quentin-en-Yvelines.
  • « L’avis d’un ornithologue sur le cas de la Bernache du Canada : où en sont les populations, impacts possibles sur la biodiversité, interactions particulières avec l’avifaune », David LALOI, maître de conférences, Université Pierre et Marie Curie.
  • Échanges avec la salle.

15h – Faune et flore aquatique

  • « Bilan relatif aux poissons d’eau douce continentaux », Jean ALLARDI, président de la société française d’ichtyologie.
  • « Poissons : état des lieux et actions menées », Marie-Pierre PINON, ingénieur chef de projets, Fédération de pêche de Seine-et-Marne.
  • « Quels enjeux pour les espèces patrimoniales ? L’exemple des écrevisses », Nicolas POULET, Office national de l’eau et des milieux aquatiques (ONEMA).
  • « Réflexions pour une liste des espèces végétales invasives en Ile de France – Etat des lieux. Partie 1 – Espèces aquatiques et amphibies », Frédéric HENDOUX et Sébastien FILOCHE, Conservatoire botanique national du Bassin parisien.
  • Échanges avec la salle.

 

Mercredi 29 juin 9h à 12h30

Les milieux terrestres
Animateur : Gérard ARNAL, président du Conseil scientifique régional du patrimoine naturel d’Île-de-France.
Grand témoin: Nathalie MACHON, professeur d’écologie, Muséum national d’Histoire naturelle.

8h45 – accueil des participants

9h – Forêts et parcs urbains

  • « Premières réflexions à l’échelle de la Seine-Saint-Denis et présentation d’expérimentations au parc départemental du Sausset : gestion des Lapins de garenne et test d’étrépage pour limiter la prolifération du cornouiller », Maryline BARRE, coordinatrice de l’Observatoire Départemental de la Biodiversité Urbaine en Seine-Saint-Denis et Vincent GIBAUD, adjoint au chef de service du parc du Sausset.
  • « Présentation de différentes stratégies et études réalisées par l’office national des forêts », François BLAND, directeur territorial pour l’Ile-de-France et le Nord-Ouest, et Claude LAGARDE, chef de projet Biodiversité à l’agence interdépartementale de Fontainebleau, Office national des forêts.
  • « Conséquences de l’introduction en Ile-de-France d’un écureuil exotique, le tamia de Sibérie, dans la dynamique de la maladie de Lyme », Jean-Louis CHAPUIS, maître de conférences en écologie, Muséum national d’Histoire naturelle.
  • « Réflexions pour une liste des espèces végétales invasives en Ile de France – Etat des lieux. Partie 2 – Espèces terrestres », Sébastien FILOCHE et Frédéric HENDOUX, Conservatoire botanique national du Bassin parisien.
  • Échanges avec la salle.

10h50 – Infrastructures de transports : pour les espèces aussi ?

  • Exemples de gestion conduites par des associations d’insertion : « problématiques et actions menées sur les talus de voies ferrées ou talus secs » avec l’association Espaces (Alexandre WOLFF, directeur technique et de l’écologie urbaine, Ghislain HUYGHE, botaniste) et « le long des voies navigables » avec l’association Halage (Yann GEINDREAU, directeur et Pascal ROUXEL, coordinateur chantiers).
  • Échanges avec la salle.

11h45 – Conclusion

  • Jean-Philippe SIBLET, directeur du service du patrimoine naturel, Muséum national d’Histoire naturelle.
  • Jacques WEBER, économiste et anthropologue, directeur de recherche au Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD).

Commentaires (2)

  1. laurent

    Je ne sais trop que penser. Je dois dire que c’est le renouée du Japon que je trouve la plus effrayante. Chaque année un peu plus nombreuse, et chaque année des peuplements un peu plus grands. Le long des routes, c’est une chose, mais je l’ai déjà vue le long d’une rivière que je connais bien. En quelques années, on ne voyait plus la rivière qu’en certains lieux. Elle semble indestructible, ou va-t-elle s’arrêter?

  2. jpp

    Comme Gilles Clément, je ne suis pas pour la reconduite des plantes à la frontière.
    cela dit le contenu de ce colloque a l’air très sérieux et semble destiné à faire le tri entre réels dangers et fantasmes.
    J’ai toujours été frappé par le fait que le grand découvreur de ces problèmes d’invasion biologique était en fait …un employé d’une entreprise de dératisation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

0 Partages
Partagez
Tweetez
+1
Enregistrer
Partagez